Les journalistes appellent l'Etat à agir    Khalida Toumi et Abdelouahab Nouri bientôt devant la justice    Confirmer la mutation du football africain    L'appel des sept    Une bonne gouvernance et l'Etat de droit    Rachid Taha, cet «ambianceur» et «sapeur» africain    Les habitants en colère    Pionnière dans la formation d'étudiants entrepreneurs    Le procès de Kamel El Boucher reporté pour la seconde fois    88,24% de réussite à Médéa...    Livraison de la première voiture de marque vietnamienne    Retard dans les rappels    Un combiné innovant    La marque qui a révolutionné l'automobile    La Russie victime de cyberattaques américaines "depuis des années"    De la justice d'exception à la justice sans exception !    Signature d'un contrat de partenariat et de coopération    Une ouverture du capital, mais à quel prix ?    Bouzidi : "Remettre le club en Ligue 1"    Ouverture de Club-des-Pins reportée    Ounas a repris l'entraînement    «Noureddine Bedoui doit démissionner»    ONM : "La solution constitutionnelle a échoué"    Economie politique du pillage du foncier agricole    Tout savoir sur les pneumatiques    Mise en service de la station de traitement des eaux du barrage Sarno    Les travailleurs réclament leurs droits    Kendji Girac en concert algérois    Elaine Mokhtefi raconte une des périodes fastes de l'Algérie postindépendance    Découverte d'un cimetière datant de l'époque romaine dans la région de Smara    Chikhi Samir représentera Aïn Témouchent    "L'Algérie était la pièce manquante que je voulais restituer"    Es Sénia : Cinq enfants mordus par un chien errant    L'ONU demande l'ouverture d'une enquête indépendante : Al Sissi a-t-il fait tuer le président Morsi ?    Nouvelles d'Oran    Les étudiants réclament un «Etat civil»    Bensalah inaugure la Foire internationale d'Alger    Equipe nationale: Les Verts depuis hier au Caire    USM Alger: Kaïs Yaâkoubi ne viendra pas    Tlemcen: Détournement de bons d'essence, 14 mandats de dépôt    29 harraga interceptés à Oran et Tipaza    Gaïd Salah met en garde contre un vide constitutionnel    Comité bilatéral stratégique algéro-malien: La contribution de l'Algérie saluée    Urgence au dialogue consensuel    Selon des experts économiques : La persistance de la crise politique affectera négativement l'économie nationale    Une amitié de voisinage et une coopération régionale    La justice se penche sur les dossiers du secteur    Début des inscriptions le 20 juillet    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





UMA et sociétés civiles: «Laisser le règlement du problème du Sahara Occidental aux Nations unies»
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 20 - 02 - 2019

« Entre le rêve d'être réalisé, le blocage et le simulacre, l'UMA pourrait ressusciter, à la faveur de l'engagement des sociétés civiles, » pensent des chercheurs-universitaires maghrébins.
«L'Algérie vit une situation d'attente et de peur, mais reste un Etat au poids historique et économique dans la région, » a affirmé, lundi dernier, Mohamed El Mokhtar El khalil, le directeur du Centre d'études d'Aljazeera. Le responsable, d'origine mauritanienne, pense aussi que « le Maghreb est un espace culturel homogène avec un peu d'unité sociale ». Abderrezak Ahmed El Attrache, universitaire tunisien a indiqué que « la Révolution tunisienne a réussi à partager les pouvoirs mais pas les richesses ». Le Libyen Ahmed El Attrache a relevé que « l'émissaire Ghassan Salamé a échoué parce que les institutions internationales restent très éloignées des solutions qu'il faut à la crise ». Il fait part de « la nécessité de mettre en place des concepts clairs et précis pour la démocratie, les droits de l'Homme, la société civile, les mouvements politiques, les garanties, les véritables acteurs du dialogue (...) ». Amar Baghzouz, politologue, enseignant à l'Université de Tizi Ouzou a rappelé que « l'Algérie n'a pas attendu le ‘printemps arabe' pour engager des réformes (...), la constitution de 89 avait déjà consacré le multipartisme et la liberté d'expression, les droits des femmes... » Il évoque en outre, « le discours d'avril 2012 du Président Bouteflika » et le qualifie de « véritable programme de réformes ». Non sans relever que « l'Algérie était le domino qui devait tomber, elle a certes réussi à gérer la crise sans, cependant, régler des problèmes récurrents comme celui de la rente pétrolière avec une chute du prix du baril, aux conséquences néfastes sur la gouvernance et de là, sur l'ouverture politique et la paix sociale, il y a une certaine nervosité par rapport à l'avenir ». Dans « ce marasme maghrébin », les sociétés civiles des 5 pays de la région (dernier thème de la conférence) ont besoin, selon l'universitaire tunisien, de « s'organiser, se politiser, se détacher des pouvoirs, se doter de financements et de liberté d'action ». Un chercheur marocain appelle « les élites à libérer le Maghreb des griffes des politiques ». L'accord de Marrakech doit être révisé « pour redynamiser les structures», dit-il. Takia note que « les sociétés civiles ne diffèrent pas de leurs Etats dans la défense des questions posées dans la région...»
La construction de l'UMA est-elle toujours possible ? interrogent des universitaires. « Les grandes questions ne meurent pas », répond le directeur du Centre d'études d'Aljazeera. Il souligne, toutefois, que « le train UMA s'est noyé dans le problème du Sahara Occidental, les deux pays concernés ont échoué dans sa résolution et les trois autres n'ont pas réussi à débloquer la situation ». Un universitaire marocain poursuit « tant que l'horizon politique maghrébin est fermé, les sociétés civiles le resteront, la solution politique est liée à la résolution des problèmes des frontières qui se posent entre les 5 pays maghrébins ». Amar Baghzouz conclut que «les chantiers maghrébins qui sont ouverts passent, nécessairement, par l'instauration d'Etats démocratiques réels ». Il réfute « les interventions étrangères dans la région » et conseille de « laisser le règlement du problème du Sahara Occidental aux Nations unies, d'augmenter les échanges commerciaux, entre les 5 pays, et de construire une nouvelle identité culturelle maghrébine (...), il faut penser maghrébin pour avancer ».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.