ARRIVES AU PORT DE MOSTAGANEM EN 2019 : L'usine Tahkout demande le déblocage de sa marchandise    AUTOMOBILE : Les premières voitures Peugeot dès janvier 2020    Zetchi écarté de la photo souvenir    AIN TEMOUCHENT : Un train de voyageurs percute un semi-remorque    «Le meilleur moyen de procurer de la joie au peuple est de gagner des titres»    Officiel : Bennacer à Milan pour la visite médicale !    Loukal appelle L'OFID à poursuivre ses efforts    Les auteurs du cambriolage neutralisés    Résultats du BAC : Session de juin 2019 à Aïn Témouchent    La fanfare de la Protection civile égaye les annabis    Affaire Tahkout : Le wali d'El Bayadh Mohamed Khenfar auditionné à la Cour suprême    Zinédine Zidane félicite l'Algérie    Renard, c'est fini !    L'Algérie dans le groupe A avec le pays hôte    Djemaï boude ?    Un dialogue, deux approches    Un calvaire quotidien pour les populations    Un jeune de 18 ans meurt noyé à Oued Fragha    Des habitants de Kendoula ferment la route    L'autre casse-tête pour le gouvernement    ACTUCULT    Le faux débat sur les langues en Algérie    "La présidentielle a pour vocation de désigner un autre potentat"    L'intruse    La majorité des Français trouve le phénomène "normal"    Le Forum France-Algérie se joint à l'appel du mouvement associatif    Essebsi refuse de ratifier la nouvelle loi électorale    Le dialogue politique au point mort    Rassemblement de soutien aux détenus d'opinion    Plus de 7530 microentreprises créées    Le calvaire des usagers à Draâ Ben-Khedda    Les travailleurs de l'ADE menacent de couper l'eau    Une chaîne de télé franco-algérienne sera lancée en 2020    Jack Lang : "Nous sommes tous un peu algériens"    L'Ukrainienne Juicy M en guest star au Blackout Festival    France : Un quai baptisé Josette et Maurice Audin à Aubervilliers    Bouira : Hausse des piqûres de scorpions    Une cache d'armes et de munitions découverte à Tamanrasset    Guterres appelle à des partenariats plus forts pour les transitions post-conflits    La liste des accusations s'élargit    De la conquête par Tarik Ibn Ziad aux principautés    Vers la réhabilitation du vieux lycée technique    Wilaya d'Alger: Large campagne de nettoiement des cités des communes d'El Harrach    Lac Tchad : Boko Haram continue à faire des morts et des milliers de réfugiés    Aïd El Adha: Fixation de points de vente de bétail contrôlés à travers le pays    Les exigences de "l'Alternative démocratique"    Des centaines de fans coincés au Caire    Le blocage du pétrolier algérien a duré 1h15mn    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les lycéens investissent la rue
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 11 - 03 - 2019

  Des milliers de lycéens et de collégiens ont investi, encore une fois hier, les rues de nombreuses villes du pays. Les processions ont commencé dès huit heures du matin avec le même slogan, non à un cinquième mandat du président Bouteflika.
Dans les rues d'Alger, les lycéens « armés » de l'emblème national, de drapeaux amazighs, de « darbouka » et de petites pancartes ont créé « une ambiance festive » notamment à la grande poste d'Alger et à la place Maurice Audin. Cette mobilisation surprise a été décidée en soutien aux étudiants qui ont été sommés de quitter les bancs de l'université suite aux vacances « forcées » imposées par le ministère de l'Enseignement supérieur. Des lycéens sortis du lycée Omar Ibn El-Khettab (ex-Sacré Cœur) ou du lycée Arroudj Kheir-Eddine Barberousse (ex-Lycée Delacroix) ont commencé à se regrouper vers les coups de 10 heures du matin et le mouvement a pris forme avec l'arrivée des collégiens des CEM Dhamia et Pasteur. Un nombre important de parents sont venus récupérer leurs enfants devant les établissements cités, d'autres arrivés quelques minutes en retard tentaient de les chercher au milieu de la foule. Tout en répétant les slogans contre le cinquième mandat, les lycéens arpentaient les rues de la ville sous le son des klaxons des automobilistes de passage qui n'ont pas manqué de manifester leur soutien. Des personnes âgées s'approchaient des lycéens pour les convaincre de rentrer chez eux afin d'éviter les dérapages. Mais peine perdue, les lycéens expliquant les motivations de leur contestation : « Nous luttons pour notre avenir et un avenir meilleure pour notre pays ». D'autres disaient « on est là, hadji, pour que les jeunes Algériens ne prennent plus le chemin de la harga… ». Les services d'ordre sur leurs gardes ont tenté calmement de scinder les lycéens en plusieurs groupes pour pouvoir maîtriser la situation, mais les lycéens se sont engouffrés dans les différentes ruelles limitrophes, scandant le fameux slogan en vogue et très prisé par les jeunes « Makach el khamsa ya Bouteflika, djibou BRI djibou saîka».
A Oran, étudiants et lycéens de la wilaya ont participé massivement hier à la marche contre le 5ème mandat. Une marche organisée par un dimanche contrairement aux habituelles marches estudiantines de chaque mardi. Les lycéens étaient nombreux à cette marche, vu que certains établissements scolaires ont suivi le mot d'ordre de grève lancé par certains syndicats de l'éducation. D'autres étudiants ont choisi de se rassembler à la place du 1er Novembre d'où ils ont entonné leurs chants habituels contre le 5ème mandat.
A Constantine, les jeunes des lycées et CEM ont quitté les bancs des classes pour
investir la rue. Des citoyens rassemblés en petits groupes, dans la matinée d'hier, au centre-ville, discutant de la situation préoccupante du pays, ont été surpris par une déferlante de jeunes qui ont investi la rue pour manifester leur colère contre un 5ème mandat de Bouteflika, reprenant les mêmes slogans des adultes qui ont marché ces derniers jours dans le centre-ville de Constantine.
Les manifestations des jeunes ont été vécues à travers tous les centres urbains où les lycéens et même les élèves des établissements scolaires du cycle moyen ont battu le pavé, après avoir forcé l'ouverture des portes des établissements scolaires.
Car, les enseignants et les personnels de ces établissements étaient présents, les élèves sont bien rentrés à l'intérieur, avant de commencer à manifester dans les cours et rebrousser chemin vers la rue.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.