Haddad à Tazoult et Tahkout à Babar    Oran: sortie de 5 promotions à l'école supérieure de l'administration militaire ESAM    Fusion de quatre filiales du Groupe Sonelgaz    L'ENIEM augmentera le taux d'intégration d'une gamme de ses produits à 70%    Investissement: recensement des actifs de production des secteurs public et privé    Accord de normalisation Emirat-Israël: plusieurs pays expriment leur rejet et indignation    TIARET : Installation des nouveaux président et procureur général de la Cour de justice    CHANGER L'ASPECT DES ZONES D'OMBRE : Djerad donne un ultimatum de 4 mois    REUNION GOUVERNEMENT/WALIS : Pour une véritable décentralisation autour de grands pôles régionaux    HUILE ET SUCRE : Vers la production de 30% des besoins nationaux    Le FLN et le RND ont boycotté Bengrina    PROCHAINE BASE MILITAIRE ISRAELIENNE AUX EMIRATS : L'énième trahison    L'Autorité palestinienne annonce le rappel "immédiat" de son ambassadeur à Abou Dhabi    PROCHAINE RENTREE SOCIALE : Un protocole sanitaire préventif dans les écoles, universités et CFPA    DOUARS ‘'SIDI LANTRI'' ET ‘'R'AYED'' (TISSEMSILT) : Les habitants des zones d'ombre interpellent les responsables    SIDI BEL ABBES : 85 motos mises en fourrière en juillet    Le premier cancer détecté chez un dinosaure soulève de nouvelles hypothèses    Hôpital mère-enfant de Sétif : ablation d'une tumeur de 20 kg de l'utérus d'une quinquagénaire    BEM-BAC: un processus de conception, d'élaboration et d'impression des sujets    Covid-19: 488 nouveaux cas, 377 guérisons et 8 décès    Des bureaucrates entravent la mise en œuvre du programme du président Tebboune    Khaled Drareni n'a jamais été détenteur de la carte de presse professionnelle    Réunion FIFA-CAF consacrée à la préparation du retour des activités footballistiques    El Tarf: installation du nouveau procureur général de la Cour de justice    L'ONU appelée à trouver une solution juste et définitive à la question sahraouie    L'expérience au service de la JSK    À quand la reprise ?    Nivellement par le bas, suite et pas fin !    Pour Toko-Ekambi «tout est possible sur un match»    Boudebouz écarté du stage de Dinard    Coup d'envoi du projet de la station d'épuration    Hamel condamné à douze ans de prison sur fond d'un nouveau scandale    Nouvelle mobilisation de milliers de personnes contre le Président Keïta    Le Président visé par une enquête pour financement illégal de campagne    Windhoek rejette l'offre de réparations allemande    Suspension du traité d'extradition avec Paris et Berlin    La traque d'un "sulfureux" général    Nassim Saâdaoui quitte la prison d'El-Harrach    Bougie n'a pas illuminé cet été    "Une réelle réflexion doit être engagée sur l'avenir de la culture et des arts"    Le corona met la vie culturelle en berne    Journées nationales du costume algérien sous le thème «Mon costume, ma mémoire, ma culture»    Des Algériens parmi les auteurs les plus attendus    L'esprit joyeux et la sincérité de «Aâmmi Bachir», les secrets de sa notoriété    Dr Fawzi Derrar. Virologue et directeur général de l'Institut Pasteur d'Algérie (IPA) : «Il me paraît peu probable d'avoir un vaccin avant la fin de l'année»    Ligue des champions d'Europe: Sur fond d'opposition de styles    Presse: Il faut crever l'abcès !    L'instit, l'obole et la révolution    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les lycéens investissent la rue
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 11 - 03 - 2019

  Des milliers de lycéens et de collégiens ont investi, encore une fois hier, les rues de nombreuses villes du pays. Les processions ont commencé dès huit heures du matin avec le même slogan, non à un cinquième mandat du président Bouteflika.
Dans les rues d'Alger, les lycéens « armés » de l'emblème national, de drapeaux amazighs, de « darbouka » et de petites pancartes ont créé « une ambiance festive » notamment à la grande poste d'Alger et à la place Maurice Audin. Cette mobilisation surprise a été décidée en soutien aux étudiants qui ont été sommés de quitter les bancs de l'université suite aux vacances « forcées » imposées par le ministère de l'Enseignement supérieur. Des lycéens sortis du lycée Omar Ibn El-Khettab (ex-Sacré Cœur) ou du lycée Arroudj Kheir-Eddine Barberousse (ex-Lycée Delacroix) ont commencé à se regrouper vers les coups de 10 heures du matin et le mouvement a pris forme avec l'arrivée des collégiens des CEM Dhamia et Pasteur. Un nombre important de parents sont venus récupérer leurs enfants devant les établissements cités, d'autres arrivés quelques minutes en retard tentaient de les chercher au milieu de la foule. Tout en répétant les slogans contre le cinquième mandat, les lycéens arpentaient les rues de la ville sous le son des klaxons des automobilistes de passage qui n'ont pas manqué de manifester leur soutien. Des personnes âgées s'approchaient des lycéens pour les convaincre de rentrer chez eux afin d'éviter les dérapages. Mais peine perdue, les lycéens expliquant les motivations de leur contestation : « Nous luttons pour notre avenir et un avenir meilleure pour notre pays ». D'autres disaient « on est là, hadji, pour que les jeunes Algériens ne prennent plus le chemin de la harga… ». Les services d'ordre sur leurs gardes ont tenté calmement de scinder les lycéens en plusieurs groupes pour pouvoir maîtriser la situation, mais les lycéens se sont engouffrés dans les différentes ruelles limitrophes, scandant le fameux slogan en vogue et très prisé par les jeunes « Makach el khamsa ya Bouteflika, djibou BRI djibou saîka».
A Oran, étudiants et lycéens de la wilaya ont participé massivement hier à la marche contre le 5ème mandat. Une marche organisée par un dimanche contrairement aux habituelles marches estudiantines de chaque mardi. Les lycéens étaient nombreux à cette marche, vu que certains établissements scolaires ont suivi le mot d'ordre de grève lancé par certains syndicats de l'éducation. D'autres étudiants ont choisi de se rassembler à la place du 1er Novembre d'où ils ont entonné leurs chants habituels contre le 5ème mandat.
A Constantine, les jeunes des lycées et CEM ont quitté les bancs des classes pour
investir la rue. Des citoyens rassemblés en petits groupes, dans la matinée d'hier, au centre-ville, discutant de la situation préoccupante du pays, ont été surpris par une déferlante de jeunes qui ont investi la rue pour manifester leur colère contre un 5ème mandat de Bouteflika, reprenant les mêmes slogans des adultes qui ont marché ces derniers jours dans le centre-ville de Constantine.
Les manifestations des jeunes ont été vécues à travers tous les centres urbains où les lycéens et même les élèves des établissements scolaires du cycle moyen ont battu le pavé, après avoir forcé l'ouverture des portes des établissements scolaires.
Car, les enseignants et les personnels de ces établissements étaient présents, les élèves sont bien rentrés à l'intérieur, avant de commencer à manifester dans les cours et rebrousser chemin vers la rue.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.