Les idées sont au chevet des actions    Laïd Benamor désavoué    Des activités en hausse    L'ancien ministre des Finances Karim Djoudi placé sous contrôle judiciaire    Souscripteurs des programmes LPA et LSP : Unis pour le départ de la «mafia de l'immobilier»    Ouverture de la saison estivale à Jijel : Près de 30 kilomètres de plages surveillées    La preuve de la «généralisation de la corruption»    Plaidoyer contre la détention préventive    La gêne manifeste du gouvernement suisse    Hong Kong suspend le projet de loi    Derniers réglages avant le Kenya    El-Hennani confirme : «ma démission est irrévocable»    Allik et Amrani restent    Zoubir Kerraz dit «Tereza» n'est plus    Le groupe Haddad obligé de faire des concessions financières    Du règne sans partage à la déchéance    La fraude empoisonne le baccalauréat    Près de 100 chasseurs bénéficient d'un stage à Mila    Sachez que…    Secousse tellurique de 3,5    Les médecins généralistes pour soutenir les experts psychiatres    ACTUCULT    Pressions sur un imam pro-mouvement du 22 février    La révolution du 22 février intéresse les Français    Gala de charité au profit d'un enfant malade à Aït R'zine    L'autre transition dont personne ne parle    Première partie : Naissance de la CAF et de la CAN    Mouloudia d'Alger : Djabou au Doyen, c'est fait    Oued Zhor (Jijel) : Le pillage de sable défigure un joyau de la côte    Pour une nouvelle feuille de route dans le cadre des ODD    MO Béjaïa : Adrar négocie avec Bouzidi    Titulaires du CAPA : Levée du gel sur stages de formation    Le temps judiciaire et le ton politique    Abu Dhabi se trouve un pied à terre au Niger    Des avocats comptent introduire une action en justice : Naïma Salhi s'attaque à Djamila Bouhired    Les enfants font leur «cinoche»    «Faire découvrir au public ce riche patrimoine du Gharnati, Sanaa et El Malouf»    Pour poursuivre les corrupteurs : Les services judiciaires aux taquets    Chine VS Etats-Unis : Pékin pourrait-il se servir des obligations américaines comme d'un moyen de pression ?    Ouvrant un nouveau chapitre de la coopération internationale : Xi et Poutine engagent les liens bilatéraux dans une nouvelle ère    Deux pétroliers ciblés dans le golfe d'Oman : L'or noir en hausse    Solution de la crise en Libye: Les pays voisins préoccupés et insistent sur le dialogue    Affrontements meurtriers à Nzérékoré    Nouvelle escalade entre les Etats-uniset l'iran    Un avion d'Air Algérie rebroussechemin !    La situation s'enlise    Banxy, la banque mobile lance la carte Visa    Le prix du chef de l'Etat Ali-Maâchi décerné à 24 jeunes talents    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Ils guettaient les clients à la sortie des banques pour les voler: Sept ans pour les accusés
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 08 - 04 - 2019

  Le tribunal criminel de première instance près la cour d'Oran a condamné hier B. El-Hadj, 44 ans, H. Younès, 32 ans, et Be. Fouad, 31 ans, à sept ans de prison pour association de malfaiteurs et vol qualifié dans une affaire remontant à 2015.
Selon l'ordonnance de renvoi lue pendant le procès, les faits se situent au 25 août 2015 lorsque le dénommé S. Liamine, commerçant établi à El-Makkari, porte plainte pour vol auprès de la 4e Sûreté urbaine. Dans sa déposition, l'homme relate avoir retiré la somme de 180 millions de centimes de la Société Générale Algérie, près d'El-Morchid, et s'être rendu à son magasin d'El-Makarri où il a rangé sa voiture dans laquelle il a laissé l'argent. Quelques instants plus tard, averti par des amis que la vitre de son véhicule était brisée, Liamine se rue vers sa voiture et constate que les 180 millions ont disparu. La caméra de surveillance, installée au fronton de son magasin, montre un homme qui descend d'un Renault Kangoo gris, se diriger vers sa voiture, briser la vitre, s'emparer de l'argent et fuir.
Trois mois plus tard, soit le 13 novembre, le nommé Bo. Slimane, également commerçant, dépose une plainte similaire au niveau de la 10e Sûreté urbaine (Les Castors). Il déclare qu'après avoir retiré la somme de 300 millions auprès de la CPA de Haï Salem (St-Hubert), il s'est rendu à son établissement commercial situé dans le quartier des Castors. En revenant à sa voiture, il a découvert que les 100 millions qu'il y avait laissés lui avaient été dérobés. Lui aussi évoque un Renault Kangoo gris qui était dans les environs mais parle aussi d'une Golf série 6.
Le 17 du même mois, S. Liamine alerte la police sur la présence d'un Renault Kangoo gris suspect qui semble suivre son employé, R. Houari, de retour d'un déplacement à la même agence bancaire de la SGA. La police intervient pour intercepter le ludospace mais ne peut mettre la main que sur le passager, le conducteur réussissant à prendre la fuite. Sur le suspect, B. El-Hadj, les policiers trouvent une télécommande souvent utilisée par les voleurs pour empêcher la fermeture à distance des portières de voiture. Ainsi, un automobiliste croit avoir verrouillé son véhicule alors qu'en fait, elle est restée ouverte, en raison de l'interférence de la télécommande qui neutralise le système de verrouillage centralisé.
Un examen des images fournies par la caméra de surveillance de S. Liamine conforte la conviction des chargés de l'enquête que l'un des personnages est bien B. El-Hadj qui, par ailleurs, ne fait pas de difficultés pour reconnaître les faits.
Le signalement du Renault Kangoo gris et de la Golf série 6, diffusé à travers le territoire de la wilaya d'Oran et des wilayas voisines, permet l'interception de la voiture allemande par les services de police de Relizane. Deux suspects, H. Younès et Be. Fouad, sont interpellés et rapidement reliés aux deux vols commis à Oran.
Après enquête et instruction, les trois hommes sont inculpés d'association de malfaiteurs suivant les articles 176, 177, alinéa 1, et de vol qualifié conformément à l'article 353, alinéas 3, 4 et 5 du code pénal.
A l'audience, H. Younès et Be. Fouad reconnaissent les faits concernant le second vol, soit celui des 100 millions appartenant à Bo. Slimane, mais relèvent qu'ils ont déjà été jugés et condamnés par la justice de Relizane. En revanche, ils nient leur implication dans le vol d'août 2015. Quant à B. El-Hadj, il décide de revenir sur ses aveux et rejette toutes les accusations qui pèsent sur ses épaules.
Dans son réquisitoire, le représentant du ministère public se contente de dire que la culpabilité des accusés est soutenue par des preuves matérielles, avant de requérir 20 ans de réclusion assortie d'une amende s'élevant à deux millions de DA.
Les avocats de la défense des trois accusés plaident l'acquittement pur et simple. D'une part, parce que la seconde affaire avait été jugée et les accusés condamnés à des peines variant entre 3 et 5 ans, d'autre part, parce que aucune preuve matérielle ne reliait leurs clients au vol dont S. Liamine a été victime: «Un listing des appels téléphoniques aurait permis de situer nos clients au moment des faits et les aurait certainement innocenté parce que l'un se trouvait à Relizane et l'autre à Tiaret», regrette un avocat.
Au terme des délibérations, le tribunal criminel acquitte les accusés pour l'affaire Bo. Slimane, déjà jugée à Relizane, mais les déclare coupables des faits reprochés dans le cadre du vol de S. Liamine. Les trois hommes sont condamnés à sept ans de prison et une amende de 1 million de dinars.
Ils disposent de dix jours pour faire appel.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.