Activation du plan de lutte contre les feux de forêts à Alger à partir du début juin    Mustapha Hamici installé à la tête du quotidien Echaâb    Mohand Oussaïd: le président de la République n'a de lien organique avec aucun parti politique agréé    DECLARATION DE DEVISES PAR LES VOYAGEURS : Les députés votent pour le maintien du montant à 5000 euros    DETRESSE EN ALIMENTATION EN EAU POTABLE A MOSTAGANEM : 7 Daïras attendent une solution urgente    Les frères Kouninef de nouveau auditionnés    Raouya présente le texte de LFC 2020 devant le Conseil de la Nation    ORAN : Le wali a inspecté les projets des prochains jeux méditerranéens    TRIBUNAL DE KOLEA : Le procès de Karim Tabbou à nouveau reporté    Décès de 5 Algériens bloqués en Turquie    Création d'un portail électronique pour l'inscription de 25.000 experts algériens à l'étranger    Les attaques fréquentes des médias publics français ciblant l'Algérie ne relèvent nullement de la liberté d'expression    Vers une reprise graduelle de certaines activités commerciales et de services    119 nouveaux cas confirmés et 8 décès enregistrés en Algérie    Lutte contre le Covid19 : la wilaya d'Oran interdit l'accès aux plages    Boukadoum: Oeuvrer sans relâche à redonner à l'Algérie la place qui lui sied    Le premier document juridique en version amazighe dédié aux droits de l'enfance, publié    Opposée à l'indépendance de l'Algérie, l'OAS adopte le terrorisme à grande échelle    Le Syndicat des magistrats appelle à statuer sur les affaires en suspens    Les députés engagent un débat à l'APN    Les pays producteurs se réuniront les 9 et 10 juin    Alger ferme ses plages    Choc sanitaire et pétrolier : L'endettement contrôlé et des réformes comme unique voie de sortie de crise    "L'infatigable avocat de la cause maghrébine"    Deux ouvrages de Abderrezak Dourari bientôt publiés    FAF - Réunion du BF: Ni arrêt définitif, ni saison blanche !    Un nouveau directeur à la jumenterie    RC Arba: Entre espoir et appréhensions    Les effets du confinement: Les commerçants s'impatientent    15.000 commerçants et artisans à l'arrêt depuis trois mois: L'UGCAA demande la réouverture des commerces    Le taux d'inflation à 1,8% en avril    Un lourd héritage    La mort au temps du corona    Mahrez victime d'un cambriolage    Les violentes manifestations se poursuivent    Arab : "Helfaïa est toujours en poste"    Des députés plaident pour un retour au dialogue en Libye    Les habitants réclament leur réouverture    L'armée égyptienne annonce avoir tué 19 terroristes présumés    225 morts lors des manifestations de novembre    Future destination de Benayada    Benzia gravement blessé à la main    Le reflet de l'intolérance sociale    Le poète assassiné    Cour d'Alger: le procès de Abdelghani Hamel et des membres de sa famille reporté    Malte : Saisit pour 1,1 milliard de dollars de fausse monnaie libyenne    Il y a trente ans, un confinement à Oran    Au-delà de «Algérie mon amour» : tant de naïveté (réelle ou feinte) ne peut qu'interpeller    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Un projet de harga qui finit en meurtre: 10 ans de prison pour les auteurs
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 18 - 05 - 2019

B. Ahmed, boucher, et Ch. Djelloul, sans emploi, ont été condamnés la semaine passée à dix ans de prison pour le meurtre d'un certain K. Dahmane, vendeur de fruits et légumes, survenu le 5 novembre 2017. Quelques jours plus tôt, les trois jeunes s'apprêtaient à quitter clandestinement le pays à bord d'une barque...
Selon les faits consignés dans l'arrêt de renvoi et confirmés devant le tribunal criminel de première instance, K. Dahmane, vendeur de fruits et légumes algérois et deux amis se sont rendus à Oran où les attendait un passeur qui devait les aider à traverser la mer en direction de l'Europe. Arrivés dans la capitale de l'Ouest, les trois jeunes ont découvert que le passeur ne les avait pas attendus et était parti en Espagne. Dépités mais loin de se décourager, ils décident de chercher un autre moyen de réaliser leur rêve. Ils font la connaissance de B. Ahmed et Ch. Djelloul, tous deux résidant à Gdyel, et candidats potentiels à la harga. Le premier s'engage à débrouiller une barque motorisée et contre la possibilité de faire partie du voyage et Djelloul met 70.000 DA pour pouvoir se joindre au groupe.
Les choses se gâtent quelques jours plus tard quand Ahmed et Djelloul acquièrent la conviction que les Algérois, notamment Dahmane, se jouent d'eux et escomptent partir seuls. En effet, ils les évitent constamment et ne répondent pas à leurs coups de téléphone. Le dimanche 5 novembre, en revenant de chez le propriétaire du moteur de bateau, Dahmane et l'un de ses amis prénommé Mohamed Amine tombent sur Ahmed qui les attire dans une ruelle où les attendait Djelloul muni d'une hache. Dahmane reçoit un coup du couperet à la main avant que Ahmed sorte une épée pour lui porter plusieurs coups. Dans la mêlée, Mohamed Amine parvient à prendre la fuite et à sauver sa peau de l'agression vengeresse des deux Oranais. A l'hôpital où il est évacué, les médecins ne peuvent que constater le décès. A l'autopsie, le médecin légiste recense 12 coups portés à l'aide d'un objet coupant, dont un a atteint profondément l'estomac. L'expertise relève également que le nombre de plaies et les traces découvertes sur les os dénotent de «l'acharnement» de ou des auteurs de l'agression. Interpellés, Ahmed et Djelloul reconnaissent les faits et expliquent leur acte par le désir de se venger de la trahison programmée de la victime qui prévoyait de les laisser sur le carreau alors qu'ils avaient investi dans le projet. Les deux jeunes seront inculpés pour homicide volontaire avec préméditation selon les articles 254, 255, 256 et 261, alinéa 1 du code pénal. Ils encourent la peine de mort. Devant le tribunal criminel de première instance, les accusés reconnaissent les faits en soulignant toutefois qu'ils avaient agi de la sorte parce qu'ils savaient que la victime et ses amis voulaient s'en prendre à eux au cas où ils échoueraient à ramener la barque promise.
Dans son réquisitoire, le ministère public requiert la peine capitale en se basant sur les aveux des accusés et les éléments de preuve qui démontraient qu'ils avaient formé le dessein de perpétrer le meurtre.
Les avocats, eux, plaideront les circonstances atténuantes pour des jeunes de 23 et 25 ans que la vie n'a pas gâtés. Après délibérations, le tribunal criminel accordera les circonstances atténuantes à B. Ahmed et Ch. Djelloul et les condamnera à dix ans de prison.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.