Zones d'ombre : près de 12.000 projets de développement enregistrés avec une enveloppe de plus de 200 milliards DA    Un protocole sanitaire préventif dans les établissements scolaires, universitaires et de formation    Covid-19: 488 nouveaux cas, 377 guérisons et 8 décès    Khaled Drareni n'a jamais été détenteur de la carte de presse professionnelle    Des bureaucrates entravent la mise en œuvre du programme du président Tebboune    El Tarf: installation du nouveau procureur général de la Cour de justice    L'ONU appelée à trouver une solution juste et définitive à la question sahraouie    Réunion FIFA-CAF consacrée à la préparation du retour des activités footballistiques    Ressources en eau: la nouvelle loi relative à l'eau fin prête    Prix Katara pour le roman et l'art plastique: des plasticiens algériens primés    Quand la sardine prend des ailes    Rénover et démystifier le "contrôle" pour optimiser la gestion locale    Hausse de la production à Chlef    Le procès Tliba reporté au 2 septembre    Nouvelle mobilisation de milliers de personnes contre le Président Keïta    Le Président visé par une enquête pour financement illégal de campagne    Windhoek rejette l'offre de réparations allemande    Suspension du traité d'extradition avec Paris et Berlin    Kamala Harris comme colistière de Joe Biden    Nouvelle agression militaire israélienne contre Gaza    L'Algérie parmi les premiers pays à avoir dépêché une délégation médicale et des aides au Liban    Tebboune accuse !    Nassim Saâdaoui quitte la prison d'El-Harrach    L'expérience au service de la JSK    À quand la reprise ?    Nivellement par le bas, suite et pas fin !    Pour Toko-Ekambi «tout est possible sur un match»    Boudebouz écarté du stage de Dinard    Ali Haddad transféré vers la prison de Tazoult    Hamel condamné à douze ans de prison sur fond d'un nouveau scandale    La traque d'un "sulfureux" général    La direction de l'éducation rassure    14 nouveaux départs de feu déclarés    Vers le report de la rentrée    La drôle de démarche d'un syndicat    Bougie n'a pas illuminé cet été    "Une réelle réflexion doit être engagée sur l'avenir de la culture et des arts"    Le corona met la vie culturelle en berne    Journées nationales du costume algérien sous le thème «Mon costume, ma mémoire, ma culture»    Des Algériens parmi les auteurs les plus attendus    L'esprit joyeux et la sincérité de «Aâmmi Bachir», les secrets de sa notoriété    Réouverture des plages et reprise des activités hôtelières : Le ministère du Tourisme adopte un protocole sanitaire    Dr Fawzi Derrar. Virologue et directeur général de l'Institut Pasteur d'Algérie (IPA) : «Il me paraît peu probable d'avoir un vaccin avant la fin de l'année»    Ligue des champions d'Europe: Sur fond d'opposition de styles    L'apolitique supplante le politique ?    Presse: Il faut crever l'abcès !    Skikda - Programme AADL 2 : les souscripteurs protestent    L'instit, l'obole et la révolution    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Gaïd Salah tempête mais le peuple décrète
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 24 - 06 - 2019

Se prévalant du pouvoir que lui confère la Constitution, le très contesté président par intérim de l'Etat s'était empressé de fixer au 4 juillet la tenue du scrutin de l'élection présidentielle destinée à donner un successeur à l'ex-président Bouteflika contraint de quitter avant terme de son mandat le palais d'El Mouradia. Le pouvoir incarné par Bensalah a dû se résoudre à renoncer à cette échéance fixée par lui mais en persistant dans sa volonté d'organiser ce rendez-vous électoral qui revêtirait, selon l'avis de son homme fort, le général Ahmed Gaïd Salah, chef de l'état-major de l'armée, un caractère impérieux et urgent devant être admis comme tel par tous les acteurs de la crise politique que vit l'Algérie. Mais pour aussi résolu que soit le pouvoir à l'organisation de l'élection présidentielle, il lui faut compter avec un mouvement populaire qui a décrété que depuis le 22 février l'Algérie a fini avec l'ère des élections présidentielles et exige qu'il soit établi les conditions et mécanismes qui garantiraient l'honnêteté et la régularité de telles échéances électorales dont notamment l'exclusion de leur pilotage et contrôle par les responsables encore en place du régime Bouteflika. Inflexible sur ce préalable, le mouvement populaire ne peut être taxé d'irresponsabilité pour son refus d'engager le dialogue sur cette question ou toute autre avec ces responsables dont il exige le départ et peut lui importe l'argument qu'on lui oppose de la constitutionnalité de leur maintien.
L'impasse dans laquelle est le pays risque de se prolonger même si l'homme fort du pays continue à tempêter et à diaboliser les opposants à la tenue de l'élection présidentielle aux normes que veut lui imposer le pouvoir de fait qu'il incarne. Sans lever l'obstacle que constitue le maintien du personnel politique dont le mouvement populaire revendique la disqualification, Gaïd Salah ne parviendra pas à obtenir le consensus qu'il recherche pour l'organisation de l'élection présidentielle. A défaut de ce consensus une telle élection, s'il décide malgré tout d'en faire la gageure et d'en fixer l'échéance, ne fera qu'aggraver la crise politique et produire les ingrédients d'une explosion populaire qui transformerait la révolution du sourire faisant l'admiration du monde entier en une révolte à laquelle sera donnée la légitimité de vouloir autrement faire triompher la souveraineté populaire et l'aspiration du peuple algérien à un Etat de droit, à la démocratie et à une gouvernance respectueuse des droits des citoyens et des libertés collectives.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.