ARRIVES AU PORT DE MOSTAGANEM EN 2019 : L'usine Tahkout demande le déblocage de sa marchandise    AUTOMOBILE : Les premières voitures Peugeot dès janvier 2020    Zetchi écarté de la photo souvenir    AIN TEMOUCHENT : Un train de voyageurs percute un semi-remorque    «Le meilleur moyen de procurer de la joie au peuple est de gagner des titres»    Officiel : Bennacer à Milan pour la visite médicale !    Loukal appelle L'OFID à poursuivre ses efforts    Les auteurs du cambriolage neutralisés    Résultats du BAC : Session de juin 2019 à Aïn Témouchent    La fanfare de la Protection civile égaye les annabis    Affaire Tahkout : Le wali d'El Bayadh Mohamed Khenfar auditionné à la Cour suprême    Zinédine Zidane félicite l'Algérie    Renard, c'est fini !    L'Algérie dans le groupe A avec le pays hôte    Djemaï boude ?    Un dialogue, deux approches    Un calvaire quotidien pour les populations    Un jeune de 18 ans meurt noyé à Oued Fragha    Des habitants de Kendoula ferment la route    L'autre casse-tête pour le gouvernement    ACTUCULT    Le faux débat sur les langues en Algérie    "La présidentielle a pour vocation de désigner un autre potentat"    L'intruse    La majorité des Français trouve le phénomène "normal"    Le Forum France-Algérie se joint à l'appel du mouvement associatif    Essebsi refuse de ratifier la nouvelle loi électorale    Le dialogue politique au point mort    Rassemblement de soutien aux détenus d'opinion    Plus de 7530 microentreprises créées    Le calvaire des usagers à Draâ Ben-Khedda    Les travailleurs de l'ADE menacent de couper l'eau    Une chaîne de télé franco-algérienne sera lancée en 2020    Jack Lang : "Nous sommes tous un peu algériens"    L'Ukrainienne Juicy M en guest star au Blackout Festival    France : Un quai baptisé Josette et Maurice Audin à Aubervilliers    Bouira : Hausse des piqûres de scorpions    Une cache d'armes et de munitions découverte à Tamanrasset    Guterres appelle à des partenariats plus forts pour les transitions post-conflits    La liste des accusations s'élargit    De la conquête par Tarik Ibn Ziad aux principautés    Vers la réhabilitation du vieux lycée technique    Wilaya d'Alger: Large campagne de nettoiement des cités des communes d'El Harrach    Lac Tchad : Boko Haram continue à faire des morts et des milliers de réfugiés    Aïd El Adha: Fixation de points de vente de bétail contrôlés à travers le pays    Les exigences de "l'Alternative démocratique"    Des centaines de fans coincés au Caire    Le blocage du pétrolier algérien a duré 1h15mn    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Gaïd Salah tempête mais le peuple décrète
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 24 - 06 - 2019

Se prévalant du pouvoir que lui confère la Constitution, le très contesté président par intérim de l'Etat s'était empressé de fixer au 4 juillet la tenue du scrutin de l'élection présidentielle destinée à donner un successeur à l'ex-président Bouteflika contraint de quitter avant terme de son mandat le palais d'El Mouradia. Le pouvoir incarné par Bensalah a dû se résoudre à renoncer à cette échéance fixée par lui mais en persistant dans sa volonté d'organiser ce rendez-vous électoral qui revêtirait, selon l'avis de son homme fort, le général Ahmed Gaïd Salah, chef de l'état-major de l'armée, un caractère impérieux et urgent devant être admis comme tel par tous les acteurs de la crise politique que vit l'Algérie. Mais pour aussi résolu que soit le pouvoir à l'organisation de l'élection présidentielle, il lui faut compter avec un mouvement populaire qui a décrété que depuis le 22 février l'Algérie a fini avec l'ère des élections présidentielles et exige qu'il soit établi les conditions et mécanismes qui garantiraient l'honnêteté et la régularité de telles échéances électorales dont notamment l'exclusion de leur pilotage et contrôle par les responsables encore en place du régime Bouteflika. Inflexible sur ce préalable, le mouvement populaire ne peut être taxé d'irresponsabilité pour son refus d'engager le dialogue sur cette question ou toute autre avec ces responsables dont il exige le départ et peut lui importe l'argument qu'on lui oppose de la constitutionnalité de leur maintien.
L'impasse dans laquelle est le pays risque de se prolonger même si l'homme fort du pays continue à tempêter et à diaboliser les opposants à la tenue de l'élection présidentielle aux normes que veut lui imposer le pouvoir de fait qu'il incarne. Sans lever l'obstacle que constitue le maintien du personnel politique dont le mouvement populaire revendique la disqualification, Gaïd Salah ne parviendra pas à obtenir le consensus qu'il recherche pour l'organisation de l'élection présidentielle. A défaut de ce consensus une telle élection, s'il décide malgré tout d'en faire la gageure et d'en fixer l'échéance, ne fera qu'aggraver la crise politique et produire les ingrédients d'une explosion populaire qui transformerait la révolution du sourire faisant l'admiration du monde entier en une révolte à laquelle sera donnée la légitimité de vouloir autrement faire triompher la souveraineté populaire et l'aspiration du peuple algérien à un Etat de droit, à la démocratie et à une gouvernance respectueuse des droits des citoyens et des libertés collectives.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.