Les relations algéro-turques évoluent conformément aux orientations des Présidents des deux pays    Le Conseil de sécurité exhorté à mettre un terme à l'obstination de l'Etat d'occupation marocain    Benabderrahmane s'entretient en Turquie avec le Premier ministre palestinien    Coupe Davis (Groupe 3/Zone Afrique): l'Algérie menée au score (1-0)    Partenariat AT-Kaspersky: une large gamme de produits pour garantir la sécurité des clients    Djamel Ould Abbes condamné à 3 ans de prison ferme    OL : Cherki vendu dès ce mercato ?    Wijnaldum a consulté Salah avant de rejoindre l'AS Rome    Accidents de la circulation : 61 décès et 1.831 blessés en une semaine    ANP: 5 éléments de soutien aux groupes terroristes arrêtés en une semaine    Quatre Palestiniens tués par l'armée sioniste    Djezzy: Mahieddine Allouche nommé DG par intérim    Electricité: L'Algérie prête à augmenter les quantités exportées vers la Tunisie    La virtualité des PIB et des PNB    Equipe Nationale: Yacine Adli a choisi l'Algérie    USM Bel-Abbès: En voie de disparition !    Mali: 17 soldats et 4 civils tués, 9 militaires portés disparus    Selon le rapport d'un institut américain: L'Algérie a réussi à contrer la menace terroriste    Affaire d'escroquerie d'étudiants algériens: Le propriétaire de la société «Future Gate» condamné à six ans de prison    D'une valeur de 2 millions d'euros: Du matériel médical périmé saisi, trois arrestations    Pour sécuriser les accès au pôle urbain Zabana: Le chantier de deux bretelles et d'un rond-point relancé    Un rival de Sadr réclame le retour du Parlement    Une opération à trois bandes...    Brèves    La première médaille pour Zouina Bouzebra    La Turquie «invitée» lundi prochain aux Etats-Unis    Un plan d'urgence pour développer ces filières    Ramtane Lamamra en Azerbaïdjan    La société civile et la jeunesse au-devant de la scène    La voix écoutée de l'Algérie    «L'anglais à l'école est une chose positive»    La canicule est de retour    Une fresque à la mémoire des victimes    Les détails de l'opération UGTA    Samy Thiébault en concert    Hommage à Mahboub Safar Bati    Conseil supérieur de la magistrature : élection des membres du Bureau permanent    Boughali s'entretient à Bogota avec le MAE colombien sur la promotion de la coopération bilatérale    Il y a deux ans, disparaissait Nouria, la "fleur du théâtre algérien"    Tlemcen: L'artiste peintre Abdelkamel Bekhti n'est plus    Le barrage inexploité    Au bon souvenir de feues, les «robes noires»    Lamamra reçoit le nouvel ambassadeur de Libye à Alger    Musée d'Oran: une exposition d'arts plastiques à la salle des Beaux arts    Mila: 17 biens culturels retenus au projet d'itinéraire touristique de la wilaya    L'hirondelle qui en appelle au printemps...    Journée nationale de l'ANP: Toufik, Nezzar et plusieurs généraux à l'honneur    Remaniement : le suspense est à son comble !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Recentrage
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 10 - 08 - 2019

Une nouvelle fois, l'armée investit l'arène politique et réitère ses «revendications», sinon son point de vue qui passe pour être celui que tout le monde doit suivre, concernant la sortie de crise politique actuelle. L'ANP a rappelé jeudi qu'elle reste pleinement engagée dans le processus de changement politique revendiqué par le peuple, qu'elle accompagne et que ce changement ne peut venir que des urnes, des élections présidentielles qu'elle soutient. Jusque-là, rien de nouveau dans le discours du chef d'état-major de l'ANP, Ahmed Gaïd Salah, si ce n'est ce soutien franc et direct au panel chargé du dialogue national. Mais, dans l'ensemble, il réaffirme de nouveau que l'armée reste fermement attachée à ses prérogatives constitutionnelles, qu'elle reste une armée républicaine, qui soutient les « politiques » dans leurs efforts de sortie de crise.
Pour l'armée, le grand danger actuellement est que le pays tombe dans une sorte de vide constitutionnel et que dès lors les forces politiques en présence ne pourront plus contrôler une lente dérive du fonctionnement des institutions. Comme elle prévient que l'Algérie dans la phase actuelle de grandes incertitudes ne saurait être « un jouet entre les mains des aventuriers». Ahmed Gaïd Salah lance en fait un avertissement clair que si le pays est en danger, l'ANP est prête à entrer en action « face à quiconque tenterait de porter atteinte à sa stabilité, sa sécurité, sa réputation et sa renommée ». Un message on ne peut plus direct à tous ceux qui tenteraient de déstabiliser le pays ou qui veulent lui imprimer une autre dynamique politique que celle tracée par le chef de l'Etat actuel, c'est-à-dire des élections présidentielles.
Bien sûr, l'ANP soutient et conforte le gouvernement actuel, le chef de l'Etat Abdelkader Bensalah, et confirme qu'elle reste attachée à la légalité constitutionnelle et qu'elle ne veut ni de changements politiques brusques ni d'orientations ou d'exigences politiques partisanes qui viendraient à lui enlever son rôle, celui de gardienne de la sécurité et la stabilité du pays. L'ANP a ainsi confirmé qu'elle n'a aucune ambition politique autre que celle de défendre le pays et ses institutions et expliqué une fois encore qu'elle reste jalouse de ses prérogatives, la sécurité du pays et des citoyens, et surtout que les affaires de sécurité, dont les barrages et le dispositif sécuritaire autour d'Alger ne sont pas les prérogatives d'une entité autre que l'armée. Dans la foulée, il a recadré tout le monde en rappelant que les affaires de justice ne concernent que la justice.
Pour le reste, Ahmed Gaïd Salah a enveloppé de sa « baraka » le travail et la mission de l'instance de dialogue national et l'accompagnera jusqu'à la fin de son travail. C'est-à-dire l'organisation d'élections présidentielles, seule voie de sortie de crise pour l'ANP, pour qui il ne saurait y avoir d'autre feuille de route que celle-là. Une sorte de mise en garde contre tous ceux qui voudraient imposer une autre solution de sortie de crise, notamment ceux, dans le camp démocratique, qui veulent aller d'abord vers une période de transition, avec un nouvel exécutif, pour préparer dans les meilleures conditions politiques des élections présidentielles qui ne pourront se tenir qu'au moins dans six mois, alors que le pouvoir actuel pousse pour leur organisation dans les plus brefs délais. Deux positions ambivalentes, qui s'affrontent, difficilement conciliables.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.