Rentrée 2022-2023 : le ministère de l'Education publie la liste officielle des fournitures scolaires    Retour sur le rôle actif du martyr Mokhtar Kritli dans les préparatifs de la Révolution (TEMOIGNAGES)    Real : Vers le départ en prêt de Ruben Blanco    Liverpool : Klopp en veut à Darwin Nunez    La faim plus menaçante    Le verdict sans appel du DG de la PCH: Magasins quasiment vides, médicaments en rupture, impayés...    Classement annuel de la CAF: Le football algérien mieux considéré    JS Bordj Menaiel: Azzedine Ait Djoudi, nouveau président    U 23 - Après le ratage des Jeux de la Solidarité Islamique 2022: Des lacunes à combler chez les Verts    Tlemcen - Cadastre, conservation foncière : un nouveau responsable pour voir plus clair    La série noire continue à Tiaret: Deux morts et trois blessés dans une collision    Des feux de forêts toujours actifs dans plusieurs wilayas: Des centaines d'hectares carbonisés et des familles évacuées    Le pain, la viande et le poulet    La Communauté internationale appelée à réagir: Le Maroc continue de piller le phosphate du Sahara Occidental    Le vieux de mon village    Dimanche, le pic!    Le grand retour    «Garante d'une sécurité alimentaire durable»    Les Verts déjà en forme    Altercation entre Tuchel et Conte    PSV Eindhoven à l'épreuve des Rangers    Agrément pour trois ambassadeurs algériens    L'Union africaine se penche sur le Tchad    La Chine relance ses manœuvres militaires    Un Palestinien tombe en martyr    Retrouvailles familiales    Près de 200 personnes évacuées aux urgences    «Complet» partout    Le FLN envisage des sanctions rigoureuses    Une troisième voie «pointe du nez»    Une autobiographie de Rachid Boudjedra    Riche programme en hommage à Moufdi Zakaria    Merabi participe au lancement du projet de réhabilitation du Lycée professionnel d'amitié Niger-Algérie    Conseil de sécurité: consultations sur le Yémen    Ghaza: un sit-in de solidarité avec les prisonniers palestiniens    Alger: sensibilisation à la rationalisation de la consommation de l'électricité    Agrément à la nomination du nouvel ambassadeur d'Algérie auprès du Pérou    Alimentation de bétail et de volailles: rappel de l'exemption de la TVA des opérations de vente des matières et produits entrant dans la fabrication des fourrages    Le ministère la culture célèbre la Journée nationale de la poésie en août    Etusa: ouverture d'une nouvelle agence commerciale au niveau de la station du 1er Mai    Saïd Chanegriha préside l'ouverture du concours militaire international "Section aéroportée 2022"    11e Festival culturel du Chaâbi : une pléiade d'interprètes rappellent le génie créatif de Mahboub Safar Bati    Salman Rushdie, les médias et les amalgames...    Une soirée cent pour cent Zenkawi style!    Egypte, 23 juillet 1952. Coup d'Etat ou révolution ?    Incendie dans une église du Caire: l'Algérie présente ses condoléances    Journée nationale de l'ANP: Toufik, Nezzar et plusieurs généraux à l'honneur    Remaniement : le suspense est à son comble !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Blocage
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 19 - 08 - 2019

A moins de deux semaines de la rentrée sociale et politique, tous les signaux sont au rouge et, vu la situation actuelle, il est évident qu'un consensus global sur une sortie de crise rapide est loin d'être atteint. Il y a d'abord ces avertissements grandeur nature à travers des manifestations citoyennes et ces colères contre le laisser-aller dans la gestion des affaires publiques dont l'AEP en ces temps de canicule n'est pas la moindre des revendications. L'action de l'Etat se dilue progressivement dans l'incompétence ou le blocage institutionnel des secteurs chargés de prendre en charge la demande sociale, des milliers de travailleurs n'ont pas reçu de salaires depuis que les patrons de certains groupes industriels ont été incarcérés pour faits de corruption et le pays tout entier vogue sur d'immenses vagues de contestations sociales et politiques.
Le gouvernement Bedoui est presque invisible et doit s'attendre à de fortes répliques citoyennes, notamment sur le front des différents services publics, à la rentrée sociale, et doit également trouver les réponses justes, sur le front économique, pour glisser sur les différents obstacles financiers et, surtout, trouver un bon équilibre dans la gestion des recettes pétrolières, avec des prix de pétrole en dents de scie, après l'arrêt de l'utilisation de la planche à billets. Il est évident que l'économie nationale, à bout de souffle, fonctionne toujours sur le reliquat du matelas du financement conventionnel et que le gouvernement doit trouver vite des solutions durables, justes pour éviter l'iceberg financier. Ces mauvaises nouvelles sur le front économique ne sont pas isolées, car sur le front politique les gros nuages ne se sont pas encore dissipés, bien au contraire.
L'initiative de dialogue et de médiation est en train de prendre l'eau de toutes parts. Parce qu'elle n'a pas été pensée et élaborée démocratiquement, avec la participation des représentants de la société civile et du peuple, cette initiative est en train de devenir une injonction politique qui réhabiliterait, d'une manière ou d'une autre, l'ancien système de gouvernance. Sinon, à quelle logique peut bien obéir cet entêtement du pouvoir à imposer des élections présidentielles comme unique solution, alors qu'en face tous les acteurs politiques réclament d'abord une période politico-économique et sociale de transition pour bien réfléchir sur le modèle de sortie de crise ? Car la régénération de l'ancien système est toujours d'actualité, même si ici et là il y a des actions et des décisions qui vont dans le sens d'un assainissement de la moralité des affaires publiques. Mais, cela ne suffit pas et ne peut être inscrit dans l'agenda du Hirak qui demande un changement de gouvernance radical.
Au mieux, il n'y a toujours pas d'accord entre les instances qui dirigent le pays sur les fondamentaux de la feuille de route de sortie de crise. Au pire, le panel de dialogue et de médiation n'arrivera jamais à réaliser sa mission, rejetée au départ par les milliers d'Algériens qui manifestent chaque vendredi pour un changement radical du mode de gouvernance et le départ de tous les résidus politiques du système Bouteflika.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.