Les chaines qui diffuseront les rencontres de nos Pros, ce jeudi    Le MAE dément la suspension par les Emirats arabes unis de la délivrance de visas    OPEP : Attar présidera lundi la 180ème réunion ministérielle    LPA: les listes des bénéficiaires dévoilées en mars 2021    Vaccin anti-Coronavirus : l'Algérie est dans une démarche très prudentielle    Arrêt de la diffusion télévisuelle par système analogique dans 5 wilayas    Conseil de la nation: adoption du projet de loi relatif à la lutte contre l'enlèvement    PSG: la réaction de Di Maria et Paredes au décès de Maradona    Le Maroc, soutenu par la France, a sapé tous les efforts pour régler la question sahraouie    «Nous avons un groupe homogène»    Aït Abdeslam «out» contre le CABBA et le MCO    22 pays dont l'Algérie confirment leur participation    Saïd Bouhadja n'est plus    Images d'ailleurs, regards d'ici    Sonelgaz menace    Entre avancées et entraves    Le membre du BP du PT acquittée à Jijel    Recensement de plus de 17 690 sites archéologiques depuis 2016    Kambozia Partovi, grande figure du cinéma iranien, est mort de la Covid-19    Les techniciens de cinéma exigent la reconnaissance    Noureddine Tounsi incapable de comparaître devant le juge d'instruction    "Certains juges préfèrent leurs convictions à la loi"    JS Kabylie : décès de l'ancien latéral Rezki Maghrici    Le verdict attendu pour le 1er décembre    "La sécurité, c'est mieux !"    Kaboré en tête des résultats partiels    Difficile unification du Parlement en Libye    De nombreux établissements scolaires paralysés    Les pompiers reprennent leur bâton de pèlerin    Naissance de l'Association des journalistes algériens solidaires avec le peuple sahraoui    Les Algériens ont une image mitigée de l'UE    Des résultats en nette régression    Amor Benamor s'approvisionne quotidiennement auprès de l'OAIC    Les livres, gouverneront-ils un jour ?    "Puentes", des ponts culturels entre l'Algérie et l'Espagne    "La création en banlieue : un art de combat ?" en débat    AEP : l'ADE multiplie les forages à Boumerdès    Football - Ligue 1: Sur fond de certitudes et d'inconnues    Licence professionnelle: Des contretemps pour la DCGF    Tlemcen: Deux nouveaux directeurs à la tête de l'urbanisme et du logement    Tébessa - Electricité et gaz : des mises en garde contre les raccordements illicites    Les angles de l'ingérence    Une médaille pour nos revers !    Chanegriha et Djerad présentent leurs condoléances à la famille du défunt    Le gouvernement entretient le suspense    Démantèlement d'un réseau de passeurs à Oran    1.025 nouveaux cas et 20 décès    Appels à protéger les civils à l'approche de la bataille pour Mekele    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





27ème marche des étudiants: «Non au panel, oui à un Etat civil»
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 28 - 08 - 2019

En dépit de la moiteur et d'un retour de la chaleur, ils étaient plusieurs centaines, voire plus d'un millier d'étudiants à avoir marché à Alger hier mardi, le 27ème depuis le début de la contestation estudiantine, pour revendiquer un changement de régime politique et le départ de tous ses symboles. La marche, à laquelle se sont joints des centaines de manifestants, hommes et femmes, a débuté comme d'habitude à partir de la Place des Martyrs, fortement quadrillée par un imposant service d'ordre. Arrivés au centre culturel Larbi Ben M'hidi, à la rue éponyme, siège du panel de dialogue et de médiation, les étudiants ont scandé des slogans hostiles au dialogue et dénoncé la mission du panel, qui veut imposer des solutions et une feuille de route qu'ils rejettent. Les étudiants ont déjà dit «non» au panel et critiqué sa manière de concevoir le dialogue. Par la suite, la manifestation s'est ébranlée de nouveau pour se diriger vers la Grande Poste, puis la rue Didouche-Mourad et la Place Audin. Là encore, un impressionnant service d'ordre était déployé, ce qui a fait dire à certains passants que «leur nombre est plus important que les manifestants eux-mêmes». C'est le dernier mardi de protestation estudiantines avant la rentrée sociale et scolaire, qui devrait reprendre de plus belle les revendications populaires et sonner le rappel de tous les étudiants du pays pour poursuivre le hirak et faire pression sur le pouvoir pour consentir les changements politiques revendiqués par la rue algérienne. A quelques jours de la rentrée universitaire également, la mobilisation s'est renforcée hier, car le nombre des étudiants et des manifestants était supérieur à celui de la semaine dernière. Et, parmi les étudiants et des dizaines de citoyens qui se sont joints au mouvement de protestation, il y avait des manifestants qui brandissaient des pancartes où on pouvait lire «libérez la justice et les médias», ou «le déni de justice est le pire des crimes». «Karim Younes à la poubelle», scandaient également les étudiants devant le siège du panel, à la maison de la culture de la rue Larbi Ben M'hidi, ou «Etat civil et non militaire». Toujours devant le siège du panel, les manifestants ont crié «Makanch intikhabat maa Elissaba» (pas de vote avec le gang), et «Karim Younes, chyat El Issaba», manifestant ainsi leur rejet de toute idée de dialogue, que veut organiser le pouvoir pour aller tout droit vers des élections présidentielles refusées par le hirak, des partis d'opposition et une partie de la société civile. Globalement, les slogans portés comme des revendications par les étudiants sont les mêmes que ceux scandés les semaines précédentes et lors des méga-manifestations des vendredis.
La libération du moudjahid Bouregaa a été également revendiquée avec force par les manifestants, qui ont demandé la libération des autres détenus d'opinion. Comme d'habitude, les étudiants ont marché en reprenant l'itinéraire de la rue Pasteur, rue El Khetabi, puis sont descendus vers le boulevard Amirouche. Ils ont remonté vers Didouche-Mourad en empruntant la rue Richelieu. Ils se sont rendus ensuite à la Grande Poste, barricadée par les policiers, en passant par la Place Maurice Audin.
Les manifestations des étudiants se sont par ailleurs déroulées dans plusieurs villes du pays, notamment à Oran, Annaba, Béjaia, Bordj Bou-Arréridj...Enfin, une minute de silence a été observée avant le départ de la manifestation, à la mémoire des victimes de la bousculade de jeudi soir au concert de Soulking. Les manifestants se sont ensuite dispersés dans le calme.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.