COVID-19: fabrication et commercialisation des masques de protection à partir de juin    Washington Times prédit une riposte médiatique contre l'Algérie    DECES D'EL-YOUSSOUFI : Le président Tebboune rend hommage à un "homme d'Etat chevronné"    ALGERIE POSTE : Disponibilité du réseau de l'ordre de 97.3% durant le Ramadhan    Jeux méditerranéens : échange de vues "constructif" autour d'Oran-2022    CC du FLN : le favori bloqué et accusé d'avoir le Coronavirus    RECONDUCTION DU CONFINEMENT : Les autorisations exceptionnelles de circulation prolongées    ORAN : Le wali booste les projets en cours    Coronavirus: 133 nouveaux cas, 127 guérisons et 8 décès en Algérie durant les dernières 24h    TISSEMSILT : Saisie de stupéfiant dans deux affaires différentes    Accidents de la route: 5 morts et 294 blessés durant les dernières 48 heures    Le Président de la République présidera dimanche une réunion du Conseil des ministres    Le centre de torture de Touggourt : une des sombres pages de la présence coloniale française    Crimes du 17 octobre 1961 à Paris : un des plus grands massacres de civils en Europe au 20è siècle    Décès de Abderrahmane El Youssoufi : une étoile du Grand Maghreb s'éteint    Les talibans revendiquent une première attaque    Après la mort d'un homme noir aux mains de la police : Des manifestations à Minneapolis et un commissariat incendié    6 morts dans l'explosion d'une centrale hydroélectrique    La famille d'un passeur tue 30 migrants en Libye    La colère sociale embrase plusieurs villes tunisiennes    "Kamel-eddine était sincère, franc et courageux"    Confrontation Halfaya – Saâdaoui lundi    La maquette du projet immobilier «JSK Tower» dévoilée    L'Algérie sur le podium    Ahmad Ahmad : "Nous ne pouvons pas encore nous prononcer"    Les feuilles de l'automne    L'infrangible lien…    Le député FLN Abdelmalek Sahraoui bientôt devant le juge    Polémique entre la défense et la Cour de Tipasa    De nouvelles négociations en cours : L'OPEP veut prolonger les réductions jusqu'à fin 2020    Détention préventive pour le propriétaire d'une laiterie    Politique industrielle : Ferhat Aït Ali décline les nouvelles règles à l'Assemblée nationale populaire    Relance de plusieurs chantiers à Blida    Biskra : Suspension du maire de Chetma    Une politique budgétaire incohérente    Le Brent à 34 dollars à Londres    Il y a 27 ans, Tahar Djaout était assassiné : L'homme, l'écrivain, le journaliste    Rencontres Cinématographiques de Béjaia : Appel a films au RCB 2020    «Il est très important de préserver au-delà des frontières notre beau patrimoine musical andalou»    Le Fifog reporte une partie de son édition à l'automne    Tensions entre Alger et Paris    La scène, ce reflet de la société    PETITE PRESSION, GRAND CHANTAGE    Covid-19: 360 cas guéris ont quitté les hôpitaux depuis l'apparition de la pandémie    Football - Affaire de l'enregistrement audio: Ce qu'il faut savoir sur le dossier    Le rationnement de l'eau du robinet est de retour: Une nouvelle plage horaire de 18 heures dès demain    Les mercenaires cathodiques    L'APN convoque une réunion "importante" en présence du MAE    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le Hirak, acte 27
Nouveau vendredi de mobilisation
Publié dans Le Midi Libre le 24 - 08 - 2019

Hier vendredi, le mouvement populaire a bouclé son sixième mois. Entamé le 22 février, le Hirak poursuit inlassablement sa quête de changement radical du régime et l'avènement d'une nouvelle République, espérée par des millions d'Algériens.
Hier vendredi, le mouvement populaire a bouclé son sixième mois. Entamé le 22 février, le Hirak poursuit inlassablement sa quête de changement radical du régime et l'avènement d'une nouvelle République, espérée par des millions d'Algériens.
C'est sans doute pourquoi ces Algériens n'ont pas abdiqué en continuant, vaille que vaille, à battre le pavé chaque vendredi. En atteste le vendredi d'hier, le 27e depuis le 22 février dernier, au cours duquel des dizaines de milliers de citoyens sont descendus, une fois encore, dans l'ensemble des villes du pays, pour clamer leur détermination à faire aboutir leurs revendications. Selon des sources concordantes, la mobilisation d'hier était plus forte que le vendredi précédent. A cela une explication : la météo était relativement clémente, puisque il a fait moins chaud que les vendredis précédents.
A Alger et dès la matinée, des centaines de citoyens se sont rassemblés tout prés de la Grande Poste, à la rue Abdelkrim Khetabbi plus précisément, avant d'entamer une marche vers la rue Didouche Mourad en scandant les slogans habituels du Hirak. Dans l'après midi et dès la fin de la prière du vendredi, le décor était tout autre. Des milliers de personnes ont en effet afflué vers la place Audin etla Grande Poste et la rue Didouche Mourad était noir de monde. Les manifestants, qui ont afflué de Bab el Oued et la place du 1er mai, ont exprimé leur refus du pouvoir et de ses initiatives de "sortie de crise". Ils ont ainsi rejeté l'Instance de dialogue et de médiation de Karim Younes, comme cela a été le cas depuis l'installation de cette structure qui a déjà entamé des consultations avec la société civile et les partis politiques, pour une sortie de crise.
"Dawla madania, machi askaria( etat civil et non militaire), "Makanach intikhabat maa el issabat" ( pas d'élections avec les bandes), "Jazair Hora démocratia" (Algérie libre et démocratique), ont été , entre autres, les slogans les plus scandés par les manifestants. Ces derniers ont également demandé la libération des détenus. Certains manifestants s'en sont même pris au chef d'état majo de l'ANP. Dans les autres villes du pays, le scénario était pratiquement le même et les foules ont revendiqué l'application des articles 7 et 8 de la Constitution, tout en appelant au départ des symboles du régime.
C'est sans doute pourquoi ces Algériens n'ont pas abdiqué en continuant, vaille que vaille, à battre le pavé chaque vendredi. En atteste le vendredi d'hier, le 27e depuis le 22 février dernier, au cours duquel des dizaines de milliers de citoyens sont descendus, une fois encore, dans l'ensemble des villes du pays, pour clamer leur détermination à faire aboutir leurs revendications. Selon des sources concordantes, la mobilisation d'hier était plus forte que le vendredi précédent. A cela une explication : la météo était relativement clémente, puisque il a fait moins chaud que les vendredis précédents.
A Alger et dès la matinée, des centaines de citoyens se sont rassemblés tout prés de la Grande Poste, à la rue Abdelkrim Khetabbi plus précisément, avant d'entamer une marche vers la rue Didouche Mourad en scandant les slogans habituels du Hirak. Dans l'après midi et dès la fin de la prière du vendredi, le décor était tout autre. Des milliers de personnes ont en effet afflué vers la place Audin etla Grande Poste et la rue Didouche Mourad était noir de monde. Les manifestants, qui ont afflué de Bab el Oued et la place du 1er mai, ont exprimé leur refus du pouvoir et de ses initiatives de "sortie de crise". Ils ont ainsi rejeté l'Instance de dialogue et de médiation de Karim Younes, comme cela a été le cas depuis l'installation de cette structure qui a déjà entamé des consultations avec la société civile et les partis politiques, pour une sortie de crise.
"Dawla madania, machi askaria( etat civil et non militaire), "Makanach intikhabat maa el issabat" ( pas d'élections avec les bandes), "Jazair Hora démocratia" (Algérie libre et démocratique), ont été , entre autres, les slogans les plus scandés par les manifestants. Ces derniers ont également demandé la libération des détenus. Certains manifestants s'en sont même pris au chef d'état majo de l'ANP. Dans les autres villes du pays, le scénario était pratiquement le même et les foules ont revendiqué l'application des articles 7 et 8 de la Constitution, tout en appelant au départ des symboles du régime.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.