Les réactions divergent entre optimisme et hésitation    «La qualité des candidatures définira le taux de participation»    Les lois relatives au régime électoral et à l'Autorité indépendante des élections promulguées au Journal officiel    Lamiri appelle à soutenir le pouvoir d'achat du citoyen    Redonner confiance et rapprocher l'Etat du citoyen, par une réelle décentralisation    Nouveaux horaires des trains de banlieue algéroise    La guerre en Syrie est officiellement terminée    Le MC Alger revient avec une précieuse victoire d'Oran    Ultime dérogation pour Cherif El Ouezzani, le CA au box des accusés    «La JSK réalise une nouvelle progression»    Slimani en tête du classement des meilleurs joueurs de la L1    Un artisan au service de l'éducation    L'Etat a construit des milliers de logements mais la crise perdure :    Les jeunes d'une agglomération secondaire réclament une aire de jeu    Pour les passionnés de fantastique    Une chaîne exclusivement dédiée aux pays du Maghreb    Un festival pour la promotion des traditions méditerranéennes    Algérie-Grande Bretagne: Le Royaume-Uni pour l'élargissement des relations économiques avec l'Algérie    Production de pétrole, attaques de drones en Arabie: le Brent atteint un niveau sans précédent depuis 30 ans    Stabilité et épanouissement de la nation    JM Oran-2021: Le logo officiel de la 19e édition sera présenté ce mardi    Election présidentielle: Discours du chef de l'Etat à la Nation (Texte intégral)    Ramaphosa veut rassurer les pays africains    Nouveau prix pour la Clio 4 GT Line    Honda présente la Honda e    Mohamed Djemai se retire du FLN    Enquêtes dans les écoles    On se trompe de dépouilles !    Un déficit de 4,41 mds de dollars    Psychotropes : en finir avec l'anarchie    3 prévenus placés en détention provisoire    MORTS PAR NOYADE ET PAR MONOXYDE DE CARBONE : Huit personnes décédées en 24 heures    CEM ‘' MOHAMED LAKHAL ‘' DE KHARROUBA : Les enseignants dénoncent la surcharge des classes    Plaidoyer pour une loi sur l'acquisition de tableaux    Sortir ...sortir ...sortir ...    Bull, portrait d'une Amérique à l'abandon, couvert de récompenses    Pour des mesures urgentes en matière d'éducation    JSK : Il a réussi son premier match international… : Mebarki s'affirme !    CRB : Coupe de la CAF, le plus dur reste à faire à Alger    Faible taux de participation et indécision totale    Le chef Raoni proposé au prix Nobel de la paix    Kagame veut éjecter l'Afrique du Sud des instances de l'UA    Sous le signe de l'amitié algéro-italienne    Suppression de la règle 51/49: Le débat est lancé    Football - Ligue 2: Le DRBT rejoint le duo de tête    Mohamed Chorfi à la tête de l'Autorité de surveillance des élections    Conclave wali-chefs de daïras et P/APC: Des mesures urgentes pour parer à d'éventuelles inondations    Analyse: Invitée au G7… L'Afrique n'a-t-elle vraiment fait que de la figuration ?    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le Hirak, acte 27
Nouveau vendredi de mobilisation
Publié dans Le Midi Libre le 24 - 08 - 2019

Hier vendredi, le mouvement populaire a bouclé son sixième mois. Entamé le 22 février, le Hirak poursuit inlassablement sa quête de changement radical du régime et l'avènement d'une nouvelle République, espérée par des millions d'Algériens.
Hier vendredi, le mouvement populaire a bouclé son sixième mois. Entamé le 22 février, le Hirak poursuit inlassablement sa quête de changement radical du régime et l'avènement d'une nouvelle République, espérée par des millions d'Algériens.
C'est sans doute pourquoi ces Algériens n'ont pas abdiqué en continuant, vaille que vaille, à battre le pavé chaque vendredi. En atteste le vendredi d'hier, le 27e depuis le 22 février dernier, au cours duquel des dizaines de milliers de citoyens sont descendus, une fois encore, dans l'ensemble des villes du pays, pour clamer leur détermination à faire aboutir leurs revendications. Selon des sources concordantes, la mobilisation d'hier était plus forte que le vendredi précédent. A cela une explication : la météo était relativement clémente, puisque il a fait moins chaud que les vendredis précédents.
A Alger et dès la matinée, des centaines de citoyens se sont rassemblés tout prés de la Grande Poste, à la rue Abdelkrim Khetabbi plus précisément, avant d'entamer une marche vers la rue Didouche Mourad en scandant les slogans habituels du Hirak. Dans l'après midi et dès la fin de la prière du vendredi, le décor était tout autre. Des milliers de personnes ont en effet afflué vers la place Audin etla Grande Poste et la rue Didouche Mourad était noir de monde. Les manifestants, qui ont afflué de Bab el Oued et la place du 1er mai, ont exprimé leur refus du pouvoir et de ses initiatives de "sortie de crise". Ils ont ainsi rejeté l'Instance de dialogue et de médiation de Karim Younes, comme cela a été le cas depuis l'installation de cette structure qui a déjà entamé des consultations avec la société civile et les partis politiques, pour une sortie de crise.
"Dawla madania, machi askaria( etat civil et non militaire), "Makanach intikhabat maa el issabat" ( pas d'élections avec les bandes), "Jazair Hora démocratia" (Algérie libre et démocratique), ont été , entre autres, les slogans les plus scandés par les manifestants. Ces derniers ont également demandé la libération des détenus. Certains manifestants s'en sont même pris au chef d'état majo de l'ANP. Dans les autres villes du pays, le scénario était pratiquement le même et les foules ont revendiqué l'application des articles 7 et 8 de la Constitution, tout en appelant au départ des symboles du régime.
C'est sans doute pourquoi ces Algériens n'ont pas abdiqué en continuant, vaille que vaille, à battre le pavé chaque vendredi. En atteste le vendredi d'hier, le 27e depuis le 22 février dernier, au cours duquel des dizaines de milliers de citoyens sont descendus, une fois encore, dans l'ensemble des villes du pays, pour clamer leur détermination à faire aboutir leurs revendications. Selon des sources concordantes, la mobilisation d'hier était plus forte que le vendredi précédent. A cela une explication : la météo était relativement clémente, puisque il a fait moins chaud que les vendredis précédents.
A Alger et dès la matinée, des centaines de citoyens se sont rassemblés tout prés de la Grande Poste, à la rue Abdelkrim Khetabbi plus précisément, avant d'entamer une marche vers la rue Didouche Mourad en scandant les slogans habituels du Hirak. Dans l'après midi et dès la fin de la prière du vendredi, le décor était tout autre. Des milliers de personnes ont en effet afflué vers la place Audin etla Grande Poste et la rue Didouche Mourad était noir de monde. Les manifestants, qui ont afflué de Bab el Oued et la place du 1er mai, ont exprimé leur refus du pouvoir et de ses initiatives de "sortie de crise". Ils ont ainsi rejeté l'Instance de dialogue et de médiation de Karim Younes, comme cela a été le cas depuis l'installation de cette structure qui a déjà entamé des consultations avec la société civile et les partis politiques, pour une sortie de crise.
"Dawla madania, machi askaria( etat civil et non militaire), "Makanach intikhabat maa el issabat" ( pas d'élections avec les bandes), "Jazair Hora démocratia" (Algérie libre et démocratique), ont été , entre autres, les slogans les plus scandés par les manifestants. Ces derniers ont également demandé la libération des détenus. Certains manifestants s'en sont même pris au chef d'état majo de l'ANP. Dans les autres villes du pays, le scénario était pratiquement le même et les foules ont revendiqué l'application des articles 7 et 8 de la Constitution, tout en appelant au départ des symboles du régime.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.