Le président Tebboune annonce son retour    Deux terroristes abattus au cours d'un accrochage    Belmadi dénonce    953 nouveaux cas en Algérie    Monseigneur Henri Teissier tire sa dernière révérence    Rien ne va plus pour le Real Madrid qui chute en Ukraine    Résolution du PE : l'Union parlementaire africaine condamne l'ingérence dans les affaires intérieures de l'Algérie    El-Guerguerat : les parlementaires suisses réaffirment leur soutien au droit du peuple sahraoui à l'autodétermination    Ait Ali Braham examine les opportunités d'investissement avec POWERCHINA    Henri Teissier était profondément attaché à l'Algérie et avait une grande estime pour son peuple    Le gouvernement sahraoui réagit aux déclarations "contradictoires" d'El Othmani    Le président Tebboune de retour au pays prochainement    Opep+ : poursuite des consultations pour un consensus adapté au marché pétrolier    TIZI-OUZOU : L'ENIEM annonce un arrêt technique de l'activité    HACIANE (MOSTAGANEM) : Le wali inspecte la zone industrielle de Bordjia    JOURNEE MONDIALE DE LUTTE CONTRE LE SIDA : Benbouzid affirme la volonté de l'Algérie d'éradiquer l'épidémie    PROGRAMME ‘'LPA'' 2018-2019 A MOSTAGANEM : Le wali préside une réunion de coordination    28 INTERVENTIONS ENREGISTREES : Alerte à l'asphyxie au gaz à Mostaganem    PROCES DE KARIM TABOU : Le verdict sera rendu le 7 décembre    CONSEIL NATIONAL DES DROITS DE L'HOMME (CNDH) : Lazhari critique la résolution du parlement européen    Covid-19 : une prime pour indemniser le personnel du secteur de l'éducation touché    La FAF et Belmadi réagissent avec fermeté aux propos racistes contre Bentaleb    L'Université Oran 2 au temps de la Covid-19 : cap sur le mode d'enseignement à distance    La vente des billets à partir de demain    Flambée des prix de l'aliment de bétail    Karouf repart !    L'Algérie débutera face à la Tunisie le 15 décembre    Le CRB assure l'essentiel    Le casse-tête de l'association des supporters    Mahdi Khelfouni n'est plus    Le fisc peine à taxer les fortunes    Cinq ans de prison pour Sellal et Ouyahia    Le procès en appel de "Mme Maya" reporté au 7 décembre    En Afrique, le paludisme tue bien plus que la Covid-19    Joe Biden invité à un sommet de l'Otan après sa prise de fonction    Le cerveau de l'attaque de Ghazni tué par l'armée    «Les premières opérations de vaccination pourraient débuter en janvier»    "Ce conflit résulte d'un dérèglement des rapports politiques entre l'état fédéral et les régions"    Pas de reprise du trafic le 15 décembre    Le documentaire Objectif Hirak primé en Inde    À Kinshasa, le combat des amoureux du livre et de la lecture    Lancement du mois virtuel des arts plastiques    Causes et conséquences des luttes historiques depuis l'indépendance    Une écriture antillaise    Fermé pendant 15 jours : Le marché d'El Hamiz à nouveau ouvert    L'Algérie condamne vigoureusement l'attaque terroriste au nord-est du Nigéria    Les Gilets Jaunes, le Hirak et l'enjeu de la démocratie    DROITURE ET BONNE FOI    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





LA TRAQUE INFORMELLE
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 11 - 09 - 2019

Nos commerçants, petits et grands, les affiliés et les rebelles à la sauvette donnent une image pathétique, presque dramatique au négoce. Ceux entre quatre murs commencent à s'initier aux règles de la réception des acheteurs, clients devenus de plus en plus indociles même si la loi de l'offre et de la demande reste désaxée. Les informels, eux, se démènent, empêtrés dans un commerce qui ne leur produit que la consistance d'une présence et l'illusion de vivre.
Si les affiliés résistent pour échapper à la faillite et à la ruine, les marchands clandestins n'ont que leur ténacité pour une survie aléatoire, rendant ridicules et puériles les chasses à l'homme des autorités, successives et répétées pour effacer un commerce appelé pompeusement informel.
L'ineptie est que l'on occulte les vraies causes du problème et l'on fait semblant de se conformer à une rigueur sociale que l'on sait superficielle bien que convaincu que c'est la traque avec sirènes qui est elle-même informelle. On est resté figé dans l'esprit circonscrit au ravalement de quelques murs et au rafistolage des bouts de routes aux passages des officiels poussant l'infantilisme désarmant jusqu'à courber la tête et briser l'honneur pour effacer les dos d'âne quand un prétendu seigneur s'annonce.
C'est que tout ce qui devait concourir à l'harmonie d'une bonne gouvernance a failli. A la base, l'école et la formation ont été depuis toujours perverties par la monstrueuse cupidité politique et en se généralisant a fini de faire sombrer toute une nation dans l'indolence et la nonchalance. Cerise pourrie sur une tarte indigeste, la farfelue politique de l'ANSEJ est venue comme un coup de massue sur un état des lieux affligeant. Des milliers de milliards ont été jetés par les fenêtres en toute conscience comme si le bricolage érigé en science diffuse pour rendre le savoir et le savoir-faire un attribut inaccessible à une majorité d'Algériens revêtus de force d'habits de zombies corvéables.
A bien peser et évaluer le vaste marécage social, pour peu qu'il soit intègre et d'un sérieux à toute épreuve, il faudrait bien de la compassion à l'adresse du futur président.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.