Le projet de loi sur les hydrocarbures, fruit d'expertises nationales à 100%, ne représente aucune crainte    Présidentielle en Tunisie: Kais Saied élu président avec 72,71% des voix    Gaïd Salah en visite aujourd'hui au commandement des forces navales    Le Conseil des ministres donne écho au mouvement populaire    Sellami : «Le taux annoncé par le ministère des Finances est dopé»    L'ARPCE l'a suspendue pour «utilisation illégale du VPN»    Ligue 1/MCA-USMA: match perdu par pénalité et défalcation de 3 points pour l'USMA    Un policier tue 4 membres d'une même famille et en blesse un autre    Wilayas de l'Est: suivi partiel du mouvement de débrayage des enseignants du primaire    Festival culturel international de musique symphonique    Des étudiants en architecture de Stuttgart achèvent une visite d'étude    Chanson berbère et identité nationale en débat    La liste des 23 joueurs locaux pour le match face au Maroc    Oran: plus de 90 exposants à la 16e édition du salon Batiwest    Syrie: la Turquie accuse les milices kurdes d'avoir "délibérément relâché" des terroristes    Un ancien ministre marocain recadré à cause de l'Algérie    COUPURE D'INTERNET AU NIVEAU DU VFS GLOBAL : L'Autorité de régulation réagit    Tribunal de Sidi M'hamed : Prolongation de la détention provisoire de six porteurs du drapeau amazigh    Appel à doubler d'efforts pour promouvoir la coopération parlementaire entre les pays de l'OCI    Oran: accostage d'un navire de croisière avec à son bord 641 touristes    Lutte contre les infections nosocomiales à Tizi-Ouzou: manque d'information et disparité entre les secteurs public et privé    Les joueurs, en grève, décident de boycotter toutes les compétitions    Algérie-France discuté mardi à Lille    Pour un moratoire sur les lois relatives aux secteurs sensibles    Retrait de 1 000 soldats américains du nord de la Syrie    Merkel somme Erdogan d'arrêter son agression    «Une détection précoce pour soigner et surtout limiter les séquelles liées aux traitements»    Des citoyens du village socialiste Guelta Zerga ferment la RN8    La campagne de vaccination retardée    Des civils exécutés par des milices à la solde d'Ankara    Trois manifestants relaxés à Sidi Bel-Abbès    L'Algérie ne s'est pas encore prononcée    Que décidera la CD/LFP ?    Soirée cinéma avec le film "Ici, on noie les Algériens"    ACTUCULT    Une belle «Rencontre d'ici et d'ailleurs» avec de grands artistes    Election présidentielle : Sortie de crise ou confirmation de l'impasse ?    Pas d'activités politiques pour les militaires à la retraite    MC Oran : Montagnes russes pour El Hamri    CA Bordj Bou Arréridj : Le contrat de Chaouchi résilié    CR Belouizdad : Le Chabab s'empare du fauteuil de leader    Alger: Le wali suspend les maires de Beni Messous et de Gué de Constantine    Tlemcen: Programme chargé pour le ministre de l'Intérieur en visite aujourd'hui    Rassemblement près de l'APN: Mobilisation contre la loi sur les hydrocarbures    Algérie/Nigeria : Le président nigérian appelle à une coopération énergétique accrue avec l'Algérie    Investissement : Le FCE soutient fortement la révision de la règle 51/49    Situation en Syrie: L'Algérie réitère son refus "catégorique" de l'atteinte à la souveraineté des Etats    34e Festival du cinéma " Entrevues de Belfort " : Les films "Abou Leila" et "143 rue du désert" en compétition    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Mohamed Chorfi à la tête de l'Autorité de surveillance des élections
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 16 - 09 - 2019

L'ex-avocat et ancien ministre de la Justice, Mohamed Chorfi, a été désigné, hier, président de l'Autorité indépendante de l'organisation et de surveillance des élections.
Chorfi a été plébiscité à l'unanimité par les 50 membres de cette autorité qui aura la lourde tâche de superviser la prochaine élection présidentielle qui intervient plus de 6 mois après la naissance du mouvement populaire du 22 février qui a eu raison de ce qui est appelé communément la « bande ». La cérémonie de « plébiscite » a eu lieu à l'hôtel Saint-Georges à Alger, en présence du coordinateur général de l'Instance nationale de dialogue et de médiation (INDM), Karim Younès, ainsi que de nombreux journalistes. L'Autorité, selon un décret signé la veille par le chef de l'Etat, Abdelkader Bensalah, veille à garantir «la transparence et la régularité» du scrutin lors des étapes de sa préparation et de son organisation. Mohamed Chorfi, lors d'une brève allocution, a assuré que la priorité de l'instance sera de concrétiser la revendication principale du peuple et qui consiste à choisir librement celui qui le représentera au sommet de l'Etat. Tout en reconnaissant que la tâche de l'Autorité sera ardue, l'ancien ministre de la Justice s'est engagé à ne ménager aucun effort pour faire de cette élection un rendez-vous transparent. Il s'est engagé également à rompre avec les pratiques de l'administration qui a discrédité tous les scrutins passés. « Notre devoir est de concrétiser le vœu du peuple algérien qui aspire à élire librement un président de la République », a déclaré l'ancien ministre de la Justice, qui affirme que c'est pour la première fois dans l'histoire de l'Algérie qu'une autorité se voit confier une tâche qui incombait auparavant à l'administration, plusieurs ministères ainsi que le Conseil constitutionnel. « J'ai consacré ma vie pour instaurer la justice », a déclaré M. Chorfi, qui souligne que le point commun entre les Algériens c'est notre patrie. Diplômé de l'Ecole nationale d'administration (ENA), Mohamed Chorfi est également détenteur d'une licence et d'un doctorat en droit. Il a occupé, auparavant, plusieurs hautes fonctions dont celles de magistrat, juge d'instruction puis procureur général au niveau de différentes cours (1972-1989 ), secrétaire général au ministère de la Justice (1989-1991), conseiller à la Cour suprême, ministre de la Justice (2002), puis ministre de la Justice, garde des Sceaux (2012). Enfin, il y a lieu de noter qu'une partie de la rue est contre cette élection, prétextant que les conditions ne sont pas totalement réunies. Toutefois, une autre partie est pour l'élection d'un président de la République afin de se consacrer à la mise en place de mécanismes pour redresser un pays qui sombre peu à peu dans l'incertitude. L'Algérie est en fait à la croisée des chemins. En dépit de l'incarcération de dizaines de ministres, de hauts responsables de l'Etat ainsi que les hommes d'affaires qui passent pour être des oligarques qui ont sucé le sang des Algériens, beaucoup reste encore à faire. L'élection présidentielle sera-t-elle le prélude à une nouvelle république ou viendra-t-elle encore compliquer une situation déjà compliquée ? Le pays tout entier retient son souffle.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.