Après la Constitution, une autre mission pour Laraba    POUR FAIRE REUSSIR LE REFERENDUM SUR LA CONSTITUTION : L'ANP fournira tous les efforts    Kalida Toumi bientôt devant le tribunal de Sidi M'hamed    AFFAIRE ALI HADDAD : Ouverture d'une information judiciaire sur le transfert de 10 millions de dollars    PROGRAMME AADL2 A MOSTAGANEM : Un projet qui traine à Stidia    CORONAVIRUS EN ALGERIE : Benbouzid confirme la véracité des chiffres    LE PHENOMENE EST DE RETOUR : 92 harraga dont 30 Marocains interceptés au large d'Oran    POLE UNIVERSITAIRE DE LAGHOUAT : Plusieurs infrastructures scientifiques inaugurées    De nouveaux produits interdits a l,importation    Information judiciaire sur le transfert de 10 millions de dollars    Une "étape cruciale" pour Chanegriha    Tebboune installe la Commission nationale    250 millions de dollars perdus annuellement    "Nous n'importerons aucun vaccin qui ne soit pas pré-qualifié OMS"    Les contaminations poursuivent leur baisse    Mystérieuse disparition de deux fillettes    Révision de la Constitution: début dimanche de la révision des listes électorales    Révision de la Constitution, un pas important vers l'édification d'une Algérie forte    Coronavirus: 210 nouveaux cas, 105 guérisons et 6 décès    Seuls 13 joueurs maintenus    Oukal (MCA) 12e recrue estivale    «L'algérianisation», priorité de Belhimer    Plus de 747 000 dossiers régularisés    Tebboune bannit les lettres de dénonciation anonymes    L'Ansej en mission de sensibilisation    L'ONU salue la décision de Fayez al-Sarraj de démissionner    Genèse d'un rebondissement des contaminations    Belatoui nommé adjoint de Casoni    Plus de 80 ha de chêne vert consumés près de Tikjda    Abdelmadjid Merdaci n'est plus    3 animateurs des cafés littéraires interpellés puis relâchés    Epidémie : annulation de la Fiac 2020, principal rendez-vous du monde de l'art à Paris    Office national des droits d'auteur (ONDA) : Transparence dans la gestion    Sept morts dans deux attaques    3300 habitations démolies en six ans par Israël    Erdogan prêt à rencontrer le Premier ministre grec    Ce que prévoit le projet de rénovation    Le recrutement d'Abdelhafid fait jaser    "Je suis soulagé !"    CRB : Aïboud contrôlé positif à la Covid-19    Egypte : Belaïli en route vers Al Ahly du Caire    Niger : L'EI revendique l'assassinat de 8 personnes    Somalie : Accord pour des élections en 2021    Pour la solidarité avec le peuple algérien et la libération des détenus du Hirak    L'auteur Youcef Laichi Mimoun grand lauréat    "Confilmés", la résistance par l'image    Evénement musical. La rentrée en Nouba : Lila Borsali se digitalise    Israël : le «pacte d'Abraham» et la trahison des émirs    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Mohamed Chorfi à la tête de l'Autorité de surveillance des élections
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 16 - 09 - 2019

L'ex-avocat et ancien ministre de la Justice, Mohamed Chorfi, a été désigné, hier, président de l'Autorité indépendante de l'organisation et de surveillance des élections.
Chorfi a été plébiscité à l'unanimité par les 50 membres de cette autorité qui aura la lourde tâche de superviser la prochaine élection présidentielle qui intervient plus de 6 mois après la naissance du mouvement populaire du 22 février qui a eu raison de ce qui est appelé communément la « bande ». La cérémonie de « plébiscite » a eu lieu à l'hôtel Saint-Georges à Alger, en présence du coordinateur général de l'Instance nationale de dialogue et de médiation (INDM), Karim Younès, ainsi que de nombreux journalistes. L'Autorité, selon un décret signé la veille par le chef de l'Etat, Abdelkader Bensalah, veille à garantir «la transparence et la régularité» du scrutin lors des étapes de sa préparation et de son organisation. Mohamed Chorfi, lors d'une brève allocution, a assuré que la priorité de l'instance sera de concrétiser la revendication principale du peuple et qui consiste à choisir librement celui qui le représentera au sommet de l'Etat. Tout en reconnaissant que la tâche de l'Autorité sera ardue, l'ancien ministre de la Justice s'est engagé à ne ménager aucun effort pour faire de cette élection un rendez-vous transparent. Il s'est engagé également à rompre avec les pratiques de l'administration qui a discrédité tous les scrutins passés. « Notre devoir est de concrétiser le vœu du peuple algérien qui aspire à élire librement un président de la République », a déclaré l'ancien ministre de la Justice, qui affirme que c'est pour la première fois dans l'histoire de l'Algérie qu'une autorité se voit confier une tâche qui incombait auparavant à l'administration, plusieurs ministères ainsi que le Conseil constitutionnel. « J'ai consacré ma vie pour instaurer la justice », a déclaré M. Chorfi, qui souligne que le point commun entre les Algériens c'est notre patrie. Diplômé de l'Ecole nationale d'administration (ENA), Mohamed Chorfi est également détenteur d'une licence et d'un doctorat en droit. Il a occupé, auparavant, plusieurs hautes fonctions dont celles de magistrat, juge d'instruction puis procureur général au niveau de différentes cours (1972-1989 ), secrétaire général au ministère de la Justice (1989-1991), conseiller à la Cour suprême, ministre de la Justice (2002), puis ministre de la Justice, garde des Sceaux (2012). Enfin, il y a lieu de noter qu'une partie de la rue est contre cette élection, prétextant que les conditions ne sont pas totalement réunies. Toutefois, une autre partie est pour l'élection d'un président de la République afin de se consacrer à la mise en place de mécanismes pour redresser un pays qui sombre peu à peu dans l'incertitude. L'Algérie est en fait à la croisée des chemins. En dépit de l'incarcération de dizaines de ministres, de hauts responsables de l'Etat ainsi que les hommes d'affaires qui passent pour être des oligarques qui ont sucé le sang des Algériens, beaucoup reste encore à faire. L'élection présidentielle sera-t-elle le prélude à une nouvelle république ou viendra-t-elle encore compliquer une situation déjà compliquée ? Le pays tout entier retient son souffle.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.