Décongestion routière dans la capitale : Coup d'envoi de la réalisation de deux nouvelles pénétrantes    L'APLS mène de nouvelles attaques contre les positions des forces d'occupation marocaine    Les marches du vendredi se poursuivent    Mise en garde    Décret sur les psychotropes: Le SNAPO réclame la publication de la liste des produits concernés    La CNAS d'Oran organise une campagne d'information: Du nouveau pour les demandes de congé de maternité à distance    El-Bayadh: Les agriculteurs soulagés    Tlemcen: L'ex-député Tahar Missoum condamné à 2 ans de prison    CFA - Grade fédéral: Une liste des arbitres admis gelée    FAF - Coupe de la Ligue: USMA - MCA, une finale avant la lettre    Eradication prochaine de trois grands bidonvilles: Préparatifs pour le relogement de plus de 4.000 familles    MONNAIE COURANTE    Prise en charge des revendications socioprofessionnelles: Djerad pour une «approche progressive»    LES «BONS MOTS» : «LIMOGEAGE», «LYNCHAGE», «COMPLOT»...    Guelma: L'évocation douloureuse du 8 mai 1945    La police attaquée, une dizaine de morts et des kidnappings    Une politique du mensonge et du chantage    Les slogans sortis de laboratoires    Des ex-magistrats saisissent Tebboune    Mahrez refait le match    Villarreal – Man United, une finale inédite    Tottenham cible Conte    Les mises en garde du gouvernement    Le gaspillage atteint son apogée    À la veille du grand jour à Béjaïa    De l'importance des structures de proximité    L'unité d'urgences médicales opérationnelle    L'Algérie dans le «Top Ten»    Un lourd dossier contre Rachad    La Tunisie, aux abois, se tourne de nouveau vers le FMI    La pasionaria Djamila Boupacha    Une idée sur la barbarie coloniale    Le fabuleux destin d'un héros oublié    Limogeage du directeur régional des douanes d'Annaba    Le résistant intrépide    15 personnes arrêtées à El-Qods occupée    Percée des conservateurs dans un bastion travailliste    Le manque de vaccins accroît le risque d'une nouvelle vague    La mercuriale se stabilise pour les légumes, pas pour les fruits    Un report qui n'arrange pas les Verts    Les nouvelles recrues de la JSK, de l'ESS, du NCM, de l'USMH et du WAT qualifiées    USMA-MCA, le choc    Vers un congrès national sur la réconciliation en Libye    Renvoi du verdict au 27 mai    Sansal récipiendaire du prix Méditerranée du roman 2021    Quid de la coopération technique ?    L'histoire de Mowgli traduite en kabyle    L'opération Barkhane ne devrait pas durer plus que quelques années    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Selon le FFS: La crise a «atteint un stade dangereusement critique»
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 16 - 09 - 2019

Dans une déclaration publiée hier, le Front des forces socialistes (FFS) estime que « la crise politique nationale s'aggrave de jour en jour et a atteint un stade dangereusement critique », une situation qui « incombe aux tenants d'un pouvoir illégitime, impopulaire et autoritaire qui (...) a décidé unilatéralement d'imposer sa feuille de route en organisant une élection présidentielle à brève échéance ».
Le communiqué, signé par le premier secrétaire, Hakim Belahcel, dénonce « les actes de répression » contre ceux qui s'opposent à « la feuille de route » du pouvoir, « en procédant à des interdictions systématiques des activités politiques et associatives dans l'espace public, à des interpellations et arrestations violentes qui ciblent des militants politiques, des acteurs sociaux et des manifestants du mouvement révolutionnaire pacifique et à la fermeture des canaux médiatiques indépendants ».
Décrivant les conditions de préparation de la présidentielle, le FFS note la « convocation à tout prix du corps électoral le 15 septembre » et l'adoption de « façon expéditive » de « deux projets de loi liés au régime électoral et à l'autorité d'organisation des élections par un Parlement illégitime et impopulaire ». « Ce qui relève d'un acte politique suicidaire, tout en restant insensible au rejet exprimé par le mouvement citoyen chaque vendredi depuis le 22 février », affirme le communiqué.
Le FFS rappelle qu'il « rejette totalement l'agenda du pouvoir » et « dénonce son obstination et son recours à des institutions illégitimes décriées par le peuple algérien ». Le communiqué dénonce également « les agissements irresponsables et dangereux des médias aux ordres, notamment l'ENTV, dont la propagande malfaisante vise à saper les bases de la cohésion et de l'unité nationale ». Cependant, le FFS « réitère son appel pour un dialogue sérieux, transparent et inclusif afin de trouver des issues consensuelles et réalistes à la crise nationale multidimensionnelle, et ce, dans l'intérêt suprême du peuple algérien et de la nation, une et indivisible ». Pour cela, il « appelle les autorités du pays à libérer immédiatement tous les détenus politiques et d'opinion et l'arrêt des intimidations et de toutes formes de répression afin d'installer un climat favorable à ce dialogue ».
Le FFS appelle « à la vigilance et au maintien de la mobilisation et l'engagement d'une manière solidaire, unitaire et pacifique jusqu'à la satisfaction des revendications légitimes de la Révolution du 22 février ».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.