Le Président Tebboune : si le peuple veut le changement, il est temps de l'opérer    La défense arrache difficilement un second renvoi    Un terroriste abattu et un pistolet mitrailleur récupéré à Jijel    Le timing se précise    Ighil prolonge d'une année    Un attaquant étranger pour boucler le recrutement    Timide reprise des cours    La colère des transporteurs    L'icone du malouf Hamdi Bennani n'est plus    Boukadoum retourne à Bamako    La production pétrolière reprend sur plusieurs sites en Libye    La répression israélienne s'intensifie    La faute de goût de Nasser    Madrid se prépare à restreindre la liberté de mouvement    Le plan de relance en quête de mode d'emploi et de moyens : Entre les urgences de l'heure et les défis de la transformation économique    La pénurie de liquidités en Algérie : Un défi macroéconomique qui requiert un plan global et cohérent de mesures    Boukaroum exclu de l'AG    La fille des Aurès    Les non-dits    La science du projecteur expliquée aux daltoniens que nous sommes !    Les citoyens interpellent le wali    Entre enthousiasme et appréhensions    19 harraga arrêtés au large d'Arzew    Le Sébaou, un fleuve spolié    Les femmes en force à Jijel    Un espace de coworking ouvre ses portes à Tizi Ouzou    Mention spéciale pour l'Algérien Ali Mehaoudi    Les zaouias, l'autre obstacle qui freine l'épanouissement du peuple algérien    Parution du livre Béjaïa, terre de lumières de Rachik Bouanani    Un projet de musée dédié au costume traditionnel    USM Bel Abbès : Le club de la Mekerra peine à garder ses cadres    L'Algérie ne renoncera point à la récupération des restes mortuaires de ses résistants    Les comportements-barrières d'antan    Ils revendiquent la régularisation de leur situation professionnelle: Sit-in des travailleurs du pré-emploi devant la wilaya    Conseil des ministres: Feu vert pour l'exploitation artisanale des gisements d'Or    ASO Chlef: Un effectif à reconstruire    Crise sanitaire: Les offres d'emploi en forte baisse    Pour le lancement des travaux du réservoir d'eau: Les habitants des cités AADL Ain El-Beida interpellent le wali    Chlef: La nouvelle présidente du tribunal administratif installée    Tebboune rencontre des responsables de médias: Internet, rentrée scolaire, liberté d'expression…    ECORCHURE    DEPECHE PAR LE PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE : Sabri Boukadoum entame une visite de travail à Bamako    Vers la révision de la loi sur la Monnaie et le Crédit et la prise en charge des risques de change    Président Tebboune: "Il n'existe aucune restriction à la liberté de la presse en Algérie"    Rosthom Fadhli, nouveau gouverneur de la Banque d'Algérie    203 nouveaux cas, près de 50.000 au total    L'Arabie saoudite va-t-elle suivre ?    BRAVADE AVEUGLE    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le spleen du professeur avant la retraite
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 23 - 09 - 2019

Il paraissait un peu fatigué et pour cause, il n'a pas pris de vacances cet été, à part quelques escapades à la plage et de longues siestes à la maison. Depuis une douzaine de jours, le temps qu'il passe à l'université est occupé par les examens de rattrapage et les corrections. Mais à peine revenu au boulot, il n'arrête pas de penser à la retraite. Cela fait 38 ans exactement qu'il a rejoint l'enseignement supérieur, d'abord comme maître-assistant puis gravissant tous les échelons jusqu'au rang de professeur. Regrette-t-il aujourd'hui d'avoir choisi un tel métier casse-tête ? Il ne sait pas trop.
Tous les métiers se valent, mais dans ce pays, ils ont tous, pratiquement, été dévalorisés, subi les conséquences du laisser-aller général. L'université ne va pas bien, mais demain, qu'à Dieu ne plaise, cela pourrait être pire.
Il essaie d'expliquer les raisons de ce qu'il hésite à appeler crûment une régression, ne veut pas dire non plus du mal de ses collègues mais avoue à demi-mot que «certains enseignants universitaires ne lisent même pas un livre par an alors qu'ils sont supposés être la crème de ce pays, que les diplômes des étudiants sont bradés et qu'à peine 20 à 30% sont mérités véritablement. Pour avoir la paix, gonfler les statistiques, pouvoir dormir tranquillement, on a menti, triché, construit sur du sable».
Il pense que la dégringolade à l'université a commencé au début des années 2000. «Avant, ce n'était pas très brillant, mais le LMD a donné le coup de grâce». Il précise que personne, en particulier, n'est coupable et que c'est tout un système qui est responsable, qui contribue «à reproduire la lacune. Pourquoi voulez-vous que dans l'enseignement supérieur, ça marche, alors que partout ailleurs, cela ne vole pas très haut ?»
Dans son laboratoire à l'université, il continue de faire de la recherche appliquée, mais gaspille beaucoup moins ses neurones depuis qu'un ex-ministre a déclaré que l'Algérie n'a pas besoin de prix Nobel (il reconnaît, quant à lui, que son ambition personnelle n'est jamais allée aussi loin). Pour le plaisir et pour rester zen, il imagine parfois des plans pépères en ce qui concerne sa retraite prochaine. Qui sait ? Il ouvrira peut-être un petit commerce pour mettre du beurre dans les épinards et faire une virée de temps à autre à Paris afin d'oublier tous les tracas du bled.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.