Le MSP annonce sa participation aux prochaines élections locales    Le rétablissement de la confiance du citoyen, «priorité absolue» du Gouvernement    MDN: Livraison d'aides humanitaires au Niger    Man City : Guardiola repris de volée par les supporters    FC Barcelone: Pogba gratuit, le rêve irréalisable de Laporta?    Al-Kouni: je viens pour informer le Président Tebboune de la teneur de mes visites dans les pays voisins au sud de la Libye    Feu vert pour le retour du public avec pass sanitaire    Tribunal militaire de Blida : la cour d'appel confirme les 16 ans de réclusion contre Bouazza    Nice : Delort met les points sur les i au sujet de l'OM    JS Kabylie : Yarichène récupère l'ordre d'expulsion de Cherif Mellal    Le Cnese se penche sur la question des brevets    Aokas, ville morte    Le dossier des hirakistes transféré à Sidi M'hamed    Nouvelles attaques contre les sites de l'occupation marocaine    Guterres critique les divisions que connaît le monde    Gamouh sera-t-il promu au badge Fifa ?    Vers le retour de l'enseignement en présentiel    Lancement du ramassage du carton à Sétif    Pour une commission de suivi des projets    Lancement de l'opération de retrait des ordres de versement de la 1re tranche au profit de 6 000 souscripteurs    Les MAE arabes disent non    Nouvel appel à l'ONU pour une enquête internationale    Les Mondiaux de cross d'Australie reportés à 2023    Le Tunisien Kais Yaakoubi à la barre technique    7 ans de prison ferme requis contre Hamid Melzi    Les dessous d'une flambée    27 nouveaux départs de feu en 24h    En attendant le mutant...    Le Snapap menace d'une grève générale    Réouverture aujourd'hui    Une caravane de loisirs pour les enfants    Une Amérique plus que jamais guerrière    «Plan destination Algérie»: Les attentes des professionnels du tourisme    LA VIE D'APRES    Sensibilisation à la vaccination contre la Covid-19: Sept associations retenues par PNUD Algérie    Privatisation : réflexion sur une solution pour Air Algérie    La mal-gouvernance : quel coût pour la collectivité nationale?    Le chanteur Renaud et la machine à fabriquer de l'argent    Quand les élections locales s'annoncent par des batailles rangées chez les indus occupants du parti fln, ce patrimoine national immatériel    ÊTRE ET NE PAS ÊTRE ?    Benabderrahmane répond aux députés    6000 Souscripteurs à l'appel    La plaie béante de la classe politique    L'ONU retire les Casques bleus gabonais de Centrafrique    Tebboune décrète la Journée nationale de l'imam    Djamel Allam, un artiste irremplaçable    Omar Sy, producteur et acteur principal    Plus de 12,6 quintaux de kif traité saisis en une semaine    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Elections présidentielles: La candidature de Mihoubi entérinée par le RND
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 06 - 10 - 2019

Le Conseil national du RND a entériné, vendredi dernier, la candidature de son secrétaire général par intérim dont le discours a été d'une clairvoyance rare.
Azzedine Mihoubi ne figure pas dans le palmarès politique national. Ce n'est pas un homme politique ou du moins n'en n'a pas été un, même depuis qu'il est apparu sur la scène partisane sous l'étiquette RND. Les membres du Conseil national du parti l'avouent quand ils affirment qu'il a « un riche bagage scientifique et culturel et de hautes qualifications en matière de gestion des affaires publiques, à travers l'expérience acquise dans les différentes hautes fonctions de l'Etat qu'il a assumées, l'habilitant à se porter candidat au poste de président de la République ». En d'autres termes, l'ancien ministre de la Culture est connu pour être un homme de lettres, du roman, du poème et de la prose dans toute leur splendeur, manipulant la langue arabe avec une aisance qui ravit l'ouïe. Pourtant son discours de clôture vendredi dernier, de la 7ème session du Conseil national de son parti a étonné plus d'un de par son caractère politique pragmatique et lucide. Pour cette fois, il s'est déplacé de la tribune « littéraire » vers celle purement politique. Il est candidat à la candidature des élections présidentielles du 12 décembre prochain. Il a défendu « constitutionnellement » son droit de l'être. Mihoubi défie le diable en étant candidat à une élection à laquelle le ‘Hirak' lui dénie le droit de participer. « Celui qui exclut notre parti, qu'il se présente lui aussi devant le peuple, quel que soit le résultat de ces élections, nous l'accepterons parce que nous savons que le peuple est souverain, » a-t-il affirmé lors de la conférence de presse qu'il a animée, le jour même. « Pensez à demain », est son slogan de campagne électorale, période durant laquelle il appelle les citoyens « à faire preuve de discipline et de respect des règles et principes démocratiques ». Il réfute le fait de revenir sur le passé d'un RND intronisé par la fraude. Pour lui, il ne s'agit donc plus de la machine électorale que le pouvoir a l'habitude de mettre en marche pour gagner des élections. Il s'engage à cet effet, « à poursuivre le processus d'affranchissement des pratiques négatives qui prévalaient, dans le passé, sur la scène politique (...) ». Il ne doit pas en être le candidat du pouvoir parce que le Haut Commandement de l'armée ne va pas contredire le ‘Hirak'. Ce mouvement populaire qui scande en faveur de la démocratie et du respect des libertés individuelles et collectives, refuse avec hargne de voir sur la scène nationale les partis qui ont toujours soutenu le pouvoir. Le RND, le FLN et leurs auxiliaires sont donc blacklistés. Mihoubi part donc en perdant. Mais il aura eu ce courage de défier tout le monde en se portant candidat à la candidature. Son programme, il n'en a pas un « classique ». Il pense poser « de grandes questions intellectuelles et politiques » au peuple pour cadrer « une approche politique commune qui sera la plate-forme d'une Algérie nouvelle ». Il compte aussi s'inspirer des expériences réussies dans le monde.» Contrairement aux politiques qui ont retiré, avant lui, les formulaires de leur candidature, Mihoubi a été très fin en insinuation et en allégories estimant, entre autres, que sa foi « en la liberté, le pluralisme et la coexistence ne signifie, aucunement adopter, le silence face à certains avis non démocratiques qui prônent l'exclusion, issus d'une logique populiste et de surenchères politiciennes ».
Le SG par intérim du RND estime que l'élection prochaine nécessite le recours « à d'autres forces politiques et syndicales, à des personnalités ainsi qu'à des acteurs actifs de la société. Nous veillerons à ce qu'il y ait une large adhésion en faveur du candidat pour hisser la concurrence à un haut niveau ». Il accepte ainsi de contribuer à une élection qui a besoin de beaucoup de prétendants pour tenter de transcender les menaces de son annulation.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.