FIFA Best : Les 5 nominés pour le titre d'entraineur de l'année    Numérisation en cours    Déjà en phase de modernisation    Un scooter propre et innovant    Escapade dans le monde des SUV    Le moudjahid et ancien président de l'APN Said Bouhadja n'est plus    Le Bayern et Liverpool visent les 8es, Inter-Real sous pression    Des marchés couverts désertés par les commerçants et la clientèle    Covid-19 : tout sur les tests de dépistage    Les écoles renouent avec la grève    Vous parlez au nom de qui ?    Maïssa Bey sur les traces d'Amara Lakhous    Dans le Sud irakien, le narguilé, c'est l'affaire des ébénistes    Renvoi du verdict au 8 décembre prochain    "Ciccolini a eu la sanction qu'il mérite"    Des agriculteurs bloquent le lancement des travaux    Qualification de huit nouvelles recrues    énième report du procès Boumala    Des mesures pour faire face à une situation d'urgence    Les civils piégés à l'approche de la bataille de Mekele    Une grande bataille à mener par tous    Les Témouchentois passeront l'hiver au chaud    Pierre Buyoya démissionne    Moscou accuse Washington de violer ses eaux territoriales    Les banques publiques difficilement vendables    Liberté pour Yacine Mebarki    Le sujet qui fâche    USMBA – RCR : Treize joueurs qualifiés par la LFP    EN U20 : Un stage d'une semaine à Sidi Moussa    Timimoun : Des chercheurs préparent un sommet des oasis en 2021    Le Mouloudia d'Alger à pied d'œuvre au Bénin    Musée Public National des Antiquités d'Alger : Acquisition de nouvelles pièces archéologiques    Faute de bus depuis le début de l'épidémie : Les habitants de Belouta et Bouchaoui pénalisés    Maroc-Sahara Occidental: «Une reprise des hostilités préméditée»    Les facteurs dopants    Pénurie de Lovenox: Le ministre accuse l'automédication    Tlemcen: Un projet pour sécuriser l'alimentation en eau    Arabie saoudite : un site d'Aramco touché par un missile    Blida: Trois trafiquants de psychotropes sous les verrous    LA NATURE DU CIEL ET LE POIDS DU COUFFIN    Le tourisme grand perdant    La DGSN rappellel'obligation du port du masque en voiture    Lancement fin novembre des travaux de réalisation de 140.000 logements    Macron provoque la tempête !    Le report de plusieurs affaires pénales intervient à "la demande de la défense des accusés"    Le juge demande un complément d'enquête    Tergiversations au Conseil de la Nation    Décès de Abderrachid Boukerzaza: Djerad présente ses condoléances à la famille du défunt    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les portraits géants des présidents portent malheur
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 18 - 11 - 2019

Progressivement, les portraits géants de l'ex-président se sont mis à trôner un peu partout en Algérie et son regard hautain semblait tirer sur tout ce qui se bouge dans ce pays. Comme il l'avait annoncé au début de son premier mandat, il s'est démené comme un diable pour être beaucoup plus qu'un trois-quarts de chef d'Etat. Apparemment, rien ne paraissait trop grand pour cet homme doué qui a été, juste après l'Indépendance, ministre à l'âge de 23 ans et qui a bénéficié jusqu'à mi-chemin environ de son parcours en tant que président, de la confiance d'une bonne partie du peuple algérien.
Pourtant, à Alger, au palais d'El-Mouradia, des ministres remplaçaient d'autres ministres sur des considérations parfois non objectives, les discours suaves succédaient aux envolées lyriques, de nouvelles directives contredisaient les précédentes décisions. L'argent récolté grâce à la montée du prix du pétrole permettait de financer de grands projets mais colmatait aussi les brèches que produisaient la rente et les différents fiascos et il aiguisait les appétits voraces de tous les loustics que comptait le pays.
Car - et c'est un des constats qui intriguent le plus aujourd'hui - les brigands de toute sorte n'ont pas eu peur de ce président qui ne voulait pas faire de vagues et n'hésitait pas à cacher la poussière sous les tapis de la République. Alors on a vu des responsables véreux toucher leur bakchich au vu et au su de tous. On a vu des pseudo-militants de partis de la coalition présidentielle, qui voulaient à tout prix devenir députés, carrément acheter leur siège. On a vu des élus faire des choix qui allaient à contre-courant de l'intérêt général. La blessure reste encore très vive : pourquoi notre cher pays est-il tombé si bas ?
Puis un jour, les portraits géants de l'ex-chef d'Etat ont été décrochés à la hâte, suite à sa démission imposée par le ressentiment populaire, et l'armée a pris les choses en main. Nombre de dirigeants politiques et économiques de l'Algérie se sont retrouvés en prison et n'ont pas très bien compris ce qu'il leur est arrivé. Les élections présidentielles à venir ont été fixées au 12 décembre mais le prochain président est d'ores et déjà prévenu : les portraits géants portent malheur et mènent droit au mur.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.