Grève contre le projet de réforme des retraites (France) :    La situation financière des clubs relancée    L'Algérie présente au rendez-vous de Djerba    Projet de traduction des plus importants écrits    Le combat de Zahia Ziouani    Décès de la chanteuse du groupe Roxette    L'Algérie prend part à Rome à la réunion ministérielle des pays membres    «Je m'engage à ouvrir un dialogue national sérieux»    Maroc : Pourquoi la compagnie TUI fly supprime-t-elle des vols vers le Maroc ?    nouveau président de la République    Niger : Une deuxième attaque en deux jours contre l'armée    Sommet de Paris : Poutine salue un " pas important " vers une désescalade en Ukraine    France: Après 6 jours de grève, la réforme des retraites va être enfin dévoilée    Benflis prend acte de sa défaite et annonce le passage de flambeau aux jeunes    Les résultats préliminaires annoncés par l'ANIE    OGC Nice: "Atal absent quelques mois"    Remis de sa commotion cérébrale: L'Algérien Oukidja opérationnel face à Marseille    Médias: Sky perd les droits de la Ligue des champions pour l'Allemagne    Installation de portiques électroniques    « 2019 a été une année exceptionnelle pour moi »    Lutte contre la criminalité urbaine à Alger: Près de 3.000 affaires traitées en novembre    Djelfa : Culture du safran à Djelfa, une expérience concluante pour le jeune Abderrahmane Khelili    L'annonce des résultats définitifs entre le 16 et le 25 décembre    Election présidentielle: Abdelmadjid Tebboune largement élu président    Les premières leçons de l'élection présidentielle du 12 décembre 2019    Tissemsilet : Manifestations du 11 décembre 1960 : réinhumation des restes du chahid Bennai Omar à Theniet El Had    Tunisie : " La prise de conscience autour du patrimoine historique est tardive "    Court métrage documentaire : Le documentaire "Nice Very Nice" en compétition au Sénégal    Adoption d'un projet de loi pour contrôler l'emploi    Mahrez dans le Top 10 des joueurs africains les mieux payés    MASCARA : Un parc illicite sur un espace de l'APC    AIN TEMOUCHENT : Arrestation d'un individu en possession d'un drone    Secousse tellurique de magnitude 3,2 degrés à Boumerdès    TISSEMSILT : Délocalisation du concours des agents d'administration à Tiaret    Deux contrebandiers arrêtés à Ouargla et un autre appréhendé à Biskra    Des vents forts vendredi sur plusieurs wilayas du Nord et des Hauts-Plateaux    Présidentielle: le taux de participation par wilayas annoncé à 15h    Brèves    L'Algérie condamne "avec la plus grande force" l'attaque contre l'armée au Niger    Préserver cette institution de solidarité entre générations    Nouveaux pourparlers de paix à Juba entre rebelles et Khartoum    Projet de traduction des plus importants écrits algériens en langue française    ACTUCULT    Exportation de 460 000 tonnes de ciment    Eric Zemmour sera jugé le 22 janvier prochain    Bangkok en haut du classement    Communiqué du Conseil des ministres    COP25 sur le climat : La protection de la nature cherche sa place    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les portraits géants des présidents portent malheur
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 18 - 11 - 2019

Progressivement, les portraits géants de l'ex-président se sont mis à trôner un peu partout en Algérie et son regard hautain semblait tirer sur tout ce qui se bouge dans ce pays. Comme il l'avait annoncé au début de son premier mandat, il s'est démené comme un diable pour être beaucoup plus qu'un trois-quarts de chef d'Etat. Apparemment, rien ne paraissait trop grand pour cet homme doué qui a été, juste après l'Indépendance, ministre à l'âge de 23 ans et qui a bénéficié jusqu'à mi-chemin environ de son parcours en tant que président, de la confiance d'une bonne partie du peuple algérien.
Pourtant, à Alger, au palais d'El-Mouradia, des ministres remplaçaient d'autres ministres sur des considérations parfois non objectives, les discours suaves succédaient aux envolées lyriques, de nouvelles directives contredisaient les précédentes décisions. L'argent récolté grâce à la montée du prix du pétrole permettait de financer de grands projets mais colmatait aussi les brèches que produisaient la rente et les différents fiascos et il aiguisait les appétits voraces de tous les loustics que comptait le pays.
Car - et c'est un des constats qui intriguent le plus aujourd'hui - les brigands de toute sorte n'ont pas eu peur de ce président qui ne voulait pas faire de vagues et n'hésitait pas à cacher la poussière sous les tapis de la République. Alors on a vu des responsables véreux toucher leur bakchich au vu et au su de tous. On a vu des pseudo-militants de partis de la coalition présidentielle, qui voulaient à tout prix devenir députés, carrément acheter leur siège. On a vu des élus faire des choix qui allaient à contre-courant de l'intérêt général. La blessure reste encore très vive : pourquoi notre cher pays est-il tombé si bas ?
Puis un jour, les portraits géants de l'ex-chef d'Etat ont été décrochés à la hâte, suite à sa démission imposée par le ressentiment populaire, et l'armée a pris les choses en main. Nombre de dirigeants politiques et économiques de l'Algérie se sont retrouvés en prison et n'ont pas très bien compris ce qu'il leur est arrivé. Les élections présidentielles à venir ont été fixées au 12 décembre mais le prochain président est d'ores et déjà prévenu : les portraits géants portent malheur et mènent droit au mur.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.