Du verbiage et des actes    Ce nuage rouge sang entre l'Algérie et la France    L'ancien ministre des Finances, Benkhalfa: La récupération du foncier industriel, une «décision judicieuse»    Un léger mieux mais... Le casse-tête de la liquidité bancaire    Le discours officiel à l'épreuve    Accord de libre-échange UE/Maroc: La Cour de justice de l'UE examine le recours du Polisario    Sarkozy condamné à 3 ans de prison pour corruption    MCO - Licence professionnelle: Les supporters retiennent leur souffle    WA Tlemcen: Un état d'esprit à préserver    SCM Oran: Vers le dépôt des licences au niveau de la DJS    Disparition de Fekri: Un corps repêché à Cap Rousseau    Le confinement partiel reconduit    Ballotés entre la wilaya et l'APC: Les concessionnaires privés chargés de la collecte dans l'impasse    Tiaret: Le théâtre s'éveille    Président Tebboune : l'Algérie entretient avec la France de bonnes relations, loin du complexe d'ancien colonisateur    Président Tebboune: l'ANP a atteint un niveau de professionnalisme qui la tient à l'écart de la politique    Président Tebboune: l'Algérie n'enverra par ses troupes au Sahel    Président Tebboune: Des sites web d'un pays voisin à l'origine des rumeurs sur mon état de santé    Relance de l'économie: Rationnaliser les dépenses et encourager l'investissement    Président Tebboune: "les revendications du Hirak populaire authentique satisfaites pour la plupart"    La Seaal annonce des coupures dans plusieurs communes d'Alger    163 nouveaux cas et 4 décès en 24 heures    Les principales décisions de Tebboune    Tebboune insiste sur l'irrigation pour augmenter de 20% la production nationale de blé    Le Polisario réitère son engagement à défendre la souveraineté du peuple sahraoui    Reconduction du confinement partiel à domicile dans 19 wilayas    Indicateurs financiers en 2020: la politique monétaire à la rescousse de la liquidité bancaire    Découverte d'un corps sans vie s'apparentant à celui du jeune homme disparu, Fekri Benchenane    Washington veut éviter la rupture avec l'Arabie Saoudite    Les conditions d'exercice et d'agrément réglementées    Le Pr Djenouhat invite les épidémiologistes à approfondir les enquêtes    Le dossier de demande de la licence professionnelle transmis à la DCGF    Les déplacés confrontés à un risque imminent de famine    Rencontre «Evocation, Asmekti N Idir» à Larbaâ Nath Irathen : Yidir ...pour l'éternité    Dix affiches d'artistes, dont Mika, pour redonner des couleurs à Paris    Au bonheur du public !    Après la défaite concédée face à la JSK : Amrani en sursis, les joueurs mis à l'index    Mamélodi Sundowns s'est baladé face au CRB (5-1)    4 décès et 132 nouveaux cas    Le procès du greffier hirakiste reporté au 21 mars    Le décret publié au "Journal officiel"    Karim Tedjani | militant écologiste et fondateur du portail de l'écologie Nouara : «Pour produire réellement bio, il y a des critères à respecter»    Biden est contraint d'annuler la décision de son prédécesseur concernant le Sahara occidental    La démonstration de force d'Ennahdha    Le fort de Gouraya, un site à sauvegarder    AVONS-NOUS LES MOYENS DE LA DEMOCRATIE ?    El-Bahia, carrefour culturel méditerranéen    Une première pour les nouveaux ministres du Gouvernement Djerrad III    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Ouyahia, Sellal et patrons d'usines de montage de véhicules: Début du procès sans la défense
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 04 - 12 - 2019

Les avocats de la défense dans les affaires de corruption impliquant notamment les deux ex-Premiers ministres, Ahmed Ouyahia et Abdelmalek Sellal, et des patrons d'usines de montage de véhicules comptent boycotter le procès qui devrait commencer aujourd'hui mercredi. Plusieurs avocats, notamment le bâtonnier d'Alger, Abdelmadjid Sellini, ont annoncé sur leur page Facebook leur intention de déserter la salle d'audience du tribunal de Sidi M'hamed.
Il semblerait que le collectif des avocats (50) en charge de la défense des deux ex-Premiers ministres mais aussi plusieurs autres membres du gouvernement et des patrons de groupes industriels se sont donné le mot pour boycotter le procès qui tient en haleine tout le pays. Abdelmadjid Sellini a déjà donné le ton lundi dernier après la décision du juge de reporter le procès à ce mercredi.
«C'est un jour de deuil pour moi. Nous espérions un procès équitable avec toutes les garanties de sérénité et de transparence. Mais cela n'est pas le cas. La justice est toujours politisée», a-t-il déclaré aux dizaines de journalistes venus couvrir l'évènement. Le bâtonnier d'Alger a affirmé en colère que «les conditions d'une justice juste ne sont pas réunies». Plus loin, Maître Sellini qualifie le procès de «sentence destinée à la consommation publique» en soulignant que «les prévenus ne sont que des boucs émissaires qu'il faut sacrifier. Nous refusons, en tant qu'avocats, de prendre part à cette mascarade».
De son côté, Maître Khaled Bourayou a déclaré que «le gouvernement veut donner un bouc émissaire à l'opinion publique à la veille des élections présidentielles du 12 décembre prochain et cela est inacceptable».
Ouyahia, Sellal et les ministres Youcef Yousfi, Mahdjoub Beda, Abdelghani Zaalane et Abdesselam Bouchouareb (toujours en fuite) sont poursuivis avec les hommes d'affaires Hassan Larbaoui, Mohamed Bairi, Ahmed Mazouz et Ali Haddad ainsi que l'ex-wali de Tipaza, Mounia Zerhouni, pour «octroi d'indus avantages» et «corruption» dans l'affaire du montage de véhicules. De lourdes accusations pèsent sur les deux anciens Premiers ministres notamment l'attribution d'indus avantages à des hommes d'affaires dans des concessions liées notamment à la construction automobile.
Une seconde affaire a trait au «blanchiment d'argent et à l'utilisation de biens issus de revenus illicites à des fins criminelles». Dans cette affaire, la justice devra examiner trois dossiers impliquant une soixantaine de prévenus. Les hommes d'affaires Ali Haddad, patron de l'ETRHB, Ahmed Mazouz, patron du groupe éponyme, Mohamed Baïri et son frère, patrons du groupe Ival, et Hacène Arbaoui, patron de Global Group, qui assemble notamment des voitures de marque KIA et Hyundai utilitaires, y sont accusés.
Le procès est le premier traité par la justice en audience publique depuis le début de l'opération anticorruption qui a commencé après la démission d'Abdelaziz Bouteflika, le 2 avril 2019, après vingt ans de règne sans partage. D'autres dossiers vont suivre durant les prochaines semaines et concernent des ministres, des walis, des directeurs centraux de ministères et des hommes d'affaires.
L'appareil judiciaire compte remonter à des affaires de corruption datant même des années 1990 du temps des DEC (délégation exécutive communale). Des milliers de dossiers ont été «dépoussiérés» et la justice semble vouloir frapper d'une main de fer tous ceux qui se sont servis et ont détourné l'argent public.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.