Juventus: l'avenir de Sarri lié à Lyon ?    Coronavirus: le Premier ministre instruit les parties concernées à prendre les mesures nécessaires    Coronavirus: Aucune personne ayant approché le ressortissant italien ne présenterait des signes inquiétants    LE CARACTÈRE ET L'AMBIVALENCE DE CERTAINS DE MES COMPATRIOTES    Algérie- Maroc : conjuguer le Hirak au pluriel maghrébin    MOULOUD MAMMERI UNE MORT INJUSTE    Fourar: aucun autre cas positif de Coronavirus en Algérie    Les réserves hydriques actuelles, "suffisantes" pour satisfaire les besoins nationaux en 2020    Le Président Tebboune se rend à la Mosquée du Prophète à Médine    Real Madrid: Zidane aurait une alternative à 150M€ pour Mbappé !    Sahara Occidental: l'UA, un partenaire principal dans le processus de décolonisation    Le soutien de l'Algérie au droit à l'autodétermination du peuple Sahraoui salué à Bechar    Vinicius Jr s'en prend à l'arbitre de Real Madrid-Manchester City    Ligue 1 (USM Alger) succession de Dziri Billel: l'entraîneur Bira dit oui avant de se rétracter    Rassemblement de protestation des Patriotes    T'es pas mon frère !    Pour ne pas rentrer les mains vides…    Appels à intensifier l'effort de lutte contre le terrorisme    L'ambassadeur du Mali en France dénonce des "débordements"    PT : "Le régime n'a pas changé"    An I du Hirak, tentative de dévoiement et décantation !    Les revendeurs «partenaires»    Huawei présente le nouveau Mate XS 5G pliable à 2 400 euros    Berraf maintient sa démission du COA    Derby indécis pour une place dans le dernier carré    ASO-PAC pour ouvrir le bal    Le président de Madar secoue les joueurs    Samsung présente ses nouveautés au MENA Forum 2020    Près de 80% des commandes maintenus chez Renault Algérie    Les vérités, toujours bonnes à dire !    Les pharmacies d'Oran prises d'assaut    10 ans de prison requis contre Kamel Chikhi    Le président Tebboune appelle à une "extrême vigilance"    Un jeune homme de 28 ans meurt suite à ses blessures à Sidi Khettab    Pas de cadeaux pour Chenine    Les 8 élus du RCD annoncent leur retrait du parti    ...sortir ...sortir ...sortir ...    Les «gilets jaunes» s'invitent à la Berlinale    Pollution : pointé du doigt, le monde de l'art fait sa mue tardive    Le théâtre comme expérience sensorielle    Le livre-mémoire de l'enfant d'Aghbalou    Jeux méditerranéens 2021: la capacité du parc hôtelier d'Oran doublera    Quelle communication pour la «nouvelle Algérie» ?    Grève de l'Education: Suivi mitigé dans les écoles primaires    Révision Constitutionnelle - L'immunité parlementaire : une spécificité algérienne    Les expatriés du Groupe Volkswagen jettent l'éponge    ENI donne des détails sur son employé atteint du virus    Les avocats continuent de denoncer    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les raisons de la colère
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 25 - 01 - 2020

Il ne faut pas se bercer d'illusions sur nos comportements sociétaux et si les manifestations verbales et pacifiques, bien que profondément contestatrices de l'ordre établi ( le «Système»), sont devenues au fil du temps (presque une année, ce qui est extraordinaire) une façon de «faire» de la politique «ensemble», façon citée en exemple et suivie, ça et là, avec plus ou moins de bonheur et de heurts, il y a encore, beaucoup d'arbres monstrueux cachés par la belle forêt populaire.
Cela n'est pas nouveau. A chaque époque ses ogres. Ainsi, par le passé lointain, on a eu des «révolutionnaires» plus «marsiens» que «novembriens» qui voyaient partout du «réactionnaire», du «contre-révolutionnaire» et du «petit-bourgeois» et du «régionaliste». Puis, on a eu des intégristes devenus «terroristes» ou «justiciers» qui étaient même allés jusqu'à l'élimination physique des «autres». Par le passé récent, profitant surtout de la liberté d'expression retrouvée et la présence de nouvelles chaînes privées de télévision, on a eu des charlatans et des «intellos» illuminés (dont des «journalistes»), à la religiosité exacerbée, qui voyaient partout du laïc, du «francouche», de l'assimilationniste, du juif, du chrétien, du franc-maçon, du croisé, du complot. Voilà donc qu'une nouvelle étape est abordée avec l'apparition des «révisionnistes» qui «tirent dans tous les coins», profitant de la liberté de dire et de faire favorisée par le mouvement populaire et par l'accès quasi illimité -et souvent dans l'anonymat - à la diffusion électronique de l'«information» (sic !) : déclarations régionalistes, puis racistes et enfin «harkistes», sous couvert d'un «nationalisme» bien éloigné du «patriotisme». Nos nouveaux «censeurs» (hélas encore jeunes ce qui repose la question du système éducatif national qui a plus «formaté» que «formé») s'érigent en «historiens» et se mettent même à juger -et à condamner, ce qui est le comble- ceux qui sont morts pour l'indépendance du pays. Il est vrai que de l'autre côté, traumatisés certainement par les horreurs de la décennie rouge puis perturbés par les dérives communicationnelles et verbales des «gardiens de l'identité uniformisée», certains mortellement anti-système - ne s'en laissent pas compter et osent dire leur «vérité». Avec, parfois, là aussi, des dérives regrettables. Y compris contre leurs proches (cf. les récents reproches à l'endroit de Kamel Daoud qui a «osé» analyser à sa manière le Hirak).
Trop, c'est trop ! Car, il est admis qu'au-delà d'une certaine limite, les dangers vont en s'accroissant rapidement, attisant les feux non plus de la colère mais de la haine. Il faut donc y mettre le holà.
Le président de la République a déjà «vu rouge», demandant au gouvernement la confection d'une loi contre le racisme et les discours incitant à la haine et le régionalisme en Algérie. Une loi ? Nouvelle ! Encore ? Et si, tout simplement, on appliquait très sérieusement, et à tous, sans exception... et non pas seulement à un petit fonctionnaire de wilaya, les textes déjà existants. Des articles à revoir et à élargir à d'autres corps, à d'autres groupes, comme celui des héros de la guerre de libération nationale tombés au champ d'honneur! Bien sûr, l'injure dépasse le cadre de l'opinion, mais se contenter de très, très fortes amendes. Payables immédiatement, sinon ! Car, si l'Etat algérien a besoin de beaucoup de morale et de bons exemples, il lui faut, aussi, le nerf de la lutte, l'argent. A condition qu'il soit bien utilisé !


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.