APN: adoption de l'Ordonnance modifiant et complétant la loi relative à la santé    Le ministère de l'Habitat examine le projet de texte réglementaire relatif au LLP    Mali: le président de la transition rencontre le médiateur de la Cédéao    Coronavirus: 179 nouveaux cas, 116 guérisons et 5 décès    Boukadoum reçoit le nouvel ambassadeur de Hongrie en Algérie    Commerce extérieur: le retour au système des licences n'est pas à l'ordre du jour    La Zlecaf ouvrira de larges perspectives aux opérateurs économiques algériens    FC Barcelone: Suarez justifie le choix Atlético pour son départ    Ghardaïa: Etude pour la réutilisation des eaux épurées à des fins d'irrigation agricole    APN: adoption du projet de loi relatif à la lutte contre les bandes de quartiers    Affaire SOVAC : poursuite du procès en appel à la Cour d'Alger    Tebboune insiste sur la nécessité d'accélérer la réforme du Conseil de sécurité    Quand le bricolage fait des siennes    Belkaroui arrive, Masmoudi prolonge son contrat    Le contrat de Tiboutine résilié    Le développement durable : enjeux et défis pour l'Algérie    5 heures pour juger Djemaï    De lourdes peines pour les frères Kouninef    Une rentrée scolaire à domicile    «L'hôpital des 240 lits de Kharouba sera classé en CHU»    Plus de 3 500 étudiants ont rejoint l'université    Ce soir-là...    Actucult    "Tout est rentré dans l'ordre avec Bouloudinat"    Les détails du protocole sanitaire    Mesmoudi prolonge, Belkaroui signe    Le directeur sous contrôle judiciaire    Une année de prison, dont quatre mois avec sursis    Investiture en catimini du président Loukachenko    Des progrès dans les discussions Grèce-Turquie au sein de l'Otan    Téhéran crie victoire face à Trump    Le niveau de l'eau en baisse significative    Le budget supplémentaire 2020 en baisse    Corsica Linea reporte ses traversées au 14 octobre    Le RCD dénonce une "remise en cause du multipartisme"    Deux productions algériennes à l'honneur    Appel à contribution pour l'ouvrage "Psychiatrie, Société et Religion"    Parution prochaine du deuxième tome    Hiatus, méprises et augures    GSP : 200 sportifs effectuent le test de COVID-19    Foot Der    Poker gagnant pour l'Histoire    La démocratie et ses travestissements    RICANEMENTS PASSES    Techniques de traduction de la B. D. de l'arabe vers l'espagnol: L'Institut Cervantès lance un appel à inscription    Ximénès ou les frères Barberousse ? Le grand tournant de l'Histoire de l'Algérie au XVIème siècle    "Le projet de la nouvelle Constitution consacre l'Etat de droit"    L'arabie Saoudite dèvoile le calendrier    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Tout manque à El Ogla
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 01 - 02 - 2020

El Ogla est une daïra à vocation agropastorale située à la limite administrative de la wilaya de Khenchela. Une région steppique peu pourvue en équipements sociaux. El Ogla et ses trois autres communes, Mazraâ, Stah Guentis et Bejen, font partie d'un territoire ancré dans un espace accidenté. Les habitants sont souvent des petits agriculteurs, éleveurs ou commerçants. Ici, la terre qui a enfanté Cheikh Larbi Tébessi, natif de Stah Guentis, les gens espèrent un jour sortir de leur anonymat, bénéficier d'un quelconque projet, à même de leur rendre l'espoir, d'une vie décente.
Ici on ne demande pas la lune, mais seulement un peu d'égard et de reconnaissance, car la région a vécu les affres les plus atroces de la décennie noire.
Des familles entières ont dû quitter leurs terres pour se réfugier plus loin, à Chéria, à Tébessa. Et le retour n'était pas aisé pour rétablir les liens avec ceux qu'on était forcé d'abandonner. Pour toutes ces raisons, El Ogla et les autres localités de l'ouest de la wilaya de Tébessa sont restées loin du compte, embourbées dans leurs insuffisances, le marasme d'une quotidienneté morose. Alors, la dernière visite du wali Attallah Moulati sera-t-elle salutaire ? L'on continue d'espérer, diront les citoyens de la contrée. Le chef de l'exécutif de la wilaya s'est rendu sur place afin de prendre le pouls, de tâter le terrain, de s'informer de l'état des lieux. Et les habitants lui ont soulevé leurs préoccupations majeures, la santé entre autres.
Ici le projet d'un hôpital de 60 lits traîne depuis quelques années déjà, quand sera-t-il réceptionné, le wali promet qu'il sera livré bientôt, avec en plus son équipement d'un scanner médical. Pour le moment, les malades doivent se déplacer jusqu'à Chéria ou Tébessa, voire la voisine Khenchela, pour se soigner ou se procurer des médicaments. Le cadre de vie des gens d'El Ogla n'est pas leur premier souci, eux qui sont habitués aux coups de vents poussiéreux, et pourtant ils voudraient voir leurs routes bitumées, leurs lampadaires bien entretenus, leurs écoles bien sécurisées, et puis pourquoi pas quelques espaces de détente. La wali leur a annoncé des dotations financières supplémentaires pour des opérations de travaux d'aménagement urbain.
A Stah Guentis, fief du mausolée Sidi Abid, les gens s'accrochent encore à la lueur de lumière bénite pour que leur hameau puisse un jour sortir la tête de l'eau du sous-développement, du mépris érigé en règle par certains comportements bureaucratiques et du manque harassant. Ces sont ces disparités et inégalités que les autorités de la wilaya veulent amincir et réduire, à défaut de les éradiquer, à travers des programmes d'équipements publics nécessaires au profit de la population locale, de la sédentariser par des projets concrets, d'éliminer toutes les formes de l'injustice sociale et du besoin, enfin d'ouvrir devant les gens de nouvelles perspectives.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.