APN: adoption de l'Ordonnance modifiant et complétant la loi relative à la santé    Le ministère de l'Habitat examine le projet de texte réglementaire relatif au LLP    Mali: le président de la transition rencontre le médiateur de la Cédéao    Coronavirus: 179 nouveaux cas, 116 guérisons et 5 décès    Boukadoum reçoit le nouvel ambassadeur de Hongrie en Algérie    Commerce extérieur: le retour au système des licences n'est pas à l'ordre du jour    La Zlecaf ouvrira de larges perspectives aux opérateurs économiques algériens    FC Barcelone: Suarez justifie le choix Atlético pour son départ    Ghardaïa: Etude pour la réutilisation des eaux épurées à des fins d'irrigation agricole    APN: adoption du projet de loi relatif à la lutte contre les bandes de quartiers    Affaire SOVAC : poursuite du procès en appel à la Cour d'Alger    Tebboune insiste sur la nécessité d'accélérer la réforme du Conseil de sécurité    Quand le bricolage fait des siennes    Belkaroui arrive, Masmoudi prolonge son contrat    Le contrat de Tiboutine résilié    Le développement durable : enjeux et défis pour l'Algérie    5 heures pour juger Djemaï    De lourdes peines pour les frères Kouninef    Une rentrée scolaire à domicile    «L'hôpital des 240 lits de Kharouba sera classé en CHU»    Plus de 3 500 étudiants ont rejoint l'université    Ce soir-là...    Actucult    "Tout est rentré dans l'ordre avec Bouloudinat"    Les détails du protocole sanitaire    Mesmoudi prolonge, Belkaroui signe    Le directeur sous contrôle judiciaire    Une année de prison, dont quatre mois avec sursis    Investiture en catimini du président Loukachenko    Des progrès dans les discussions Grèce-Turquie au sein de l'Otan    Téhéran crie victoire face à Trump    Le niveau de l'eau en baisse significative    Le budget supplémentaire 2020 en baisse    Corsica Linea reporte ses traversées au 14 octobre    Le RCD dénonce une "remise en cause du multipartisme"    Deux productions algériennes à l'honneur    Appel à contribution pour l'ouvrage "Psychiatrie, Société et Religion"    Parution prochaine du deuxième tome    Hiatus, méprises et augures    GSP : 200 sportifs effectuent le test de COVID-19    Foot Der    Poker gagnant pour l'Histoire    La démocratie et ses travestissements    RICANEMENTS PASSES    Techniques de traduction de la B. D. de l'arabe vers l'espagnol: L'Institut Cervantès lance un appel à inscription    Ximénès ou les frères Barberousse ? Le grand tournant de l'Histoire de l'Algérie au XVIème siècle    "Le projet de la nouvelle Constitution consacre l'Etat de droit"    L'arabie Saoudite dèvoile le calendrier    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Récupération des fonds détournés à l'étranger: Un dispositif sera mis en place
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 19 - 02 - 2020

Le ministre de la communication et porte-parole du gouvernement, Amar Belhimer, a indiqué hier qu'un dispositif relatif à la récupération des fonds détournés à l'étranger allait être mis en place sous la tutelle du ministère de la justice.
«La récupération de l'argent détourné et dilapidé sera engagée d'une manière résolue et réfléchie», a précisé M. Belhimer sur les ondes de la radio nationale». En réponse à une question sur les moyens de restituer une partie des capitaux détournés à l'étranger, il a avancé qu'un «dispositif sera mis en place sous l'autorité active du ministère de la Justice», tout en reconnaissant «qu'il sera difficile de récupérer l'essentiel de cet argent». Il a dans ce sens rappelé que l'opération de recouvrement des biens détournés obéissait à la convention des Nations Unies portant sur la lutte contre la corruption, ratifiée en 2005. Cependant, souligne M. Belhimer, le niveau d'application de cette résolution diffère d'un pays à un autre: il y a, d'une part, des pays comme les Etats-Unis, l'Angleterre et l'Allemagne qui sont généralement prêts à coopérer pour la restitution des fonds détournés, et, d'autre part, des pays comme la France, où atterrit, selon lui, l'essentiel des fonds algériens, qui se montrent «plus permissifs» envers ces fonds. La loi française, par exemple, «évoque la possibilité de récupérer les capitaux détournés, pas pour les restituer aux pays d'origine, mais pour les verser dans le trésor public français ou dans un fonds destiné à financer l'Agence de coopération et d'aide au développement», soutient encore M. Belhimer.
Le ministre a, par ailleurs, évoqué les objectifs fixés par le gouvernement pour réussir le renouveau économique et social, basé sur les activités à forte intensité d'emploi, la promotion des ressources locales naturelles et humaines avec une réforme profonde du climat des affaires et une lutte contre le «lobby de l'importation» pour «en finir avec le système rentier, l'informel et la bureaucratie».
Il a particulièrement pointé du doigt l'instabilité législative ayant impacté la sphère économique durant les années précédentes, avec un code des marchés publics qui changeait tous les six mois. Le plan d'action du gouvernement est justement venu «pour sortir de ce champs de mines et de ruines», soutient le ministre. En réponse à une question sur le financement des programmes inscrits dans ce plan, il a assuré que le Gouvernement n'allait pas puiser massivement dans les réserves de change pour ce faire. «Si vous êtes un rentier, vous aller dire j'ai encore une marge de deux ans pour financer les différents projets mais ce n'est pas l'intention du gouvernement», a-t-il dit.
Evoquant la réunion gouvernement-walis, le porte parole du gouvernement a salué le «très grand chantier» lancé dans cette réunion, impliquant trois grands chapitres, à savoir la réforme financière, le renouveau économique et la lutte contre le chômage, avec une refonte accélérée des systèmes fiscal, financier, budgétaire et bancaire. «Il faut prendre le taureau par les cornes pour une bancarisation accélérée et massive afin absorber la liquidité qui se trouve sur le marché informel», a-t-il recommandé. Il a également souligné la nécessité de revoir le système national des statistiques et de la prospective en soutenant qu'il était «inconcevable de faire des projections valables avec des statistiques vielles».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.