Sûreté nationale: installation de nouveaux chefs de sûreté de wilayas    Nahda participera avec une trentaine de listes    Le front anti-Rachad se consolide    Constantine: réception du tunnel de Djebel Ouahch "durant l'année 2025"    Hausse des prix : Rezig évoque les «spéculateurs»    Nette hausse des exportations gazière au 1er trimestre 2021    Le pari électrique officialisé    Le soutien continu de l'Algérie aux efforts visant l'unification des rangs en Libye réaffirmé    «Nous saurons faire face aux drones israéliens utilisés par le Maroc»    Ceferin fustige    Mourinho n'est plus entraîneur des Spurs    Délocalisation de l'AGE bis de la FABB à l'ESSTS    Accidents de la route: 25 morts et 1322 blessés en une semaine    Gâteau de crêpes    Mécontentement    Naïma Ababsa    Relaxe pour Fodil Boumala    Seaal dans le viseur des pouvoirs publics    Les travailleurs de l'ETRHB veulent sauvegarder leur entreprise    Le Chabab veut se rapprocher du peloton de tête    L'AUTRE COUP BAS DE LA CAF    SONATRACH OPÈRE UN CHANGEMENT RADICAL AU MCA    Communiqué de Liberté    "Cessez la répression et libérez les détenus !"    Que décidera Macron ?    La mercuriale en roue libre    Campagne de sensibilisation aux accidents de la route    Conditions de détention "graves" des palestiniens dans les prisons israéliennes    Le greffon de la liberté    Pour une valorisation des ressources archéologiques    Tamazight avance doucement, mais sûrement    Sidi Bel Abbès : La prolongation du couvre-feu asphyxie les commerçants    Niger: l'Algérie condamne l'attaque terroriste perpétrée contre le village de Gaigorou    Saignée de capital humain    Une bonbonne de gaz explose : incendie, deux blessées et des dégâts    Création de dix nouvelles wilayas: «Aucun changement dans les frontières territoriales»    LE RAMADHAN A BON DOS    Brèves    Hadj Merine ne s'enflamme pas    L'Ave Marie . . . m    L'acquittement? O.K. Et l'accusation?    Téhéran redit sa disposition à dialoguer avec l'Arabie saoudite    La Tunisie secouée par la pandémie    Le gouvernement examinera le projet en juin prochain    Boumala victime de son paradoxe    Le spectacle vivant réclame des aides    «Chaque rôle apporte un plus...»    HCA: Une célébration dans la fierté    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Selon le SNAPO: Le Levothyrox disponible «au fur et à mesure»
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 06 - 04 - 2020

La rupture de stock du Levothyrox continue de semer la panique chez les patients atteints d'hypothyroïdie, notamment ceux qui ont fait une ablation chirurgicale de la glande thyroïdienne.
Sachant que ce traitement est le seul recommandé dans le traitement des troubles de la thyroïde. M. Messaoud Belambri, du Syndicat national algérien des pharmaciens d'officine (SNAPO), rassure en affirmant que l'approvisionnement est en train de se faire au fur et à mesure. Et de préciser que les quantités commandées sont déjà importées et leur libération sur le marché se fait petit à petit. Car, dit-il, ces traitements ainsi que d'autres sont soumis automatiquement au contrôle de conformité par le Laboratoire national de contrôle des produits pharmaceutiques. Ce qui prend parfois un peu de temps du fait que chaque lot doit être contrôlé. A noter que plusieurs alertes ont été lancées par des internautes. «URGENT ! Nous appelons les autorités à trouver une solution pour le médicament Levothyrox, qui est en rupture de stock !» lit-on sur certaines pages sur les réseaux sociaux. Sur un autre post est écrit : «C'est vraiment une catastrophe, moi je prends du 75 g, je vous assure, je suis resté une semaine sans le prendre, le Levothyrox est introuvable». Pour Messaoud Belambri, l'approvisionnement a déjà commencé au cours de cette semaine et se poursuivra au fur et à mesure. «On est en train de suivre de près cette question et si le problème persiste, le SNAPO saisira et alertera les instituions compétentes, à savoir le ministère de la Santé et la Pharmacie centrale», a-t-il souligné. Interrogé sur la rupture des médicaments en général, notre interlocuteur a affirmé que le problème de la pénurie persiste toujours. «Nous comptons plus de 100 produits en rupture ou sous tension». Autrement dit, la question de la rupture de certains médicaments est la même que celle qu'on a connue avant cette crise sanitaire liée à la propagation du coronavirus. Mais, dit-il, «pour le reste des médicaments, l'approvisionnement se fait le plus normalement du monde, nous n'avons pas de problème pour l'instant».
La pénurie des masques persiste
Avec l'augmentation des personnes infectées, la demande est toujours en hausse en matière de dispositifs de protection, notamment les masques qui demeurent toujours en rupture de stock. Messaoud Belambri a affirmé que la production nationale est de l'ordre de 150.000 masques par semaine, ce qui est insuffisant vu la demande, en affirmant qu'il y a des difficultés pour l'importation de la matière première (matières filtrantes) du fait que la production des masques a explosé à travers le monde.
A noter que la demande en manière de masques devrait vraisemblablement augmenter, notamment avec les recommandations des spécialistes qui, au début de la pandémie, avaient affirmé que les masques ne sont pas d'une grande utilité, en changeant ainsi d'avis et recommandent aujourd'hui leur utilisation. Des médecins à travers le monde parlent aujourd'hui de l'obligation de les porter, notamment lors des déplacements ou les sorties pendant la période de confinement.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.