Boumerdès : Réseau électrique dépassé    Aïn Témouchent : Le dispositif ANSEJ en question    Annaba : Sondage électronique sur les prestations de la CASNOS    Brèves    Mustapha Akmoune n'est plus    Horoya AC désapprouve le choix du Maroc    Les ligues commencent-elles à bouger ?    Boulevard de l'ALN : Insécurité dans les escaliers    Cité Souachet : Rareté du transport    Sidi Bel Abbès : L'APC en quête de nouvelles sources de financement    Tizi Ouzou : Villages historiques sans lieux de mémoire    Akli Kaci, l'homme des solutions justes    «Trari M'hamed était unique en son genre»    Saïd Chanegriha préside une cérémonie pour commémorer l'anniversaire de la fête de l'indépendance    JSM Béjaïa: Un club complètement à la dérive    Meilleurs joueurs africains (2ème partie): Le subjectivisme toujours au rendez-vous    Manque de liquidités: Les explications du ministre des Finances    Décès du Général-major Hassen Alaimia, commandant de la 4e RM    Le dérisoire des murs    El Tarf: Agressions et drogue, une bande sous les verrous    L'alimentation en eau renforcée    CHU d'Oran: Une victime du Covid-19 enterrée à la place d'une autre    Grâce présidentielle pour près de 4.700 détenus    Un moment historique    La fin justifie les moyens ?    Les gens de mon douar    Les contaminations toujours en hausse    Reprise des cours le 23 août    Les grandes annonces de Abdelmadjid Tebboune    Funérailles solennelles à la hauteur des sacrifices    L'infrangible lien...    Un jour sur la plage    Bruxelles ne reconnaît pas la marocanité du Sahara occidental    Maroc-Affaire des écoutes: le militant Omar Radi déplore une campagne de "salissage"    Industriel public: recul de 6,7% de la production durant le 1er trimestre 2020    Décès du général-Major Hassen Alaïmia    FETE DE L'INDEPENDANCE ET DE LA JEUNESSE : Le président Tebboune décrète une nouvelle grâce présidentielle    Restes mortuaires des 24 martyrs: funérailles solennelles à la hauteur des sacrifices    Les restes mortuaires de 24 chefs de la Résistance populaire inhumés au Carré des martyrs du cimetière d'El-Alia    Un procès à huis clos !    Quels moyens pour respecter le protocole sanitaire ?    Sept blessés lors d'une tentative d'attentat près du port de Mogadiscio    Arrivée du cortège funèbre des restes de 24 chefs de la Résistance populaire au cimetière d'El-Alia    Les martyrs de la Mitidja : les oubliés de l'Histoire    Des dizaines de morts dans des combats en Syrie    Le témoignage glaçant d'un employé turc du consulat saoudien    L'ONU cherche toujours un émissaire pour la Libye    L'Algérie passe dans une catégorie à revenu inférieure    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Impactés par les retombées du confinement: Les gérants des auto-écoles réclament la reprise de leur activité
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 02 - 06 - 2020

Impactés par la crise sanitaire, les gérants des auto-écoles affiliés à l'Organisation nationale des auto-écoles ONAE ont réclamé la reprise de leur activité et l'ouverture des auto- écoles, fermés depuis trois mois par mesure préventive contre la propagation du Covid-19. Dans un communiqué adressé au ministre des Transports et des Travaux publics, le collectif dénonce son calvaire à l'issue de cet arrêt forcé de l'activité. Une situation dramatique pour toute la corporation qui compte 8.000 gérants, au niveau national, dont 300 à Oran. A cela vient s'ajouter le personnel dont les moniteurs et également d'autres employés qui se retrouvent, également en chômage; a indiqué, hier, M. Yagoubi Brahim président de l'ONAE et d'ajouter que cet arrêt de travail a eu des conséquences néfastes sur l'activité et le quotidien des dizaines, voire de milliers de familles et a provoqué une véritable paralysie. Le collectif se retrouve, selon notre interlocuteur, confronté à d'énormes charges qu'il devra payer dont les prix des loyers puisqu'il s'agit d une activité commerciale donc soumise à une réglementation et un cahier de charges. Il est aussi question de régler et s'acquitter des charges et des frais de stationnement des différents véhicules des auto écoles, de verser les salaires des moniteurs et des autres employés dont les secrétaires, de s'acquitter des cotisations auprès de la CASNOS et la CNAS , de payer des factures d'électricité , d'eau et aussi les impôts. Autant de charges et de frais que le collectif doit verser dans une période où l'activité était au point mort.
Ainsi et dans un appel lancé, hier, les gérants des auto-écoles demandent la reprise de leur activité afin de préserver les postes d'emploi qui sont, malheureusement, menacés et subvenir aux besoins de leurs familles. Ils réclament également de travailler le mois d'août qui a été toujours un mois de congé pour le collectif. «Nous devons rattraper le retard pour pouvoir payer les charges dont les factures d'électricité, les loyers entre autres». Outre ces frais, le collectif doit faire face aux besoins quotidiens de leurs familles. Dans ce contexte, l'ONEA par le biais de son président, demande de l'aide aux pouvoirs publics pour pouvoir faire face aux conséquences de cette crise sanitaire à travers l'exonération pendant cette année de toutes les charges fiscales et également les cotisations via la CASNOS, la CNAS. «Nous demandons soit l'exonération soit la révision à baisse de toutes ces charges» a noté notre interlocuteur. Un procédé qui permettra aux gérants de pouvoir sortir la tête de l'eau. Notons que des formulaires ont été remplis par le collectif pour bénéficier de la prime des 10.000 DA fixée par le gouvernement.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.