Douanes : 27 inspections divisionnaires ciblées    Bouira : Le renforcement du réseau électrique contrarié    Un système numérique pour la traçabilité des mouvements de stocks    Les clubs professionnels asphyxiés par les dettes    Coronavirus à Tizi Ouzou : Plusieurs soignants contaminés    El Tarf : Les douaniers récupèrent des moutons en partance pour la Tunisie    Maxime-Charles Keller de Schleitheim : L'incroyable destin d'un enfant déporté d'Algérie    Belaïd Lamara n'est plus : Disparition d'un militant des causes justes    Histoire. Le 14 juillet 1953 : La police abat 7 militants à Paris    Dangereuses confluences régionales    Commission de la fatwa: Un sacrifice sous conditions    A quelques jours de l'Aïd: Le marché du mouton dans tous ses états    Déposée en mars: La demande d'adhésion de l'Algérie à la BERD approuvée    Atalanta Bergame: Un redoutable poison offensif !    Feu vert des pro-Haftar pour une intervention égyptienne: Risques d'embrasement en Libye    Le SG de la wilaya décède du coronavirus    Air Algérie a subi une perte de 2,9 milliards $    Une patrouille russo-turque visée par une explosion    Quelles conséquences sur le système de compétition ?    Zidane : "Que demander de plus ?"    SAUVONS NOS FORÊTS    Ouverture prochaine d'un troisième hôpital à Chlef    La situation épidémiologique stable à Aïn Témouchent    Le cas Prince Ibara réglé    La Jordanie renouvelle son rejet du plan d'annexion israélien    La communauté internationale au chevet du Mali    ...CULTURE EN BREF ......CULTURE EN BREF ...    "Numérique, diversité linguistique et culturelle" au cœur du 2e numéro    Décès du moudjahid Lemtayech Dayekh connu sous le nom de Dayekh Bachagha    MIGRATION CLANDESTINE : L'approche algérienne présentée à l'UE    PENSIONS DE RETRAITE : Le nouveau calendrier de versement fixé    DESIGNATION DANS LES POSTES ET LES FONCTIONS A L'ANP : Chanegriha souligne les impératifs critères objectifs    La rumeur sur la mort d'Ouyahia affole la toile    Mars brillera pour Abu Dhabi !    La FAF fait le point sur le professionnalisme sur demande du MJS    Renforcer la coopération entre les secteurs de la culture et la micro-entreprise    Ghacha suivi par Malines    Des lobbies anti-algériens parasitent les relations algéro-françaises    Les journalistes interdits de couvrir un procès    Comment communiquer au mieux ?    Tebboune : "Je ne compte pas m'éterniser au pouvoir"    "Je n'ai pas peur de la mort"    Les pistes de relance    «L'Etat soutient les industries de transformation»    Camus, une enfance pauvre au 17, rue de Lyon, à Alger    Oran: installation du nouveau chef de la sûreté de wilaya    Foot der des verts    Tebboune reçoit un appel de Poutine    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





RETOUR AUX SOURCES
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 03 - 06 - 2020

Parce que le patriotisme ne répond pas à une théorie abstraite et pour une concrétisation efficace, l'invitation faite au savoir-faire algérien expatrié à l'étranger doit reposer sur un socle objectif. D'abord analyser dans le détail ce pourquoi des Algériens positifs et compétents ont abandonné leurs liens de sang pour partir offrir ailleurs leurs intelligences et leurs expériences avérées. Les causes pourraient paraître terre à terre, mais en aucun cas le rappel battu à de milliers de cerveaux ne doit s'identifier à un chant des sirènes pour les recaser sur une île où les multiples paradoxes déroutent jusqu'à la moindre bonne volonté. L'Algérie n'a pas besoin de solliciter de ses enfants une adhésion au flou des œuvres humanitaires.
Pour ces savants expatriés et leurs enfants, il s'agit d'une invitation pour la refonte totale d'une existence. Il est illusoire de vouloir intégrer dans une société un médecin reconnu en lui accordant un salaire mensuel équivalant à ce que gagne un prétendu gardien de trottoir en une journée. Comme il est incongru de réclamer le retour d'une sommité reconnue pour la livrer corps et âme à la nonchalance ou à la mauvaise humeur, sinon au dictat imbécile d'un guichet public. L'inversion des valeurs et la dispersion désorganisée des petits et des grands pouvoirs sont la meilleure usine pour fabriquer la poudre d'escampette.
Il est certain que ceux qui sont partis ailleurs n'ont jamais demandé dans leur pays l'aisance et les bienfaits du paradis. Certains ont emprunté un itinéraire imposé par obligation destinale, d'autres affirment être partis par besoin de respirer. Mais tous cultivent une lourde nostalgie et tous ne recherchent que le bonheur de renouer pleinement avec leurs racines. Tout est cependant dans la densité des nerfs de la vie pour l'exposition d'un tableau de bord qu'il est nécessaire de décortiquer pour retrouver les normes minimales utiles et obligatoires pour la sérénité.
Les invitations qui leur sont adressées ne doivent être ni une prière ni encore moins une supplication, mais une nécessité pour un retour à une harmonisation objective d'une société pour l'inscrire dans le progrès. Pour qu'elles soient attrayantes et rentables, ces invitations ne seraient efficaces que si elles s'engagent à porter avec elles l'assurance de la mise en place drastique d'une politique qui accorde à l'effort et à la connaissance reconnaissance et respect.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.