Vaste mouvement dans le corps des magistrats    Le PAD tire à boulets rouges sur le pouvoir    Les 4 samedis    La part des problèmes et celle des priorités !    Les mains de l'intérieur !    27 migrants morts    MCA-GSP, enfin le retour aux sources !    Ciccolini fier d'entraîner les Rouge et Noir    Zakaria Draoui fait son come-back    Pas de compensations financières pour les agriculteurs    Effondrement total de 3 habitations et d'autres lézardées    Fermeture de près de 5 400 commerces à Alger    5 août 1934 : du lieu-dit des pogroms au fantasme de la «tolérance»    Banni de Twitter pour antisémitisme, le rappeur Wiley défend ses publications    Moula Moula et d'autres contes, premier recueil du conteur Seddik Mahi    Le wali d'Annaba retire sa plainte contre Mustapha Bendjama    La soif à quelques kilomètres du barrage de Boussiaba    Amar Chouaki, nouveau directeur général    Mouad Hadded s'engage pour deux saisons    L'ES Sétif saisit la présidence de la République    Hodeifa Arfi, 2e recrue    Des pays émergents risquent l'insolvabilité    Un militant du hirak placé sous mandat de dépôt    Belkecir, Zendjabil et les réseaux de la drogue    Plus de 17 000 consultations effectuées à l'EHU d'Oran    L'alimentation en eau potable perturbée    L'université de Skikda adopte un protocole sanitaire    L'Algérie envoie quatre avions humanitaires à Beyrouth    21 morts dans une attaque dans le nord du pays    19 morts et 53 000 sinistrés    L'artiste peintre Hadjam Boucif n'est plus    "Tu n'as pas seulement été mon avocate, mais une grande sœur"    Lire en Algérie, dites-vous !    Le président Michel Aoun évoque «la négligence» ou «un missile»    L'opposition irritée par la candidature de Ouattara à un troisième mandat    Aïn Charchar (Skikda) : La pastèque se cultive dans la zone d'activité industrielle    Production de la pomme de terre à Tébessa : Des prévisions pour plus de 1,3 million de quintaux    US Tébessa : Le président Khoulif Laamri n'est plus    Judo : Mustapha Moussa nous a quittés    Mohamed Belkheiria, premier condamné à mort exécuté    Djezzy: Hausse des investissements et des revenus    El Tarf: Trois pistolets automatiques et des munitions saisis    El Tarf: Deux morts par noyade    Après Mme Dalila, Mme Maya, voilà Mme Sabrina : «arnaque-party ?»    «Celia Algérie» sollicite l'intervention du wali de Blida: Le blocage de l'usine de Beni Tamou perdure    Algérie-France: L'écriture d'une histoire commune, mission «non souhaitable»    JUSTICE : Vaste mouvement dans le corps des magistrats    NOUVEAU CHEF D'ETAT-MAJOR DE LA GN : Le général Yahia Ali Oulhadj installé dans ses fonctions    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Entre souhait et résignation
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 09 - 07 - 2020


Plus d'un mois après une déclaration du ministre de la Santé qui a fait état, le 5 juin dernier, d'une prise de mesures sanitaires nécessaires par le ministère des Affaires religieuses et des Wakfs en vue d'une éventuelle réouverture des mosquées, les portes des lieux de prière restent toujours closes. Après, une légère discussion a eu lieu autour de la question, puis le silence, plus personne ne parle de la réouverture des mosquées, du moins plus d'une manière ouverte et publique. Car, en aparté et dans l'anonymat, les fidèles ruminent de mauvaises appréciations à l'égard des autorités, qui ont tout permis, se plaint-on, ou presque, sauf les prières collectives dans les mosquées, qui restent suspendues à travers l'ensemble du territoire national depuis le 17 mars dernier, en vue de préserver les vies des citoyens et «accompagner les mesures fermes prises par l'Etat dans le cadre de la lutte contre la propagation du Covid-19", selon des conclusions de la commission de la Fatwa. Faut-il croire qu'il s'agit là d'une exception algérienne ? De nombreux autres pays, où le Covid-19 connaît pourtant une plus vaste propagation, ont permis la reprise des prières collectives dans les mosquées, dont la Tunisie, la Turquie, l'Arabie Saoudite, l'Iran, la Jordanie, le Liban, l'Egypte, la France et même dans la mosquée El Aqsa, et bientôt le Maroc, qui a décidé de rouvrir les mosquées à partir du 15 juillet sous la pression de la rue et sous des conditions sanitaires assez strictes et sans autoriser la prière du vendredi, qui doit encore attendre. En Algérie, aucune date précise n'a été émise concernant la réouverture des mosquées. La commission ministérielle de la Fetwa a affirmé, le 16 juin dernier, qu'elle aspire comme tous les autres Algériens à rouvrir les mosquées, mais elle se résigne à l'avis des experts en santé publique et le Comité scientifique de suivi de l'évolution de la pandémie du coronavirus, qui confirment que les conditions ne permettent pas encore l'ouverture de toutes les activités, en particulier celles qui reçoivent un grand nombre de personnes et qui se déroulent dans des espaces clos. De son côté, le ministre des Affaires religieuses ne se départage pas de sa réserve, relevant à chaque occasion qu'on aborde le sujet que le gouvernement est seul habilité à se prononcer sur ce registre, en concertation avec le Comité scientifique de suivi de l'évolution de la pandémie en Algérie. La Commission de la Fetwa relevant du ministère des Affaires religieuses et des Wakfs, s'est réunie lundi 6 juillet avec les membres du Comité scientifique de suivi de l'évolution du coronavirus, non pas pour discuter de la réouverture des mosquées mais pour le renforcement des mesures préventives face au nouveau coronavirus (Covid-19) durant la saison estivale et en prévision des prochaines occasions sociales et religieuses dont les fêtes et l'Aïd El Adha. Est-ce que tout est dit à propos d'une suspension des prières dans les mosquées qui s'inscrit dans la durée ? L'Algérie peut-elle faire bande à part sur cette question dans le concert des pays arabo-musulmans et même étrangers ? Ce qui est également indispensable à savoir : jusqu'à quel point les gens seront-ils disciplinés dans ce contexte et si l'on peut à la longue éviter une manipulation ou une exploitation politicienne de la question pour attiser la colère des citoyens ? Aussi, pourquoi ne pas rouvrir les mosquées et les mettre au service du Comité scientifique de suivi de l'évolution de la pandémie du coronavirus, notamment sur le plan de la pédagogie sanitaire et la sensibilisation des fidèles ? N'est-ce pas là une vocation forte de la mosquée ?

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.