Rivière asséchée !    Le Grand Sud, cette Algérie utile    Récupération du foncier industriel inexploité: «Une première étape pour relancer l'activité économique»    Envoi de troupes de l'ANP au Sahel: Le démenti de l'ambassade de France    Football - Ligue 1: De belles affiches au programme    Ligue 2 - Groupe Est: Choc à Tadjenanet, retrouvailles à El-Eulma    ASM Oran: La volte-face de Kamel Mouassa !    Education: Le ministre renoue le dialogue avec les syndicats    Ras El Aïn et Haï Sanawber: Relogement prochain de 3.000 familles    11.015 comprimés psychotropes saisis et un réseau démantelé    Macron reconnaît: Ali Boumendjel «torturé puis assassiné» par l'armée française    El quinqui de ma grand-mère et l'antonomase    Les explications de Cevital    163 nouveaux cas, 147 guérisons et 5 décès en 24 heures    Démantèlement d'un réseau à Tipaza    Le leader en péril à Biskra    Les présidents de trois partis reçus par le chef de l'Etat    Les facteurs déterminants du cours des hydrocarbures    L'Algérie entame sa véritable course dans le processus de l'émergence    Les Soudanais autorisés à entrer en Algérie    Suspension des vols charters entre Alger et l'aéroport chinois Chengdu    RCR-USMBA délocalisé au stade de Chlef    «Mon plus grand soutien, c'est l'Armée !»    Enregistrement audio de chansons et musiques    La France reconnaît que son armée a assassiné Ali Boumendjel    Le court métrage algérien «Mania» primé    La RASD, un combat séculaire, une volonté populaire pour une défaite Inéluctable du colonialisme    Djerad: mettre en place des plateformes en ligne pour les demandes d'exercice d'activité socio-économiques    Beldjoud préside la cérémonie d'installation du wali d'El Meghaier    Le Maroc doit rendre des comptes concernant l'occupation illégale des territoires sahraouis    M. Chitour évoque les opportunités de coopération et de partenariat avec l'ambassadeur d'Espagne en Algérie    Coronavirus: 163 nouveaux cas, 147 guérisons et 5 décès    Prétendu engagement militaire de l'Algérie dans le Sahel: l'ambassade de France dément des propos attribués à Macron    Le lion change de look    Actuculte    L'Allemagne reconnaît le droit du Sahara occidental à l'indépendance    Zones d'ombre: le programme du président de la République sera concrétisé    Radiothérapie : de nouveaux centres prochainement à travers plusieurs wilayas    Indispensable neutralité    Marche des étudiants à Alger    Un ancien chef de daïra en appelle à Tebboune    La défense réclame la présence des accusés    "L'Algérie n'enverra pas de soldats au Sahel"    La Tunisie renforce ses moyens à la frontière algérienne    Relaxe pour le maire d'Afir    10.000 logements à la clé    Trois romans algériens sur la longlist    «J'ai commencé l'écriture à l'âge de 13 ans»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Entre souhait et résignation
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 09 - 07 - 2020


Plus d'un mois après une déclaration du ministre de la Santé qui a fait état, le 5 juin dernier, d'une prise de mesures sanitaires nécessaires par le ministère des Affaires religieuses et des Wakfs en vue d'une éventuelle réouverture des mosquées, les portes des lieux de prière restent toujours closes. Après, une légère discussion a eu lieu autour de la question, puis le silence, plus personne ne parle de la réouverture des mosquées, du moins plus d'une manière ouverte et publique. Car, en aparté et dans l'anonymat, les fidèles ruminent de mauvaises appréciations à l'égard des autorités, qui ont tout permis, se plaint-on, ou presque, sauf les prières collectives dans les mosquées, qui restent suspendues à travers l'ensemble du territoire national depuis le 17 mars dernier, en vue de préserver les vies des citoyens et «accompagner les mesures fermes prises par l'Etat dans le cadre de la lutte contre la propagation du Covid-19", selon des conclusions de la commission de la Fatwa. Faut-il croire qu'il s'agit là d'une exception algérienne ? De nombreux autres pays, où le Covid-19 connaît pourtant une plus vaste propagation, ont permis la reprise des prières collectives dans les mosquées, dont la Tunisie, la Turquie, l'Arabie Saoudite, l'Iran, la Jordanie, le Liban, l'Egypte, la France et même dans la mosquée El Aqsa, et bientôt le Maroc, qui a décidé de rouvrir les mosquées à partir du 15 juillet sous la pression de la rue et sous des conditions sanitaires assez strictes et sans autoriser la prière du vendredi, qui doit encore attendre. En Algérie, aucune date précise n'a été émise concernant la réouverture des mosquées. La commission ministérielle de la Fetwa a affirmé, le 16 juin dernier, qu'elle aspire comme tous les autres Algériens à rouvrir les mosquées, mais elle se résigne à l'avis des experts en santé publique et le Comité scientifique de suivi de l'évolution de la pandémie du coronavirus, qui confirment que les conditions ne permettent pas encore l'ouverture de toutes les activités, en particulier celles qui reçoivent un grand nombre de personnes et qui se déroulent dans des espaces clos. De son côté, le ministre des Affaires religieuses ne se départage pas de sa réserve, relevant à chaque occasion qu'on aborde le sujet que le gouvernement est seul habilité à se prononcer sur ce registre, en concertation avec le Comité scientifique de suivi de l'évolution de la pandémie en Algérie. La Commission de la Fetwa relevant du ministère des Affaires religieuses et des Wakfs, s'est réunie lundi 6 juillet avec les membres du Comité scientifique de suivi de l'évolution du coronavirus, non pas pour discuter de la réouverture des mosquées mais pour le renforcement des mesures préventives face au nouveau coronavirus (Covid-19) durant la saison estivale et en prévision des prochaines occasions sociales et religieuses dont les fêtes et l'Aïd El Adha. Est-ce que tout est dit à propos d'une suspension des prières dans les mosquées qui s'inscrit dans la durée ? L'Algérie peut-elle faire bande à part sur cette question dans le concert des pays arabo-musulmans et même étrangers ? Ce qui est également indispensable à savoir : jusqu'à quel point les gens seront-ils disciplinés dans ce contexte et si l'on peut à la longue éviter une manipulation ou une exploitation politicienne de la question pour attiser la colère des citoyens ? Aussi, pourquoi ne pas rouvrir les mosquées et les mettre au service du Comité scientifique de suivi de l'évolution de la pandémie du coronavirus, notamment sur le plan de la pédagogie sanitaire et la sensibilisation des fidèles ? N'est-ce pas là une vocation forte de la mosquée ?

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.