El Tarf: installation du nouveau procureur général de la Cour de justice    L'ONU appelée à trouver une solution juste et définitive à la question sahraouie    Football amateur-Fia: la DTN conviée à une réunion par visioconférence    Gouvernement-walis: poursuite à huis clos des travaux des ateliers    Ressources en eau: la nouvelle loi relative à l'eau fin prête    Prix Katara pour le roman et l'art plastique: des plasticiens algériens primés    Ali Haddad transféré vers la prison de Tazoult    Hamel condamné à douze ans de prison sur fond d'un nouveau scandale    TP: nouveaux projets d'investissement sur la base de la rentabilité et de l'éfficacité    La drôle de démarche d'un syndicat    Quand la sardine prend des ailes    Rénover et démystifier le "contrôle" pour optimiser la gestion locale    Hausse de la production à Chlef    La défense fait appel    Nouvelle mobilisation de milliers de personnes contre le Président Keïta    Le Président visé par une enquête pour financement illégal de campagne    Windhoek rejette l'offre de réparations allemande    Suspension du traité d'extradition avec Paris et Berlin    Kamala Harris comme colistière de Joe Biden    Nouvelle agression militaire israélienne contre Gaza    L'Algérie parmi les premiers pays à avoir dépêché une délégation médicale et des aides au Liban    La traque d'un "sulfureux" général    Vers l'annulation de la Coupe d'Algérie    Nassim Saâdaoui quitte la prison d'El-Harrach    L'expérience au service de la JSK    À quand la reprise ?    Pour Toko-Ekambi «tout est possible sur un match»    Boudebouz écarté du stage de Dinard    Le procès Tliba reporté au 2 septembre    14 nouveaux départs de feu déclarés    Vers le report de la rentrée    11 décès et 495 nouveaux cas en 24 heures    Un baccalauréat des plus atypiques des révisions chamboulées    La colère de Tebboune    Bougie n'a pas illuminé cet été    "Une réelle réflexion doit être engagée sur l'avenir de la culture et des arts"    Le corona met la vie culturelle en berne    Journées nationales du costume algérien sous le thème «Mon costume, ma mémoire, ma culture»    Des Algériens parmi les auteurs les plus attendus    L'esprit joyeux et la sincérité de «Aâmmi Bachir», les secrets de sa notoriété    Réouverture des plages et reprise des activités hôtelières : Le ministère du Tourisme adopte un protocole sanitaire    A partir de samedi : Réouverture de 429 mosquées    Dr Fawzi Derrar. Virologue et directeur général de l'Institut Pasteur d'Algérie (IPA) : «Il me paraît peu probable d'avoir un vaccin avant la fin de l'année»    Ligue des champions d'Europe: Sur fond d'opposition de styles    L'apolitique supplante le politique ?    Presse: Il faut crever l'abcès !    Skikda - Programme AADL 2 : les souscripteurs protestent    L'instit, l'obole et la révolution    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Coronavirus : le cercle se referme
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 11 - 07 - 2020

Depuis le début de la pandémie, les appels à l'application des règles de précaution et d'hygiène se faisaient entendre à travers tous les canaux, médias et autres. Pendant plus de deux mois, on n'a pas cessé de tirer la sonnette d'alarme, mais les différents appels se sont perdus au milieu de la cacophonie insurrectionnelle de citoyens qui n'avaient pas compris le danger ou qui n'ont trouvé personne pour leur expliquer de manière simple ce qui se passait. C'était seulement la peur, une peur de l'inconnu dopée par un battage médiatique incessant qui a poussé nombre d'entre nos concitoyens à observer les règles de santé préconisées par les responsables politiques et sanitaires.
Dès que le nombre d'infections a commencé à baisser, les gens ont accompagné le mouvement et ont baissé eux aussi leur garde, permettant au virus de revenir, plus puissant que jamais. Depuis l'allègement obligé et obligatoire des mesures de confinement dans plusieurs wilayas, c'est comme si c'était plutôt une levée complète que nous vivons. A peine si un nombre restreint de personnes portaient les masques de protection, la circulation des personnes et des véhicules était sans arrêt de jour comme de nuit, tout le monde a oublié que le confinement était encore de mise entre 20h et 5h le lendemain.
Petit à petit, le nombre de cas confirmés d'infection au Covid-19 a pris une courbe ascendante jusqu'à atteindre l'inimaginable il y a à peine un mois. Devant ces nombres trop élevés, la peur a commencé à reprendre le dessus, les questions ont repris sur le pourquoi et le comment de la chose et les discussions tournaient toujours autour de cela : comment faire pour échapper à une éventuelle contamination ? Bien sûr, nous nous lamentons sur le sort de tous ceux qui ont chopé ce maudit virus, nous leur souhaitons une prompte guérison, surtout ceux que nous connaissons mais, il faut le dire, chacun essaie de se prémunir lui et sa famille avant tout. C'est déjà une bonne chose mais il faut observer les mesures prises par les autorités concernées et s'y conformer en tout temps, pas seulement quand nous nous trouvons en face d'un policier ou d'un gendarme.
C'est en effet ce qui arrive pour un très grand nombre de commerçants, le masque est déposé n'importe où, mais à portée de la main et l'œil est aux aguets pour surveiller l'arrivée possible d'un policier et là, s'empresser de mettre le masque pour éviter de payer une amende, comme si notre santé était moins précieuse que notre argent ! Vous trouvez à l'entrée de tous les magasins des notes écrites à la main ou imprimées exigeant le port de masque avant d'entrer mais personne ne l'applique avec, en plus, une promiscuité dangereuse que personne ne semble remarquer, mieux encore, on vous regarde de travers dès que vous vous éloignez de votre vis-à-vis. Nous ne parlerons pas du lavage des mains, de l'utilisation du désinfectant, des précautions à prendre avec les produits alimentaires que nous consommons tels quels.
Réduire les déplacements
L'interdiction de circuler entre les wilayas est beaucoup plus une mesure pour faire peur aux gens qu'autre chose mais cela aura certainement des retombées bénéfiques sur le comportement des gens et, de là, sur le nombre de cas de contamination mais il y a une mauvaise compréhension de la mesure. A défaut d'explications concrètes et claires de la part des autorités concernées, le texte demeure flou et, même à la relecture, nous sentons qu'il y a quelque chose qui manque. Est-ce exprès, cela ne pourra qu'ajouter à la confusion et à l'incompréhension de la part des citoyens et des agents chargés de l'application. Déjà, il n'est pas précisé si les véhicules chargés de l'approvisionnement en matières de première nécessité sont autorisés à circuler ou non, même si cela est laissé à l'appréciation du wali, les gens pourraient s'empresser de rafler tout ce qu'ils trouvent et nous allons nous retrouver devant des situations autrement plus dangereuse à cause des chaînes devant les magasins et les épiceries. En plus, cela pourrait pousser certains énergumènes à pratiquer de la rétention et faire monter les prix, ce qui engendrera aussi d'autres comportements anti-santé.
Un bulletin d'explication serait le bienvenu de la part du Premier ministère pour expliquer au mieux ces mesures destinées normalement à réduire le déplacement des gens sans aucune raison et couper ainsi la chaîne de transmission. Il y a des malades chroniques qui ont des rendez-vous importants, il y a des travailleurs qui ne peuvent s'absenter sans risquer de perdre leur place, il y a beaucoup d'exceptions qu'il faudrait préciser et autoriser à circuler en les obligeant à se conformer strictement aux mesures mises en place.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.