Les souscripteurs s'approprient les lieux    Après le choc, la colère !    "J'ai toujours été un fan de la JSK"    La fille des Aurès    L'infrangible lien...    Séisme à Mila: urger la réparation des pannes des réseaux AEP    Dispositif sur l'ouverture graduelle des plages et des lieux de détente à partir de samedi    Mila: le barrage de Béni Haroun est équipé d'installations parasismiques    Arrêt de la saison 2019-2020: la JSK conteste la décision de la FAF    EL TARF : Saisie de 3 pistolets automatiques et près de 680 cartouches    RESSORTISSANTS ALGERIENS RAPATRIES DE L'ETRANGER : L'Algérie réduit la période de quarantaine    RND: le dernier congrès, une "étape décisive" dans le parcours du parti    Médias-Pratiques anti-professionnelles: engager une réflexion collective    Séisme à Mila: la Libye entièrement solidaire avec l'Algérie    Accidents de la route: 6 morts et 371 blessés en 48 heures    CORONAVIRUS : Djerad annonce l'ouverture des mosquées le 15 août    ALGERIE - FRANCE : Une écriture commune de l'histoire "n'est pas possible"    583 nouveaux cas confirmés et 11 décès en Algérie    27 migrants morts    Le PAD tire à boulets rouges sur le pouvoir    Les 4 samedis    Vaste mouvement dans le corps des magistrats    Les mains de l'intérieur !    MCA-GSP, enfin le retour aux sources !    Ciccolini fier d'entraîner les Rouge et Noir    Fermeture de près de 5 400 commerces à Alger    Zakaria Draoui fait son come-back    5 août 1934 : du lieu-dit des pogroms au fantasme de la «tolérance»    Banni de Twitter pour antisémitisme, le rappeur Wiley défend ses publications    Moula Moula et d'autres contes, premier recueil du conteur Seddik Mahi    L'Algérie envoie quatre avions humanitaires à Beyrouth    21 morts dans une attaque dans le nord du pays    Des pays émergents risquent l'insolvabilité    Belkecir, Zendjabil et les réseaux de la drogue    Le wali d'Annaba retire sa plainte contre Mustapha Bendjama    Un militant du hirak placé sous mandat de dépôt    Amar Chouaki, nouveau directeur général    L'artiste peintre Hadjam Boucif n'est plus    "Tu n'as pas seulement été mon avocate, mais une grande sœur"    Lire en Algérie, dites-vous !    US Tébessa : Le président Khoulif Laamri n'est plus    Aïn Charchar (Skikda) : La pastèque se cultive dans la zone d'activité industrielle    L'opposition irritée par la candidature de Ouattara à un troisième mandat    Production de la pomme de terre à Tébessa : Des prévisions pour plus de 1,3 million de quintaux    Mohamed Belkheiria, premier condamné à mort exécuté    «Celia Algérie» sollicite l'intervention du wali de Blida: Le blocage de l'usine de Beni Tamou perdure    Djezzy: Hausse des investissements et des revenus    Après Mme Dalila, Mme Maya, voilà Mme Sabrina : «arnaque-party ?»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Tlemcen : Les grottes de Mghanine attirent des visiteurs en pleine crise sanitaire
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 12 - 07 - 2020

La fermeture des plages de la wilaya en ces temps caniculaires, à cause de la pandémie du coronavirus, a poussé de nombreuses familles à chercher des alternatives pour échapper à un quotidien morose, qui a totalement chamboulé leurs habitudes, en cet été un peu particulier où il est difficile de composer avec l'incertitude liée à la crise sanitaire, qui se prolonge toujours avec les restrictions qui changent de jour en jour.
A défaut de pouvoir accéder au rivage de la mer et au littoral de Marsat Ben M'hidi, Bider, B'hira, Ouled Benayad, Oued Abdallah, Sidna Youchâa, Tafessout, Agla, ou de voyager à l'étranger pour passer leurs vacances en Turquie, Espagne, France, Tunisie, Maroc ou dans d'autres régions touristiques du monde, de nombreuses personnes se rabattent sur la nature, la montagne, les grottes et sur des lieux préhistoriques où peu de monde se croise sur ces sites époustouflants.
Sur la route de Béni-Snous (vallée de la préhistoire), à environ 35 kilomètres au sud du chef-lieu de la wilaya de Tlemcen, les grottes spectaculaires de Mghanine (commune d'Azaïl), qui ne peuvent échapper aux regards les plus distraits, attirent de nombreuses personnes d'autant qu'avec l'arrivée des beaux jours et des vacances, le besoin de s'évader et de découvrir ce genre de sites préhistoriques s'impose. Rien d'étonnant pour Bourek Abdelhamid de l'association culturelle «Essanoucia» pour l'enrichissement de l'histoire et la renaissance du patrimoine de Béni-Snous, qui travaille à leur reconnaissance et à leur mise en valeur, et dont le sourire communicatif se devine sous un masque désormais de rigueur même dans cette contrée rurale. « Je n'ai jamais vu autant de gens s'intéresser à ces grottes préhistoriques de la reine « Mehnia » qui remonte au temps des Banou Ifren comme en cette période de crise sanitaire qui règne dans notre pays ! Ils y viennent des quatre coins de la wilaya et même des régions avoisinantes d'Oran, Sidi Bel-Abbes, Mostaganem, Aïn Témouchent et El Bayadh (avant les dernières mesures durcissant le confinement), pour profiter de la quiétude et de la fraîcheur naturelle de cet endroit, mais aussi pour découvrir les secrets du passé de ces grottes emblématiques dans lesquelles les hommes du paléolithique vivaient et où les Berbères zénètes qui ont créé, au VIIIe siècle dans le Maghreb central, un royaume sufrite dont la capitale était Tlemcen, se réfugiaient ou passaient l'été après eux. Ces grottes sont entourées d'un vieux cimetière », expliquera M. Bourek Abdelhamid.
La crise du coronavirus, qui a impacté cet été la fréquentation touristique à travers le littoral de la wilaya, a par contre créé une grande fréquentation à cause de l'affluence de visiteurs curieux, qui veulent admirer ce vieux site de Mghanine. A un jet de pierre de cet endroit, se trouvent les grottes préhistoriques de Tafessera où des outils de pierres de taille et des ossements d'animaux de l'époque épipaléolithique datant de 14.000 ans avant la renaissance, ont été découverts en 2018, par une équipe de fouilles du Centre national de recherches préhistoriques, anthropologiques et historiques (CNRPAH). « Il y a dans cette région de Béni-Snous un très riche patrimoine préhistorique et beaucoup de dolmens, notamment, qui sont peu valorisés. Il y a beaucoup de cavités dues à un réseau karstique qui ne demandent qu'à être explorées ! Juste en face de nous, il y a les grottes de Béni-Bahdel qui surplombent le grand barrage. Une vieille huilerie utilisée par d'anciens habitants de cette localité a été découverte dans les grottes de Béni-Bahdel. Toutes ces grottes et cavernes cachent des trésors qui n'ont pas encore été mis au jour », ajoutera M. Bourek Abdelhamid, natif de la localité de Mghanine (commune d'Azaïl).
La région de Tlemcen compte plusieurs sites préhistoriques, tels que « les abris de la Mouilah » de la commune de Maghnia, « le lac Kerrar » de Remchi et « les Grottes du vent » ou « Ghiran Errih», entre la localité d'Ouzidan et celle d'Aïn El Houtz dans la commune de Chetouane.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.