PSG : Di Maria écope d'une lourde sanction pour son crachat    Le Président Tebboune met en avant l'impératif de "faire avancer" le dossier de la réforme globale de l'ONU    Oran: démantèlement d'un réseau de trafic de drogue et saisie de psychotropes    Covid-19 : Nécessite d'adopter de "nouveaux modes d'enseignement" dans le Monde arabe    Boukadoum s'entretient avec le chef du commandement de l'Africom    Illizi : large campagne de vulgarisation de l'e-paiement auprès des commerçants    Coronavirus: 186 nouveaux cas, 121 guérisons et 9 décès    Crise au Mali: des signes de dénouement se profilent à l'horizon    Algérie/Italie: le comité technique chargé de la délimitation des frontières maritimes installé    Milan AC: Cette légende du club qui encense Bennacer    La société civile, une force active sur laquelle s'adossera l'Algérie nouvelle    Un terroriste abattu, 4 éléments de soutien et 11 narcotrafiquants arrêtés en une semaine    EUFA : Les trois nominés pour le titre d'entraineur de l'année    Le ministère de la communication dépose une plainte contre la chaîne française M6    Accords économiques: L'Algérie prend en compte ses intérêts    Neghiz face à la presse    Report de la 1re édition de la Foire nationale des produits de l'agriculture et de l'agroalimentaire    Les frères Kouninef condamnés à des peines allant de 12 à 20 ans de prison ferme    Le directeur de la CNMA plaide pour la réforme de cette assurance    Spectaculaire rebond de l'émigration clandestine    Pascades    Des agriculteurs de la daïra de M'chédallah demandent le déblocage du périmètre d'irrigation    Constantine: hommage poignant à l'historien et sociologue Abdelmadjid Merdaci    Avoir conscience des rêves qui fuient !    L'Odyssée de Hamdi Benani    JS saoura : Ferhi s'engage avec le club africain    Lutte contre la criminalité : Arrestation d'un individu usurpant d'identité    USM Alger : Le gardien de but Guendouz signe    La cour d'appel allège la peine de Fouzia Argoub    "La France doit aider l'Algérie à nettoyer les sites des essais nucléaires"    Condoléances    Guterres appelle à éviter une nouvelle guerre froide    La Palestine renonce à son droit d'exercice de la présidence    La fille des Aurès    Prorogation des promotions au 30 septembre    Les souscripteurs AADL protestent    Relecteur de "Vivant fils d'Eveillé"    Culture en bref...    Mise au point    Enfin l'électricité et le gaz    Palestine occupée: Le soutien indéfectible de l'Algérie    Je n'ai pas voulu regarder le reportage de M6 sur le Hirak    Equipe nationale: Belmadi annonce beaucoup de changements    PAIX ET SERENITE    "La sanction pourrait aller jusqu' à la peine de mort"    La nouvelle Constitution répondra "aux revendications du Hirak"    La course ouverte par le ministère de l'Industrie    La mesure étendue aux transporteurs de voyageurs    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





LES BAGNES INEDITS
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 09 - 08 - 2020

Les indications sur une gouvernance désastreuse de plusieurs décennies passées pleuvent à un rythme cadencé. Elles ne sont pas des secrets parce qu'elles étaient connues et elles n'ont de notoire que le fait d'être livrées à l'opinion publique par la bouche de dirigeants officiels et par les échos pluriels des tribunaux. Ce ne sont donc pas des révélations inattendues. Leurs teneurs et leurs consistantes dimensions étaient répétées en sourdine par tous les Algériens. Les noms des malfrats incriminés et ceux qui ont été entrainés par les vagues des égouts non curés n'importent sans doute pas autant que les règles générales imposées par l'ancienne véritable royauté pour compromettre l'avenir du pays. Il est loisible et aisé de tenir le fil conducteur de la phénoménale gabegie quand on se souvient que le président déchu s'était enorgueilli au cœur d'un meeting populaire qu'il pouvait être roi s'il le voulait. A la vérité, il n'en n'avait cure car quand on est auréolé par la couronne de la schizophrénie on s'arroge le droit de se comparer à Napoléon et prendre le pouvoir de chasser un ministre en pleine réunion parce qu'il a pris sur lui la lèse majesté de formuler un avis.
Le reste des cohortes badgées, inquiété en ce moment par la justice, a suivi pour préserver des fauteuils et des carrières au prix d'une allégeance où la conscience n'avait pas de droit de cité. D'autres viendront les accompagner à l'ombre des bagnes inédits pour témoigner de la nécessité d'un jugement plus large où doit être surtout mise en cause la fatidique ineptie générale avec laquelle l'indépendance et la souveraineté du pays avaient été gérées.
L'énorme pelote affreusement entremaillée où l'économique et le politique sont enchevêtrés n'est pas facile à débobiner. Rendre gorge ne suffirait certainement pas pour remettre les générations présentes et celles à venir sur les rails du bonheur car il ne serait pas incongru de reconnaitre que les responsabilités sont partagées à différents degrés.
Un peuple qui jette du pain plus qu'il n'en mange a le devoir de se juger lui aussi pour nouer avec l'impérative rationalité et pour en finir définitivement avec les lourdes manigances des roitelets.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.