Le numérique, un geste barrière efficace ?    Début de stage pour le sept algérien    Forme : un sommeil réparateur    Verrines chocolat-café    Odeur de peinture    Caricatures... indigènes : le décryptage d'Alain Ruscio    Lettres de mon moulin anonyme !    Le mouvement El Islah décide de voter "Oui" au référendum du 1e novembre    Paradou AC: Le meilleur est à venir    IRB Sougueur: Mohamed Benhalima nouveau président    Il avait intenté une autre action contre l'Algérie: Sawiris de nouveau débouté dans l'affaire Djezzy    Offres et avantages de la CNAS: Une caravane de sensibilisation dans les zones d'ombre    Tlemcen: Une question de conformité    Sidi Bel Abbès: Un nouveau chef de daïra et un lourd dossier du logement social    Doutes et politique    Cinq enfants d'une même famille parmi les victimes: Huit morts et deux disparus après le renversement d'une barque    Contrat entre Haddad et un lobbyiste américain: Information judiciaire sur l'affaire des 10 millions de dollars    En amical: Algérie-Cameroun, le 12 octobre aux Pays-Bas    BRAVADE AVEUGLE    LE «KOURSI» FANTASME    POUR FAIRE REUSSIR LE REFERENDUM SUR LA CONSTITUTION : L'ANP fournira tous les efforts    Kalida Toumi bientôt devant le tribunal de Sidi M'hamed    De nouveaux produits interdits a l,importation    "Nous n'importerons aucun vaccin qui ne soit pas pré-qualifié OMS"    Les contaminations poursuivent leur baisse    Tebboune installe la Commission nationale    Une "étape cruciale" pour Chanegriha    Une plateforme numérique de préinscription dédiée aux opérateurs    250 millions de dollars perdus annuellement    Le Président Tebboune installe la Commission nationale chargée de l'élaboration du projet de révision de la loi électorale    Seuls 13 joueurs maintenus    Oukal (MCA) 12e recrue estivale    «L'algérianisation», priorité de Belhimer    Plus de 747 000 dossiers régularisés    L'ONU salue la décision de Fayez al-Sarraj de démissionner    Genèse d'un rebondissement des contaminations    Belatoui nommé adjoint de Casoni    Abdelmadjid Merdaci n'est plus    Niger : L'EI revendique l'assassinat de 8 personnes    Somalie : Accord pour des élections en 2021    Sept morts dans deux attaques    3300 habitations démolies en six ans par Israël    Ce que prévoit le projet de rénovation    Erdogan prêt à rencontrer le Premier ministre grec    Cinq militants associatifs interpellés, puis relâchés    Pour la solidarité avec le peuple algérien et la libération des détenus du Hirak    L'auteur Youcef Laichi Mimoun grand lauréat    Israël : le «pacte d'Abraham» et la trahison des émirs    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





DESCENTE PRESIDENTIELLE
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 13 - 08 - 2020

De mémoire, jamais un président de la République n'était intervenu d'une manière directe et officielle au plus bas de la hiérarchie institutionnelle pour démettre des maires, des chefs de daïra ou des responsables administratifs locaux. D'autres artifices décisionnels étaient utilisés par l'emprunt d'une échelle coutumière pour écarter des responsables indélicats, souvent sans que leurs incartades soient dévoilées au grand jour et au su de tous.
La décision prise par le président Tebboune n'a rien d'anodin. Elle ne se limite pas seulement à la circonscription du rapprochement avec la base mais apparaît surtout comme une volonté d'ancrer le raffermissement de la présence de l'Etat et la confirmation de son retour en force. Elle se veut être correction d'une vision sur ce que doit être l'autorité de l'Etat et une reformulation du profil de ses agents.
La vérité des faits a démontré qu'il serait insuffisant de se contenter de se focaliser sur le piètre condensé au sommet des responsabilités importantes des gouvernants alors que l'Etat est aussi jugé et pesé dans les premières proximités des citoyens. Si les actes de gestion sont soumis à de fastidieuses procédures administratives que la mortelle bureaucratie alourdit, le contribuable n'en a jamais cure. Il résume son insatisfaction et souvent sa colère par ce qui lui semble une incompétence et un mépris d'un Etat qui lui tourne le dos quand celui-ci n'est pas totalement absent. Trop malfaisant, cet esprit a creusé un fossé entre la société algérienne et ses dirigeants que sont venus approfondir les choix désastreux de prétendus élus et de représentants gouvernementaux douteux locaux. Ces choix avaient de quoi tenir. Ils respectaient une ligne de conduite qui autorisait l'embrigadement des masses, la docilité et l'empressement à servir des passe-droits tout en se servant.
Cette présidentielle descente autoritaire est en tous points de vue de bon augure. Elle va d'abord s'imposer comme une mise en garde à l'adresse de ceux qui s'aventureraient à confondre intérêt général et proxénétisme politique.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.