Covid-19: réception prochaine d'une quantité de "Lovenox"    Agression marocaine à El Guerguerat: un parti mexicain exprime sa solidarité avec le peuple sahraoui    1re journée de Ligue 1 : Quatre matchs nuls, un coup d'épée dans l'eau    Décès du Moudjahid Said Bouhadja: l'Amenokal de l'Ahaggar présente ses condoléances    Le RND condamne vigoureusement la résolution du Parlement européen sur les droits de l'homme en Algérie    Elections du Conseil de la Fifa : Zetchi s'attend à "une rude concurrence"    Championnat d'Afrique d'Aviron en salle: L'Algérie participe avec 11 athlètes    Pluies orageuses sur plusieurs wilayas à partir de vendredi en fin de journée    Coronavirus: 1058 nouveaux cas, 612 guérisons et 20 décès ces dernières 24 en Algérie    Le Commandant de la Gendarmerie en visite au 4ème Commandement régional de Ouargla    France. Les archives cadenassées de la guerre d'Algérie.    SITUATION POLITIQUE EN ALGERIE : Goudjil dénonce une "campagne" contre l'Algérie    Ligue 1: ouverture d'un dossier disciplinaire à l'encontre de 15 clubs    Lyon: Aouar sanctionné, Garcia approuve    LUTTE CONTRE LE CORONAVIRUS : Conversion de l'hôtel militaire en structure sanitaire    Moulay El Hassan sera-t-il roi du Maroc ?    MANQUE D'EAU A SIDI BEL ABBES : Ain Témouchent appelée à la rescousse    TIARET : Remise des clés à 2322 bénéficiaires de logements    OUED LILI (TIARET) : 2 voleurs de cheptel arrêtés après un accident de la route    ABANDONNES PAR L'ENTREPRENEUR : Des bénéficiaires de LPA crient à l'injustice à Mascara    ORAN : Explosion d'un transformateur électrique 60/30 kV à El Kerma    Le secteur de la communication a amorcé "des changements profonds" adaptés aux différentes évolutions    Conseil des MAE de l'OCI: Boukadoum conduira la délégation algérienne    L'APLS poursuit ses attaques contre des positions de l'armée d'occupation marocaine    Europa League: Ghoulam dans l'équipe type de la 4e journée !    Maladie de Boukharouba.Extrait du livre de Pierre Accoce Dr Pierre Rentchnick « Ces malades qui nous gouvernent » Stock – 1993    Résolution du Parlement Européen concernant les graves atteintes aux Droits Humains en Algérie.    Electricité et de gaz : les citoyens d'Alger inviter à régler leurs factures    OPEP : Attar présidera lundi la 180ème réunion ministérielle    Milan à la relance, Tottenham et Naples pour faire le trou    «Nous avons un groupe homogène»    Saïd Bouhadja n'est plus    Entre avancées et entraves    Le membre du BP du PT acquittée à Jijel    Des journalistes créent une association nationale de soutien avec le peuple sahraoui    Recensement de plus de 17 690 sites archéologiques depuis 2016    Kambozia Partovi, grande figure du cinéma iranien, est mort de la Covid-19    L'ONU confirme la poursuite des affrontements avec le Maroc    De nombreux établissements scolaires paralysés    "La sécurité, c'est mieux !"    Les livres, gouverneront-ils un jour ?    "Puentes", des ponts culturels entre l'Algérie et l'Espagne    "La création en banlieue : un art de combat ?" en débat    AEP : l'ADE multiplie les forages à Boumerdès    Douze autres pays concernés: Les Emirats suspendent l'octroi des visas aux Algériens    Tlemcen: Deux nouveaux directeurs à la tête de l'urbanisme et du logement    Les angles de l'ingérence    Une médaille pour nos revers !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Tiaret: Un thé à la «Place Rouge»
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 19 - 10 - 2020

Dans un piteux état, la mythique «Place Rouge» périclite à vue d'œil, comme pour crier la douleur d'une ville qui va à vau-l'eau. Fidèle à son «statut» de «bourse à ragots», plus personne, ou presque, ne fait plus attention aux coups de Jarnac portés dans le dos dans ce haut lieu de la mémoire collective locale. Mardi, il est 10 heures passées.
Au milieu d'une place où les détritus en tous genres ont depuis longtemps pris possession des lieux, les «Ouled bled», le regard comme blasé, sont agglutinés, parlant de tout et de rien. Au beau milieu de la place, si chère à feu Missoum Boumediene et Chaïb Maâchi, et tous leurs compagnons de lutte, trône le kiosque de Aâmi Boucetta, considéré ici comme l'une des armoiries de l'antique Tingartia. Jadis haut lieu de la culture du vivant de Aâmi Boucetta, disparu par un triste matin du 02 janvier 2011, le kiosque à journaux s'est adapté aux «mœurs du temps» pour proposer à ses clients du thé, agrémenté de gâteaux traditionnels, comme le kaâbouche ou encore du «baghrir», une sorte de crêpes au miel particulièrement appréciées ici.
Dans une ambiance bon enfant, nombreux sont les Tiarétiens qui se rendent dans une sorte de pèlerinage vers ce célèbre kiosque, aujourd'hui tenu par le fils aîné du plus célèbre vendeur de journaux sur la place de Tiaret. Et même si les journaux sont toujours vendus dans le plus célèbre kiosque sur la place de Tiaret, un sentiment de tristesse et de nostalgie règne sur la «Place Rouge», comme victime du changement de l'ordre des priorités dans une giga-cité en perte totale de ses repères.
Considérée jadis comme l'âme authentique de la ville de Djelloul Ould Hamou, la Place du 17 Octobre 1961 (ex-Place Rouge) est aujourd'hui dans un piteux état, au plus grand désarroi de ceux qui se souviennent, le cœur brisé, de cette belle époque des années soixante-dix où l'ensemble intégré du marché couvert (aujourd'hui en ruine), la Place Rouge, les arcades et leur mythique hôtel de Nice et le mausolée de Sidi M'hamed, étaient vécus comme le deuxième soleil qui brillait de mille feux sur une ville qui ne cesse de geindre et de (re) geindre à celui qui veut bien lui tendre une oreille attentive. Lieu de rendez-vous des «Ouled bled» comme le veut la mentalité «vernaculaire», l'ex-Place Rouge n'est plus aujourd'hui qu'une sorte de décharge publique, noyée au milieu de la plus grande concentration humaine de toute la ville.
Comble des combles, le jet d'eau, implanté au beau milieu de la place, voit son bac intérieur utilisé comme un vide-ordures, et ses pompes immergées dérobées, sans que personne ne se rende compte de l'innommable forfait.
Plus en amont, à un jet de fronde de là, la place des Chouhada (ex-Place Carnot), est aujourd'hui, elle aussi, considérée comme le cœur fatigué de l'antique Tihert et pour cause. Même si de nombreuses familles et autres Tiarétiens nostalgiques continuent à se rendre sous l'arbre où furent pendus Ali Maâchi et ses compagnons, un certain 08 juin 1958, l'ex-place Carnot, entièrement réaménagée à coups de milliards, se dégrade à vue d'œil. Les « semblants » de jets d'eau ne servent plus qu'à un réceptacle où des déchets en tous genres y sont jetés sans vergogne aucune.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.