Décès de Aissa Megari : le Premier ministre présente ses condoléances    OCI: Boukadoum prend part à la session du Conseil des ministres des Affaires étrangères    Man United : Donny van de Beek déjà sur le départ ?    Accidents de la route : Six décès et 253 blessés durant les dernières 48 heures    Averses orageuses sur le Centre et l'Est du pays à partir de ce samedi    L'affaire de l'automobile sera rejugée    La société civile espagnole renforce son soutien aux populations sahraouies    Abiy Ahmed rencontre les envoyés spéciaux de l'UA    La dernière de Trump    La semaine des procès en appel à la cour d'Alger    La LFP ouvre un dossier disciplinaire à l'encontre de 15 clubs    «À Omar-Hamadi pour un résultat positif»    Ciccolini signe sa lettre de licenciement et rentre chez lui    Des membres du COA convoqués par la justice    Ça coupe à Aïn-Naâdja !    «Tant que le virus est là, il n'y aura pas de reprise»    Pr Amar Aït Ali Slimane plaide pour une gestion centralisée des lits d'hôpitaux    Saisie de 100 grammes de kif traité    Beyoncé en tête avec 9 nominations aux Grammys, devant Taylor Swift et Dua Lipa    Réparation du grand orgue de Notre-Dame, un chantier très délicat    Cambridge lance un appel pour retrouver des carnets de Darwin «volés»    Sous pression    Le Mouloudia d'Alger vise la victoire    Nul sur toute la ligne    L'héritage    Sit-in de soutien à Walid Nekkiche et aux détenus d'opinion    Des campagnes de vulgarisation pour améliorer les récoltes    Parfaite lune de miel dans un climat de tempête géopolitique    Le dernier Premier ministre élu démocratiquement emporté par le coronavirus    Le président Kaboré tend la main à l'opposition    Les étudiants maliens en Algérie bloqués à Bamako    L'OAIC confirme et précise    Vers l'extension de l'actuel accord de réduction    Abdelkader Ouali placé en détention provisoire    Vers la réalisation d'un théâtre de verdure et d'une bibliothèque    Lancement du concours "Ungal" du meilleur roman en tamazight    Les actrices intensifient la sensibilisation citoyenne    Secteur de l'habitat à Bouira : Les projets de logement social à la traîne    Ruines romaines de Bellimor à Bordj Bou Arréridj : Un patrimoine historique menacé    La main de l'étranger à géométrie variable    Le ministre des Finances: Le problème de liquidités réglé dès décembre    Suppression de visas pour les Emirats: Le ministère des Affaires étrangères dément    Acquisition du vaccin anti-Covid: L'Algérie prudente    Une bande de malfaiteurs qui semait la terreur arrêtée    ANSEJ: Les créances des startups en difficulté rééchelonnées    Le foot est mort    Le secteur de la communication a amorcé "des changements profonds" adaptés aux différentes évolutions    Résolution du Parlement Européen concernant les graves atteintes aux Droits Humains en Algérie.    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Traité virtuel
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 26 - 10 - 2020

C'est à une véritable mascarade qu'invite l'Organisation des Nations unies en se félicitant de l'entrée en vigueur du traité sur l'interdiction des armes nucléaires. La supercherie est d'autant plus affirmée que les détenteurs de ces armes n'en sont pas signataires et que leur position a tout l'air d'un ricanement flagrant à la face du monde. Si l'ensemble des efforts entrepris par une majorité de pays sont honorables et louables pour se prémunir d'un danger qui menace l'humanité entière, les engagements et l'activisme déployés pourraient s'assimiler en tous points de vue à un remplissage d'un seau troué. De ce fait, un tel traité ne ferait que renforcer davantage la puissance déjà grande de ceux qui monopolisent déjà l'arme atomique dans leurs intérêts propres et leur prédominance dans la marche du monde n'en serait que plus affirmée.
S'ils se comptent sur le bout des doigts, il est illusoire d'attendre des dominants de se défaire d'un maléfique atout qui leur permet d'ordonnancer la vie des êtres comme bon leur semble et le traité s'offre à eux comme une tenante opportunité pour ligoter ceux qui veulent se mettre à leur niveau. Il est même prêté à se demander si la finalité onusienne ne serait pas une couture de fil blanc initiée par les plus forts pour contrecarrer les velléités d'émancipation annoncées ici et là.
Il est évident que l'arrêt d'une éventuelle prolifération des armements atomiques offre une assurance pour la paix mondiale. Il n'est nulle question de faire la fine bouche pour la semée d'un espoir qui garantirait la quiétude des peuples. Mais se limiter à une interdiction qui ne toucherait que ceux qui manquent déjà de pain pour se nourrir est une plaisanterie. Le Togo, la République centrafricaine ou le Vanuatu ont d'autres préoccupations plus terre à terre que de vouloir se donner à des calculs géostratégiques. Ils n'ont que la latitude de s'échiner dans la douleur et la misère pour continuer d'exister. Le nucléaire leur est interdit de facto. Ils savent qu'au sein de l'organisation onusienne, ils ne servent que de faire-valoir disponibles pour signer des traités dont ils connaissent mieux que quiconque la virtualité.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.