Tebboune subit une intervention chirurgicale réussie sur le pied droit    La demande de liberté provisoire de Rachid Nekkaz rejetée    Les procès en appel de 11 hirakistes renvoyés au 10 mars    Le détenu Mohamed Baba-Nedjar en grève de la faim    Interrogations sur le rôle de l'Anie    Nouveau procès pour le général Saïd Bey    «L'exploitation du schiste n'est pas pour demain»    Pas de marchandises à exporter, ni de navires algériens sillonnant les océans    Quand l'offre dépasse la demande    Taïeb Hafsi invité par Cap-Horizon 2054    L'huile d'olive "Dahbia" finaliste au Dubaï Olive Oil 2021    Perturbation du trafic vers Thenia et Tizi Ouzou    Les Tunisiens ne décolèrent pas    Il veut rendre à l'Amérique son rôle phare dans le monde    L'Espagne ne doit pas céder au «chantage» du Maroc    Réunion d'urgence sur les violences au Darfour    Un prêtre porté disparu dans le Sud-Ouest    Duel à distance entre l'ESS et le MCA    "La JSK n'est pas en crise"    Les Rouge et Noir visent la quatrième victoire de suite    Quatre nouveaux entraîneurs remplacés en une semaine    Les Sanafir se méfient des Aigles    Souibaah et Aiboud également forfaits à Relizane    Découvrez les bienfaits des oméga-3 !    Filets de poulet à la chapelure    Révelez votre beauté, suivez ces rituels    Vu à Alger    Le geste de Setram pour les enfants cancéreux    «Ni repentance ni excuses», tranche Paris    Cheikh Namous, un grand qui a accompagné les plus grands    A Berlin, une danseuse noire pourfend le racisme dans le ballet classique    Les villes sans cœur : l'Algérien vit comme dans un hôtel, toujours prêt à retourner dans son village !    Deux œuvres algériennes en lice    "Il n'y a qu'en Algérie où on conteste nos symboles"    Jijel : Amarrage d'un bâtiment français à Djendjen    Coronavirus : 2849 décès depuis le début de l'épidémie    La dernière Foggara de Tamentit se meurt    Récifs artificiels : en Algérie, des expériences timides    «En 1981, les Américains ont proposé l'Algérie pour le prix Nobel»    Créances impayées: La Sonelgaz sommée de sursoir aux coupures d'électricité    Football - Ligue 1: Indécision à tous les niveaux !    L'inspection régionale de la police de l'Ouest dresse son bilan: Plus d'un million de comprimés psychotropes saisis en 2020    Tlemcen - Vaccination contre la Covid-19 : des préparatifs et des interrogations    BIDEN, DIDEN ET L'UTOPIE    La pression est la force appliquée à la surface pressée    Cheikh Namous, une vie consacrée à la musique    Il était habité de la passion de savoir et de partager    Le président de la République ordonne la distribution de la copie originale    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'INVICIBILITE DU TEMPS
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 24 - 11 - 2020

Il y a dix ans, le monde arabe dans sa grande partie a été ébranlé par un séisme social provoqué par des populations qui n'en pouvaient plus. Prévisible, il ne s'est pas arrêté et ses répliques moins fortes semblent indiquer qu'elles ne font que passer, car réclamer haut et fort une justice et une équité est une chose, et donner à une nation un socle de dignité et de progrès en est une autre. Le partage juste et équitable des richesses d'un pays entre tous ses enfants n'est pas aisé. Pour preuve, pour la plupart des pays arabes, les contestations et les revendications populaires se sont conclues par un bilan mitigé et parfois, comme en Egypte, elles n'ont servi qu'à l'accession au sommet du pouvoir d'un maréchal pour remplacer un général, sans pour autant présager la mise en place d'une démocratie pour laquelle le peuple a versé son sang. Il en est de même pour la magnanime Tunisie, aujourd'hui empêtrée dans de sérieux démêlés politiques et économiques internes. D'autres pans populaires, écrasés par une multiplication de la misère quotidienne et par une errance sans fin, se sont laissés aller dans un paradoxe incongru en avouant en sourdine leurs nostalgies des temps passés. Ironie du sort, l'Irak lui-même, profondément blessé dans son corps, son âme et sa souveraineté en est réduit à réclamer, pour se protéger, le maintien sur son sol de l'armée américaine artisane attitrée de la déflagration du pays. Dans les périphéries voisines, d'autres Etats arabes ont franchement tendu leurs deux mains à Israël pour attester sans retenue que les jeux sont faits.
Que ceci et cela soient liés, la situation actuelle du monde arabe tombe sous le sens. Si les révolutions des rues se sont avérées être des armes dont la légitimité est incontestable, elles démontrent leurs limites. Les régimes arabes se sont trop longtemps alimentés d'un féodalisme mortel pour que leurs peuples puissent espérer aujourd'hui que le progrès et le bonheur tombent du ciel. Les lamentations, les cris et les pleurs, quelles que soient leurs intensités, n'ont jamais été suffisants pour vaincre le temps.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.