Production de plus de 21 millions m3 d'eau potable en 2020    Chelsea : Tuchel favori pour le remplacement de Lampard ?    Polémique FAF-FTF    Une caravane de solidarité au profit des familles démunies    Nouvelle vague de gros procès en février    «Certains secteurs continuent à faire fi des consignes du Président»    Le ministre de l'Industrie dépose plainte contre l'Association des concessionnaires : L'automobile de la discorde    3 ans ferme requis contre Walid Kechida en appel    Le blocage persiste à l'ENIEM de Oued Aïssi (Tizi Ouzou) : Des centaines de travailleurs investissent la RN12    Un pôle économique qui va générer 15 000 emplois    De nouvelles opérations armées contre l'occupant marocain    La Palestine veut une conférence internationale pour la paix    Le président demande le recours à la force contre la menace terroriste    Cheikh Sabah Khaled Al-Sabah de nouveau désigné pour former un gouvernement    Elle s'est vu refuser la nationalité car "elle travaille trop"    Dalila Touat comparaît en appel le 3 mars    Un juge face à ses pairs    L'EN U17 qualifiée    Pas de miracle pour les Algériens !    Hamza Ayad de retour    Le Real sourit à nouveau, Zidane sauvé par contumace    Youcef Atal marque et se blesse    Le nouveau directeur de l'éducation installé    Covid-19 à Tizi Ouzou : 84 points de vaccination mobilisés    Œuvres universitaires : Benziane annonce une «profonde» réforme    Agressions du personnel médical dans les hôpitaux : 424 affaires enregistrées en six mois à l'est    Grogne à la formation professionnelle    "La féminisation de migration n'est pas récente"    Abdelmadjid Chikhi : «Je ne peux rien dire»    Le film "ADN" de Maïwenn projeté à l'IFA    «Trumpistes» : expressions de la révolte d'une jeunesse mondialisée    «Rien n'arrête le PapJazz» !    La science-fiction aime les villes monstrueuses    MADJID FERHATI, NOUVEAU DIRECTEUR DE LA CHAÎNE II    La justice se déjuge    Créer un développement décentralisé    Les menaces de la FIFA : Un ballon de baudruche    Augustin était-il vraiment un Saint ?    Establishment, mainstream et la prééminence des institutions occidentales    Agrumiculture: Une production de plus de 200.000 quintaux    Indiscipline ou inconscience?    MUTATIONS ET PERMUTATIONS    Santé: Plus de 10.000 paramédicaux seront recrutés    AADL Misserghine: Des ascenseurs en panne dans des immeubles «neufs»    Tribune - Un rapport, une méthode    Plus de 220.000 PME ont déclaré faillite depuis 2011    L'Algérie demande de faire toute la lumière sur ce drame    Acquisition de la nationalité algérienne : la longue course d'obstacles    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





LE DECOMPTE DES MORTS
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 29 - 11 - 2020

Quarante cinq millions de personnes civiles innocentes et vingt quatre millions de soldats morts a été le bilan d'un cataclysme inscrit dans une étape pas si lointaine de l'histoire de l'homme et le cauchemar n'est pas près de s'arrêter. La présente pandémie n'y est pour rien même si son hululement létal contribue à alourdir une comptabilité morbide pour notifier à l'espèce humaine ce qu'elle a de dramatique en elle. La Seconde Guerre mondiale a été une étape désastreuse tracée par la folie meurtrière se présentant en une certification de la présence de vermines humaines dans la colonie terrestre. Que de sang a coulé et que de vies ont été prématurément éteintes par des malédictions que l'homme a lui-même usinées sans se rendre compte dans sa dégénérescence qu'il creuse sa propre tombe pour y être enseveli.
Aucune autre identification ne siérait à des acteurs criminels qui élaborent par leur conscience désabusée l'assassinat de leurs prochains pour guider le monde entier vers sa désintégration.
Les services secrets israéliens qui n'ont de secret que les ombres dans lesquelles ils se tapissent viennent d'assassiner un savant iranien sous prétexte qu'il serait le père d'une hypothétique bombe nucléaire. Les calculs et leurs sommes de cupidités se résument toujours par la semée de gigantesques maléfices et il est à craindre que les Iraniens emboîtent le pays, contraints de se soumettre à l'appel de la vengeance pour que tout encore une fois s'obscurcisse. C'est ce genre d'étincelles qui exige à l'histoire de se répéter pour provoquer les déflagrations mondiales.
On sait où le malheur du monde a fait son nid. Celui qui est à l'origine des terrifiantes turbulences que vivent depuis plus d'un siècle toutes les peuplades innocentes est connu. Le sionisme et ses alliés n'ont pas d'attache avec la justice et la raison. Ils ont décidé depuis longtemps que l'humanité doit se résoudre à un naufrage final. A la violence répond la violence. L'une est planifiée et imposée, l'autre jaillit du désespoir et de la désespérance. Le monde entier y perd au change pour retourner au décompte des morts.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.