Interview: Amoura, Haddad, Belaili et Slimani, Belmadi dit tout...    Il a tancé plusieurs de ses ministres : Abdelaziz Djerad insatisfait du staff gouvernemental    Le procès de nouveau reporté    Le Hirak réinvestit la rue    Le boy-scout révolté    Loi électorale : un autre recadrage pour brider les votes ?    - Aït Ali l'automobile - Biden contre le mur - Le Cnes newlook - Le vaccin arrive, le printemps pas loin    Importation de véhicules : Tirs groupés contre Ferhat Aït Ali    L'affaire de l'autoroute Est-Ouest renvoyée à la fin de la session criminelle    Bientôt des marchés de gros des dattes    Pour faire face à une forte demande en eau dans les zones côtières : Des avis d'appel d'offres pour trois stations de dessalement    Exportation des services numériques algériens    Remise de 527 microcrédits pour la création de projets    Début de la période des candidatures pour l'autorité exécutive unifiée    La Centrafrique proclame l'état d'urgence    HRW demande une enquête "rapide et impartiale"    Calme relatif en Tunisie    Un prêtre enlevé mardi retrouvé mort    Nairobi annonce la mise sous contrôle de la deuxième vague d'invasion de criquets pèlerins    Ils ont été condamnés à des peines de 2 à 6 mois : Tadjadit et ses codétenus quittent la prison    L'ESS se reprend, le MCA se relâche, les visiteurs se lâchent !    Décès de l'ex-joueur Mohamed Zaoui    La Tunisie s'impose sur le fil et s'offre une finale contre l'Algérie    Farès retrouve la compétition    Deux joueurs du Zamalek suspendus face au MCA    Zemmamouche, une année sans jouer !    Stratégie retenue pour l'acquisition du vaccin contre la Covid-19 : Les mauvais calculs des autorités    Les syndicats mitigés    Une plateforme pour suivre les travaux de Seaal    Enième engagement pour la livraison des projets de réhabilitation des 5 hôtels du secteur public    Le secteur sur un brasier    Benjamin Stora. Spécialiste de l'histoire contemporaine de l'Algérie : «Il y a une histoire sur laquelle on peut s'appuyer pour trouver du commun»    Le lycée Kerouani de Sétif retrouve son éclat    ...CULTURE EN BREF...    Béjaïa "La perle de la Méditerranée"    Un Salvator Mundi de l'école de Léonard de Vinci retrouvé chez un Napolitain    Le Liban restitue deux icônes religieuses du XVIIIe siècle à la Grèce    Oum Siham, une poétesse engagée pour les bonnes causes, s'en va    CHAN-2021 : La décantation tarde à se faire    Fonds de garantie des crédits FGAR: Accompagnement d'une trentaine de PME en 2020    Gouvernance et Affaires de l'Etat: Le départ de Laagab de la présidence officialisé    El Ançor: Plus de 4 millions DA pour l'assainissement à la plage des Andalouses    L'ENTERREMENT DES VIVANTS    Organisation de la Omra: Près de 500 agences de voyages candidates    LA CRISE ET LES ESPOIRS    Jijel : Amarrage d'un bâtiment français à Djendjen    «En 1981, les Américains ont proposé l'Algérie pour le prix Nobel»    "Ni repentance ni excuses"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'Europe doit tenir tête à la Hongrie et à la Pologne
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 02 - 12 - 2020

NEW YORK - La Hongrie et la Pologne ont opposé leur veto à la proposition de budget de l'Union européenne pour un montant de 1 150 milliards d'euros sur sept ans, ainsi qu'au fonds de relance européen de 750 milliards d'euros. Bien que ces deux pays soient les plus grands bénéficiaires de ce budget, leurs gouvernements refusent catégoriquement que l'accès aux fonds soit conditionné au respect de l'Etat de droit, une exigence imposée par l'UE à la demande du Parlement européen. Ils sont en effet conscients de violer l'Etat de droit à plusieurs égards scandaleux, et refusent d'en payer les conséquences.
Ce n'est pas tant au concept abstrait de l'Etat de droit que s'opposent le Premier ministre hongrois Viktor Orbán et, dans une moindre mesure, le dirigeant de facto de la Pologne, Jaros3aw Kaczyñski. Ce qu'ils voient d'un mauvais œil, c'est plutôt le fait que l'Etat de droit représente une limite pratique à leurs manœuvres de corruption personnelle et politique. Leur veto constitue la tentative désespérée de deux transgresseurs en série.
Sans précédent, ce refus intervient à l'heure où l'Europe souffre d'une augmentation vertigineuse du nombre de cas de COVID-19. Le veto a plongé dans la confusion les représentants des autres pays de l'UE. Mais une fois le choc passé, une analyse étroite révèle qu'il existe un moyen de le contourner.
En effet, les réglementations sur l'Etat de droit ont bel et bien été adoptées. En cas d'absence d'accord autour d'un nouveau budget, le budget précédent, qui expire fin 2020, est alors prolongé annuellement. En l'occurrence, la Hongrie et la Pologne ne percevraient aucun versement en vertu de ce budget, puisque leurs gouvernements ne respectent pas l'Etat de droit.
De même, le fonds de relance, baptisé Next Generation UE, pourrait être mis en œuvre en recourant à une procédure de coopération renforcée, comme l'a proposé Guy Verhofstadt. Si l'UE empruntait cette voie, le veto Orbán-Kaczyñski serait alors contourné. La question est de savoir si l'UE, avec peut-être en chef de file la chancelière allemande Angela Merkel, est capable de mobiliser la volonté politique nécessaire.
Je suis un partisan engagé de l'UE en tant que modèle de société ouverte bâtie sur l'Etat de droit. Juif hongrois d'origine, je suis particulièrement préoccupé par la situation en Hongrie, où j'œuvre en tant que philanthrope depuis plus de 30 ans.
Orbán a construit en Hongrie un système kleptocratique très élaboré, qui lui permet de faire secrètement les poches au pays. Si les montants à hauteur desquels il est parvenu à enrichir sa famille et ses amis sont difficiles à estimer, nombre de ses proches sont devenus excessivement fortunés. Orbán use désormais de la nouvelle vague de COVID-19 pour faire amender la Constitution hongroise et la loi électorale (une fois de plus), ainsi que pour consolider à vie sa position de Premier ministre par des moyens constitutionnels. C'est une véritable tragédie pour le peuple hongrois.
Laissez-moi vous donner quelques exemples de la manière dont Orbán dépouille la population hongroise. Il a transféré d'importantes sommes d'argent public vers un certain nombre de fondations privées, qu'il contrôle indirectement. Par un mécanisme constitutionnel astucieux, Orbán retire désormais de manière permanente ces actifs du domaine public ; il faudrait une majorité de deux tiers au Parlement pour restituer ces actifs au peuple hongrois. Les montants en question atteignent près de 2,8 milliards $.
Dans une série de transactions frauduleuses, les sociétés proches d'Orbán ont acheté plus de 16 000 respirateurs au nom de la Hongrie, pour quasiment 1 milliard $, soit bien au-delà de nombre de lits de réanimation et de personnels médicaux susceptibles de recourir à ces respirateurs. Une analyse des données commerciales internationales révèle que c'est la Hongrie qui au sein de l'UE a dépensé le plus pour acheter des respirateurs en provenance de Chine, déboursant à une certaine période plus de 50 fois plus que l'Allemagne.
L'une de ces sociétés a également conclu une commande auprès de la Slovénie, dont le Premier ministre Janez Janša est un proche allié politique d'Orbán. L'Office européen de lutte antifraude (OLAF) doit faire la lumière sur cette possible escroquerie à l'encontre de l'UE. De même, le récent contrat relatif au vaccin russe, en vertu duquel la Hongrie sera le premier pays européen à en bénéficier, mérite que l'on s'y intéresse de près.
Pendant ce temps, Orbán cherche à s'exonérer de toute responsabilité dans ces manœuvres, et prends des mesures pour empêcher que se reproduise l'épisode des élections locales de 2019, lorsque son parti le Fidesz avait perdu le contrôle du gouvernement municipal de Budapest et d'autres grandes villes. Il ne ménage pas ses efforts pour priver Budapest de ressources financières, opposant un veto à la demande de la ville consistant à emprunter de l'argent à la Banque européenne d'investissement pour acheter de nouveaux équipements de transport en commun compatibles avec la distanciation sociale. Il manque désormais à Budapest 290 millions $ dans son budget pour 2021. Des situations similaires s'observent dans d'autres villes dont la municipalité n'est pas contrôlée par le Fidesz.
Les partis d'opposition en Hongrie tentent courageusement d'affronter Orbán en formant une liste commune de candidats pour les élections législatives de 2022. Leurs chances de réussite sont malheureusement limitées, dans la mesure où Orbán est susceptible de changer les règles en un instant, comme il l'a déjà fait à plusieurs reprises. Choix bien commode, Orbán prévoit d'apporter ses tout derniers changements à la loi électorale au moment même où la pandémie fait rage, où Budapest se trouve sous couvre-feu, et où les soldats patrouillent les rues.
Orbán exerce par ailleurs une emprise quasi-totale sur les zones rurales, où vit la majorité de la population. Il y contrôle les informations que reçoivent les habitants, et les scrutins dans de nombreux villages ne sont pas même secrets. Il est pratiquement impossible pour l'opposition de l'emporter dans les campagnes.
L'UE est la seule qui puisse aider le pays.
Les fonds de l'UE pourraient par exemple être versés aux autorités locales, où la démocratie fonctionne encore en Hongrie, contrairement à ce qu'il se passe au niveau national.
L'UE ne peut se permettre de céder du terrain concernant les règles de l'Etat de droit. La manière dont elle répondra à la défiance Orbán-Kaczyñski sera déterminante quant à sa capacité à survivre en tant que société ouverte fidèle à ses valeurs fondatrices.
Traduit de l'anglais par Martin Morel
Président de Soros Fund Management, ainsi que des Open Society Foundations - Pionnier dans le secteur des fonds de couverture, il est l'auteur des ouvrages intitulés The Alchemy of Finance, The New Paradigm for Financial Markets: The Credit Crisis of 2008 and What it Means, et plus récemment In Defense of Open Society


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.