La position de Berlin sur le statut du Sahara occidental est la cause des frictions entre l'Allemagne et le Maroc    Un projet d'attentat déjoué à Alger    «Un courant obscurantiste tente de faire dévier la révolution»    Beldjoud préside l'installation du wali    Bou-Arréridj Verdict le 10 mars    La défense dénonce un mauvais traitement du détenu    À quel scénario s'attendre ?    Huiles de table - Communiqué de Cevital    Améliorer d'abord les conditions de vie    Tebboune reçoit les présidents de 3 partis    L'ambassade de France s'explique    Le parti AfD placé sous surveillance policière    Derbies au Centre, duels à l'Est et à l'Ouest    Mouassa s'éclipse, Abbès s'annonce    Cristiano Ronaldo rejoint Pelé avec 767 buts... ou pas    5 décès et 163 nouveaux cas    Mahrez, étincelant    2 armes à feu récupérées par les services de sécurité    Le Comité scientifique préconise une démarche spécifique    Le nouveau geste de Macron    Participation de 216 maisons d'édition    Lancement de la 1re édition du Festival international du court métrage d'Imedghassen    Des experts se penchent sur la restauration du mausolée d'Imedghassen    Skikda… Bariq 21 lance Green Farm    Bilan du MDN 49 narcotrafiquants arrêtés    Djilali Sofiane: Certains slogans scandés lors du Hirak pourraient mener au "dérapage"    Quel impact sur l'industrie de raffinage?    Varane, signature imminente?    La disette de Suarez inquiète    Messi fixe une deadline pour son avenir    RASD: la guerre contre l'occupant sera étendue jusqu'à la libération des territoires occupés    L'APLS poursuit ses attaques contre les forces d'occupation marocaine    Arrivée de l'avant-garde d'une unité d'observateurs du cessez-le-feu    La mafia du foncier dénoncée    Bourita sur des charbons ardents    Laurent Gbagbo absent mais pourtant omniprésent    L'Algérie tend la main à sa diaspora    La dépendance au pétrole se confirme    Un grand humaniste engagé    La gratin intellectuel rapproche les deux rives    Du caviar pour les siens    Education: Le ministre renoue le dialogue avec les syndicats    Ras El Aïn et Haï Sanawber: Relogement prochain de 3.000 familles    11.015 comprimés psychotropes saisis et un réseau démantelé    Rivière asséchée !    Récupération du foncier industriel inexploité: «Une première étape pour relancer l'activité économique»    El quinqui de ma grand-mère et l'antonomase    Démantèlement d'un réseau à Tipaza    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





UNE ALERTE POUR UNE NOUVELLE PANIQUE
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 30 - 12 - 2020

Le responsable de l'OMS en charge des situations d'urgence vient de lancer la prédiction de ce qui convient de comprendre comme un véritable futur cataclysme. Sans prise de gants et contre toute attente, il annonce que la pandémie actuelle, malgré les phénoménales remises en cause qui ont bouleversé les quatre coins du monde, n'est qu'un pipi de chat à côté de ce qui attend l'humanité. Il indique avec sérieux et conviction que la nature nous réserve d'autres catastrophes planétaires et qu'elle garde tapis des virus encore inconnus en réserve pour annihiler le peu qui reste d'espoir.
On ne pourrait ne pas prendre pour argent comptant une semblable alerte aussi monstrueuse soit-elle car une organisation mondiale telle que l'OMS ne s'amuserait pas à semer la panique si elle n'avait pas des informations confirmées et des preuves sérieuses pour étaler une certitude aussi désagréable.
Voilà donc une annonce au summum de la désobligeance au moment où on n'en pas encore fini avec les démêlés effarants qu'impose le coronavirus dans sa continuité à faire tanguer les terriens entre une phase et une autre. Le décompte morbide des millions de morts n'est pas achevé et l'OMS avise qu'il faudra se préparer pour se familiariser avec d'autres comptabilités funambulesques.
Les dégâts vécus jusqu'ici par leurs effets fantasques et anesthésiants ont figé les populations dans un désarroi sans nom les laissant les bras croisés dans l'impossibilité de réapprendre à vivre. Des millions de chômeurs et d'usines fermées, l'aisance de se mouvoir d'hier disparue, ont abouti à parfaire une image d'une planète en agonie. Ce qui doit l'attendre demain, à en croire les annonces et les déclarations autorisées et certifiées, contredit les efforts désespérés entrepris ici et là pour venir à bout d'un désastre confirmé.
Au vu des états des lieux du monde, malheureusement, les dernières mises en garde de l'instance sanitaire internationale contre de nouvelles grandes et inqualifiables déconvenues ne vont que surfer sur la vulnérabilité des êtres face aux multiplications des pandémies.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.