Mouloud Mammeri, héritage et transmission    Une club de Serie A négocie avec Maurizio Sarri    OL : Slimani s'enflamme pour Rayan Cherki    Droit d'inventaire vs changement de serrures    Le Brent renoue avec des niveaux d'avant la crise    Moteurs électriques : les 5 variantes    Un recyclage de nouvelle génération    Le rôle de la cité scientifique de Boumerdès dans la récupération de nos richesses en hydrocarbures    Boukadoum souligne les positions de l'Algérie    Peugeot Landtrek, l'héritier des 404 et 504 pick-up, est né    Le Plan d'action du gouvernement adopté par le CNT    Evolution stylistique et technologique    De l'essence synthétique selon Porsche    Le groupe Toyota en tête du classement    "Le pays ne peut supporter d'autres échecs"    Terrain du Hirak    Le Chabab sans attaquants face à Mamelodi Sundowns    Benamar Mellal, l'atout des Hamraoua    Bouakaz appelle à la «mobilisation générale»    Les flammes de la passion    L' éternelle blessure    Saisie de quelque 2 kg de kif traité    Sanitaires «privatisés»    Prenez soin de vous... mangez de la soupe !    Légumes grillés au citron et à la coriandre    Distribution prochaine de 154 LPA    Plusieurs maisons menacent effondrement    La prison se charge des convictions !    EN QUÊTE D'ALGER    L'impossible quadrature du losange qui tourne en rond sans même les images de Perseverance !    Meriem Akroun, ou quand la volonté transcende le handicap    La "French touch" en deuil    Des associations appellent à la réouverture des espaces culturels    Le manga algérien au cœur du débat    SKAF : L'affaire des U21 fait polémique    SOUVENIRS, SOUVENIRS, C'ETAIT IL Y A CINQUANTE ANS ...    La Casbah : La citadelle dévoile ses secrets et son passé rayonnant aux visiteurs    Le ministre du Travail: Vers une intégration massive des jeunes du pré-emploi    Au lendemain du deuxième anniversaire du Hirak: La marche des étudiants empêchée    Sahara occidental: Washington continue de soutenir le processus onusien    Assassinat de Ali Tounsi: Le procès reporté au 4 mars    Début de la vente des vignettes automobile à partir du 1er mars    Après avoir reçu la première dose il y a 21 jours: La deuxième phase de vaccination contre la Covid-19 lancée    Mourad Preure, expert en pétrole: «Nos gisements sont surexploités»    185 nouveaux cas durant ces dernières 24 heures    Les mises en garde de Belhimer    Vers plus de députés à l'APN    Sabri Boukadoum: Envoi de troupes en dehors des frontières, des «rumeurs infondées»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La solidarité ne va qu'aux nécessiteux
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 19 - 01 - 2021


Y a-t-il volte-face du gouvernement concernant les frais de rapatriement des Algériens décédés à l'étranger ? Décidément, le dossier hautement humanitaire des ressortissants qui rendent leur dernier souffle, dans un pays étranger, n'a pas encore connu une paisible conclusion. On croyait qu'au mois de juin dernier les choses étaient tirées au clair, et que la promesse du président de la République est devenue réalité avec la création d'un Fonds de solidarité pour les ressortissants algériens décédés à l'étranger, selon l'article 92 de la Loi de finances complémentaire (LFC) 2020, destiné à la prise en charge des frais de rapatriement des corps de ressortissants algériens décédés à l'étranger, mais il semble que des zones d'ombre persistent sur ce plan. C'est à travers la sortie du député représentant la Communauté établie à l'étranger, Samir Chaabna, qu'on apprend que nos ressortissants ont lancé un appel pour demander l'annulation de la condition de précarité pour pouvoir bénéficier de cette aide. Il faut rappeler que dès la publication de la LFC 2020, instituant l'ouverture, dans les écritures du Trésor public, d'un compte d'affectation spéciale n° 302-144, cette question concernant « qui ouvre droit au bénéfice de la prise en charge des frais de transport des dépouilles mortelles ? » était posée, et il a fallu faire suivre des explications à ce propos par les consulats. Apparemment, sans trop lever l'équivoque ou sans faire admettre à la Communauté algérienne établie à l'étranger cette conditionnalité de la situation précaire pour avoir accès à cette couverture par l'Etat des frais de rapatriement des dépouilles mortelles. Les consulats ont bien tenté, près de cinq mois après l'entrée en vigueur de la LFC 2020, d'informer les ressortissants algériens que la procédure de rapatriement des dépouilles mortelles n'est engagée qu' « en cas de décès d'un Algérien non assuré, et si sa famille justifie d'une situation de précarité », et que les Algériens qui ont souscrit à une « assurance obsèques » sont pris en charge par leur compagnie d'assurance, lorsqu'ils décèdent, mais on ne veut rien entendre. La vieille revendication revient au plan des préoccupations, sous une nouvelle forme qui ne veut aucune exclusion ou différenciation entre les morts, « à rapatrier aux frais de l'Etat qu'ils soient assurés ou non de leur vivant, et que leurs familles soient riches ou pauvres ». Est-ce raisonnable d'en aller à cette exigence ? Celui qui a les moyens pour rapatrier un proche décédé peut-il venir solliciter l'aide de l'Etat, au même titre que celui qui ne peut assurer la couverture des frais de transport de la dépouille mortelle ? Bien sûr, ce ne sont pas les familles aisées qui revendiquent la levée de cette condition de la précarité pour être éligible à la prise en charge des frais en question par l'Etat, mais bien ceux qui ouvrent droit à cette aide, eux-mêmes. Ces derniers font valoir le fait que la constitution d'un dossier prouvant la condition précaire de la famille du défunt prend un temps considérable et retarde en conséquence le rapatriement des corps et l'enterrement sur le sol algérien. L'Etat également lève les mains au ciel pour montrer l'obligation d'un recours à cette procédure. Car, par manque de bonne moralité ou d'esprit de bienfaisance, les Algériens formulent, presque tous, cette demande auprès des consulats. Apporter, donc, la preuve de la précarité de la famille du proche décédé à l'étranger est une question pratique indispensable, pour ne pas alourdir la charge sur le Fonds de solidarité. N'est-ce pas que la solidarité ne devrait aller qu'aux nécessiteux ?

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.