Possible jumelage des élections législatives avec les élections locales    Djerad prône une «réelle rupture»    Création d'une Fédération des énergies renouvelables et de la transition énergétique    La fonte en attendant les réformes    Le lion change de look    RC Relizane-USM Bel-Abbès à Chlef    Feu vert pour la venue d'Al-Hilal à Alger    Algérie-Zambie en amical au Maroc ?    «Des centaines de milliers de vaccins arriveront très prochainement»    Actuculte    En quête d'Alger(2)    L'ALPS poursuit ses attaques contre les forces d'occupation marocaine    Journée internationale des mathématiques : L'USTHB rend hommage au Pr Khelladi    Les promotions aux postes supérieurs tiennent en compte le principe d'égalité entre les enfants des différentes régions du pays    L'Allemagne reconnaît le droit du Sahara occidental à l'indépendance    Denis Lavagne. Entraîneur de la JS Kabylie : «Le plus dur reste à faire»    Ligue des champions d'Afrique (Groupe D) : Le Mouloudia dès aujourd'hui au Sénégal    Voici les pays qui mènent la course    Radiothérapie : de nouveaux centres prochainement à travers plusieurs wilayas    Air Algérie: suspension des vols charters entre Alger et l'aéroport chinois Chengdu    La Cour de justice européenne examine le recours du Front Polisario    Londres "suit de près" la situation au Sahara occidental    Madaure, cité savante, site ignoré    La révolte du désespoir    El-Bayadh: Des habitants d'El Bnoud vident leur sac    Ministère de l'Industrie pharmaceutique: Dernières retouches avant la fabrication du vaccin «Spoutnik V»    CR Belouizded: Les limites d'une conception figée    Indispensable neutralité    Vers l'organisation d'élections générales    Marche des étudiants à Alger    La brindille que tu méprises t'éborgnera    La défense réclame la présence des accusés    Relaxe pour le maire d'Afir    La Tunisie renforce ses moyens à la frontière algérienne    Les députés jusqu'au bout de leur... immunité    Protesta des fonctionnaires du secteur de la jeunesse    "L'Algérie n'enverra pas de soldats au Sahel"    175 personnes infectées et 4 décès en 24h    Le président sous les verrous    Un ancien chef de daïra en appelle à Tebboune    Le poulet coûtera désormais cher !    La 2A devient GIG-Algeria    Une Fédération pour les énergies renouvelables    10.000 logements à la clé    Tout est sous contrôle    Trois romans algériens sur la longlist    «J'ai commencé l'écriture à l'âge de 13 ans»    Vendue à plus de 8 millions d'euros    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Réalisés pour parer à l'informel: 21 marchés «parisiens» désertés depuis plusieurs années
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 19 - 01 - 2021


Plusieurs mesures ont été prises durant la dernière décennie, dans le cadre de la lutte contre le commerce informel et la régulation des marchandises. Des investissements ont été réalisés, comme les marchés parisiens censés recadrer le secteur. Ces mesures ont abouti dans leur majorité à un échec. Réalisés dans le but de donner un nouveau souffle pour la commercialisation des produits à large consommation et lutter contre l'informel, ces espaces n'ont pas connu l‘aboutissement espéré par les pouvoirs publics. A Oran, selon les statistiques communiquées par la direction du commerce, 21 marchés sont désertés. Les marchands refusent de regagner les locaux, fuyant les charges de location et d'entretien. Ce sont des sommes faramineuses qui ont été dépensées pour ces marchés couverts, désertés finalement par des commerçants qui ont préféré plutôt le commerce informel, devenu de plus en plus florissant. Le commerce informel, de toute nature, ne semble pas aller vers l'éradication que souhaitaient les pouvoirs publics dans leurs diverses actions pour endiguer le phénomène. Pour rappel, un grand plan d'organisation des marchés et de lutte contre l'informel est lancé depuis 2010... Dans ce cadre, la wilaya d'Oran a bénéficié de la réalisation d'une trentaine de marchés de proximité (marchés parisiens). Aussi, 25 anciens marchés ont été réhabilités. Parallèlement, les autorités publiques ont mis en place un ensemble de mesures et de dispositifs visant à inciter les opérateurs informels à s'insérer dans la sphère légale. L'aménagement et la réhabilitation des marchés couverts n'incitent pas les commerçants informels à se mettre en règle avec la loi. Ce qui est valable pour les fruits et légumes est aussi valable pour tous les autres secteurs d'activité où les commerçants informels mènent la vie dure aux opérateurs légitimes restants. Les différents services de lutte contre l'informel qui pullule auront beau multiplier les opérations de saisie, le marché noir demeure très profondément ancré dans nos mœurs et continuera de miner notre économie pendant de longues années encore.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.