Possible jumelage des élections législatives avec les élections locales    Djerad prône une «réelle rupture»    Création d'une Fédération des énergies renouvelables et de la transition énergétique    La fonte en attendant les réformes    Le lion change de look    RC Relizane-USM Bel-Abbès à Chlef    Feu vert pour la venue d'Al-Hilal à Alger    Algérie-Zambie en amical au Maroc ?    «Des centaines de milliers de vaccins arriveront très prochainement»    Actuculte    En quête d'Alger(2)    L'ALPS poursuit ses attaques contre les forces d'occupation marocaine    Journée internationale des mathématiques : L'USTHB rend hommage au Pr Khelladi    Les promotions aux postes supérieurs tiennent en compte le principe d'égalité entre les enfants des différentes régions du pays    L'Allemagne reconnaît le droit du Sahara occidental à l'indépendance    Denis Lavagne. Entraîneur de la JS Kabylie : «Le plus dur reste à faire»    Ligue des champions d'Afrique (Groupe D) : Le Mouloudia dès aujourd'hui au Sénégal    Voici les pays qui mènent la course    Radiothérapie : de nouveaux centres prochainement à travers plusieurs wilayas    Air Algérie: suspension des vols charters entre Alger et l'aéroport chinois Chengdu    La Cour de justice européenne examine le recours du Front Polisario    Londres "suit de près" la situation au Sahara occidental    Madaure, cité savante, site ignoré    La révolte du désespoir    El-Bayadh: Des habitants d'El Bnoud vident leur sac    Ministère de l'Industrie pharmaceutique: Dernières retouches avant la fabrication du vaccin «Spoutnik V»    CR Belouizded: Les limites d'une conception figée    Indispensable neutralité    Vers l'organisation d'élections générales    Marche des étudiants à Alger    La brindille que tu méprises t'éborgnera    La défense réclame la présence des accusés    Relaxe pour le maire d'Afir    La Tunisie renforce ses moyens à la frontière algérienne    Les députés jusqu'au bout de leur... immunité    Protesta des fonctionnaires du secteur de la jeunesse    "L'Algérie n'enverra pas de soldats au Sahel"    175 personnes infectées et 4 décès en 24h    Le président sous les verrous    Un ancien chef de daïra en appelle à Tebboune    Le poulet coûtera désormais cher !    La 2A devient GIG-Algeria    Une Fédération pour les énergies renouvelables    10.000 logements à la clé    Tout est sous contrôle    Trois romans algériens sur la longlist    «J'ai commencé l'écriture à l'âge de 13 ans»    Vendue à plus de 8 millions d'euros    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le consensus impossible?
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 26 - 01 - 2021


Quel consensus rencontre l'avant-projet de loi organique relative aux élections au sein de la classe politique ? Vraisemblablement, tout le monde trouve à redire sur un article ou un autre, mais les critiques sont focalisées sur quelques articles seulement, dont le nombre se compte sur le bout des doigts d'une seule main. Les concepteurs de cet avant-projet de loi électorale, ainsi que le gouvernement, y voient de toute évidence, toute une armure d'articles qui consacreront à l'avenir la transparence et la régularité des élections, prévoyant également des solutions efficaces pour l'éradication de la corruption qui collait à l'urne. En somme, cet avant-projet de loi présente tous les atouts à même d'instaurer « les institutions tant espérées par les Algériens depuis l'indépendance », comme le souligne le président de l'Autorité nationale indépendante des élections (ANIE), Mohamed Charfi. Que peut-on rêver de plus ? Quoi qu'on puisse dire, l'ANIE en soi est un acquis inestimable sur ce plan de l'organisation des élections où les voix des électeurs sont « halal », mais pour s'enfoncer dans le fond des articles de la nouvelle loi électorale en débat, le dernier mot devrait revenir aux partis politiques, aux représentants de la société civile, aux hommes politiques en général et à tout prétendant qui souhaiterait présenter sa candidature au choix des électeurs. Au-delà, donc, de la garantie d'aboutir à travers cet outil juridique, à des scrutins qui bannissent, à tout jamais, la fraude et la corruption, on se demanderait, d'une manière fondée et légitime, s'il n'y pas en amont des obstacles, sciemment mis en place ou croyant bien faire en les disposant dans le parcours, pour exclure des candidats potentiels aux élections locales ou législatives ? Les articles proposés par la mouture de cet avant-projet de loi électorale des « pour » et des « contre », où il est quasiment impossible de trouver un équilibre entre les uns et les autres tellement les intérêts et les ambitions sont aux antipodes de la raison politique qui les anime. Forcément, on ne peut satisfaire ceux qui demandent le maintien des quotas pour les femmes aux assemblées élues et ceux qui acquiescent à cet arrangement introduit par la nouvelle loi électorale. Idem pour la condition du score de 4%, réalisé lors des précédentes législatives, exigée aux partis pour participer aux prochains scrutins, alors qu'on ne sait vraiment pas qui a réalisé quoi, à l'ombre de votes truqués par le passé, ou encore cette condition relative au niveau d'études des futurs candidats aux élections, qui ressemble à l'organisation d'un concours et non d'un vote qui donne la parole ou le choix libre aux électeurs. D'ailleurs, cette condition aurait-elle besoin d'être, tout autant que le quota réservé aux jeunes de moins de 35 ans, quand l'élite qui a fui les sentiers, voire les bourbiers, de la politique, se réinstallera dans son rôle de guide du pays. Et cette condition de « bonne moralité» des candidats, qui pourrait s'en porter garant ? L'extrait du casier judicaire ne suffit-il pas ? Il ne faut rien laisser à l'interprétation des humeurs pour éviter le risque de créer de nouveaux parrains qui lavent plus blanc que la justice.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.