Election des rédacteurs de la nouvelle Constitution    Le pays affiche une croissance négative de 3% au premier Trimestre 2021 : La Tunisie au creux de la vague    Marché du livre : Des mesures d'encadrement présentées au gouvernement    Prix Ali-Maâchi du Président de la République : Appel à candidature    Evocation innovante de la mémoire meurtrie    Législatives: l'ANIE réitère son engagement d'accompagner les candidats    Le Conseil de sécurité se réunit après des destructions à Ghaza    Alger: 1047 affaires liées à la drogue élucidées durant le mois du Ramadhan    Manque d'assiettes foncières à Sidi Abdellah : De nouvelles dispositions prises    Restaurants fermés après l'Aïd : Service minimum pour la capitale    Le Conseil de la nation prend part à la session du printemps de l'Assemblée parlementaire de l'OTAN    Journées cinématographiques de Carthage: les candidatures ouvertes jusqu'au 15 août    Atlético : Suarez a une préférence pour son avenir    Apprenez pourquoi le sucre est mauvais pour notre corps    Nice - Atal : "Djamel (Belmadi) veut mon bien et j'ai confiance en lui"    Les enseignants agressés par la frustration de l'inaccessible    Football - Ligue 1: La bataille du podium lancée    Le sionisme : dernier foyer colonial purulent de l'impérialisme occidental    Praticiens spécialistes : Les assurances du ministre de la santé    Le casier 2 du centre d'enfouissement en feu depuis une semaine: La population des localités environnantes suffoque    Bilan des différents services des UMC du CHUO: Plus de 57.000 consultations et 10.303 hospitalisations au premier trimestre    L'extrémisme des états    Palestine occupée: Massacre à huis clos    116e marche du vendredi : Des dizaines d'arrestations dans plusieurs wilayas    Dréan: Déraillement d'un train de transport de minerai    Les (mauvaises) manières du «discours»    Nouvelle opération de déstockage    L'Anie sous haute surveillance    Le coup est jouable    Paris en eaux troubles pour Icardi    Agüero, ce sera après la finale de la C1    135 nouveaux cas et 6 décès en 24 heures    Le bouclier juridique    «L'Algérie a une chance d'engager le changement»    Les causes d'une déconfiture    L'ouverture des frontières au menu    20 millions aux préparatifs de la saison estivale    L'Algérie a-t-elle évité la 3e vague?    Réception de 3.400 doses    "La situation épidémiologique est maitrisée"    Nos villes devenues de nouveau,«fantômes»    Vers une seconde conférence internationale    Deux millions de Palestiniens affectés par les attaques    «Les prix baisseront au plus tard demain»    Pari réussi pour Belaribi    «Ecrire en langue Tamazight est un devoir»    Héliopolis de Djaffar Gacem en salles à partir du 20 mai    Boussad Boudiaf emporté par la Covid-19    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Administration interdépendante
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 18 - 02 - 2021

Il a été encore question au cours d'une rencontre organisée par le ministère de l'Intérieur de lutte contre la bureaucratie et l'impérative normalisation de l'administration. Il en sera toujours question tant que le sujet sera discuté en surface autour d'un café et de quelques croissants et sans appréhender les profondes genèses qui ont présidé à la naissance de la nation.
En tapotant sur des problèmes ardus, on oublie que l'Algérie est un pays renaissant ayant recouvré une fragile jeunesse après de nombreuses luttes de libération pour retrouver sa souveraineté. Son histoire est parsemée d'embûches et l'on omet avec persistance que le plus grand des combats est celui de donner un vrai sens à ce que l'on entend par indépendance. Pour comprendre les tares actuelles de l'administration algérienne, il est utile de réveiller les consciences pour se souvenir du tableau désertique qu'avaient laissé en la matière les colons français en 1962. La relève n'était pas aisée et la prise en charge de ce secteur névralgique, véritable poumon de l'activité du pays, s'était opérée avec une débrouillardise à vau-l'eau. L'humilité et la sagesse veut que l'on reconnaisse que la culture administrative n'était pas le premier atout d'une Algérie qui reprenait vie dans des conditions pénibles dans tous les domaines et en tous lieux. L'extrait de naissance n'était pas seulement ce bout de papier d'identification, mais il était question d'un difficile accouchement pour que le pays noue avec une large culture qui lui était nouvelle et à laquelle il n'était pas préparé.
L'administration, maillon fort d'une lourde reprise en main, n'était qu'un élément d'un ensemble d'importants repères nécessaires censés donner une solide carrure à la nation. C'est de l'interdépendance de toutes les structures et de toutes les activités nationales que l'administration tire et établit son profil. Si ce profil est aujourd'hui déformé, c'est que les différentes sèves qui lui donnent vie n'ont pas suivi. Il est à l'image du reste qui n'a pas cadré avec une institutionnalisation conforme aux attentes de la population.
Le reste, on le vit aujourd'hui, est dans la mêlée cafouilleuse du politique et du social où l'école et la formation ont un scabreux rôle qui n'accorde aucune droiture à l'administration.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.