Législatives: l'ANIE réitère son engagement d'accompagner les candidats    L'APLS mène de nouvelles attaques contre les forces d'occupation marocaines    Apprenez pourquoi le sucre est mauvais pour notre corps    Nice - Atal : "Djamel (Belmadi) veut mon bien et j'ai confiance en lui"    Les enseignants agressés par la frustration de l'inaccessible    Entre autres sujets abordés: Un Conseil des ministres consacré à l'ouverture des frontières    Le sionisme : dernier foyer colonial purulent de l'impérialisme occidental    L'extrémisme des états    Palestine occupée: Massacre à huis clos    116e marche du vendredi : Des dizaines d'arrestations dans plusieurs wilayas    Dréan: Déraillement d'un train de transport de minerai    Coupe de la CAF : CS Sfax - JSK, aujourd'hui à 17 h 00: Un premier obstacle à franchir    Football - Ligue 1: La bataille du podium lancée    Aïn El Turck: 2,5 milliards de centimes pour les préparatifs de la saison estivale    Ouverture des frontières : Le «oui, mais» du comité scientifique    Praticiens spécialistes : Les assurances du ministre de la santé    Les (mauvaises) manières du «discours»    «Les prix baisseront au plus tard demain»    Pari réussi pour Belaribi    «L'Algérie a une chance d'engager le changement»    Ils redoutent une «débâcle» électorale    Paris en eaux troubles pour Icardi    Agüero, ce sera après la finale de la C1    Ronaldo ne retournera pas au Sporting    135 nouveaux cas et 6 décès en 24 heures    Le bouclier juridique    L'Onilev déstocke de nouvelles quantités    Vers une seconde conférence internationale    Réception de 3.400 doses    L'Algérie a-t-elle évité la 3e vague?    Un jeune assassiné le jour de l'Aïd    9 personnes ont péri noyées    Deux millions de Palestiniens affectés par les attaques    «Ecrire en langue Tamazight est un devoir»    Des mesures d'encadrement présentées au gouvernement    Covid-19 : L'ouverture des frontières à partir du mois de juin    L'avocat américain Jared Genser se joint à l'équipe de défense de la militante sahraouie Soltana Khaya    La ville assiégée par la police    Commerce: respect total du dispositif de permanence au 2ème jour de l'Aïd El Fitr    Washington s'oppose à une réunion du Conseil de sécurité et ses résolutions    Un bond de 58,83% durant le 1er trimestre    Retour sur les principaux changements    Charfi réfute toute «nature politique»    Héliopolis de Djaffar Gacem en salles à partir du 20 mai    ANSS : La nécessité de sauvegarder le patrimoine de la Casbah    Célébration de la journée de la mémoire : Un programme commun pour toutes les universités d'Oran    Oran : La fête de l'Aïd retrouve des couleurs    Boussad Boudiaf emporté par la Covid-19    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





ABOUTISSEMENT ET STRATEGIE
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 23 - 02 - 2021

En prenant connaissance de la liste du dernier gouvernement, ceux qui s'attendaient à un grand chamboulement devront prendre leur mal en patience, car le chambardement attendu n'a pas eu lieu. Le Premier ministre que l'on disait partant garde son poste et la structure gouvernementale n'a connu qu'un léger lifting imparablement perçu comme une retouche plutôt qu'un large remaniement.
Il ne pouvait en être autrement à quelques mois des élections législatives censées préfigurer la venue d'une assise institutionnelle d'où sera puisée une équipe ministérielle telle que prévue par la récente Constitution. Le chef de l'Etat ne pouvait désavouer sa démarche et se mettre en porte-à-faux contre ses engagements en nommant des personnalités qui inscriraient leurs missions dans la pérennité, car il demeure entendu que des responsables gouvernementaux, aujourd'hui en poste, il ne leur est exigé qu'une bonne application dans la gestion des affaires courantes et de parer au plus urgent. La pénibilité de la tâche n'est pas commode pour affronter une demande sociale démesurée dans une phase multiforme de crises, à la limite du supportable.
Les ministres remerciés, dimanche, pensaient peut-être à tort qu'un long temps leur avait été imparti et qu'il leur offrait une relative aisance pour assumer leurs responsabilités. Pour l'opposition et une partie de l'opinion publique, cette thèse ne tient pas la route et ne serait qu'une couche de vernis politique pour tempérer la mauvaise humeur de la rue, à la veille de l'anniversaire du Hirak.
Mais au demeurant, l'essentiel n'est ni dans les constats réduits ni dans l'étalage de précoces aprioris quand différents volcans dans un demi-sommeil menacent en permanence de lâcher leurs laves fatidiques. S'il est heureux, il est dans l'aboutissement futur de la stratégie présidentielle pour relever le pays et lui offrir une place dans le concert des nations. Résoudre l'ampleur du problème n'est certainement pas du seul ressort de quelques hommes quelles que soient leurs statures et leurs compétences. De même qu'il est évident qu'à trop se focaliser sur les profils sans une réactualisation positive et à bon escient de tout un peuple serait puéril.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.