Le processus de paix au Sahara occidental n'a pas atteint ses objectifs à cause des alliés du Maroc    Covid-19 : aménagement de l'horaire de confinement partiel à domicile dans 9 wilayas    "La majorité" des contrôleurs de commerce sont sur le terrain en dépit de la grève    Législatives du 12 juin : Les délais pour le dépôt des dossiers de candidatures prorogés    Décès de la militante Annie Steiner : Zitouni présente ses condoléances à sa famille    Coronavirus: 189 nouveaux cas, 135 guérisons et 9 décès    Tribunal Sidi M'hamed: Saïd Djabelkhir condamné à 3 ans de prison ferme pour offense à l'Islam    Le fils d'Idriss Déby intronisé président de la République    Que faire pour réguler le marché ?    La Super Ligue se déballonne, le foot européen doit recoller les morceaux    Le CRB enfonce le CABBA    La JSK y est presque, l'ESS rate le coche    Reprise à la hausse des activités du commerce extérieur    «Contrainte majeure» pour certains, «normale» pour d'autres    «10 000 patients sont en attente d'une greffe»    Tajine de kefta aux œufs    Ligue arabe, ONU, UE et UA réclament «un retrait immédiat» des troupes étrangères    La première édition du 2 au 5 juillet 2021 aux Ouacifs    Actuculte    ARAMA DE RETOUR, NEGHIZ CONTACTE    Création d'une société ENR mixte Sonatrach/Sonelgaz : Que deviendra le programme solaire des 1000 mégawatts ?    Lancement d'une étude macroéconomique    La Banque mondiale table sur un baril à 56 dollars en 2021    Grandiose marche nocturne à Akbou    Incendie au marché de gros des fruits et légumes    Cote d'alerte    Le lanceur d'alerte Noureddine Tounsi restera en prison    FAF : Zetchi passe la main à Amara    RC Kouba : Six mois de suspension pour Ghalem    7070 météorites algériennes filent illégalement à l'étranger    "Nous devons entretenir notre mémoire"    Ecoles primaires: Les appels au débrayage se multiplient    Des Algériens parmi eux: 18.000 enfants migrants non accompagnés disparus en Europe    Amnesty International: «Une nette baisse des condamnations à mort en Algérie»    Un fonds de 7,55 millions d'euros pour les migrants    768 Logements sociaux électrifiés    Des milliers de travailleurs investissent la rue    La nécessaire coordination    Le challenge de deux présidents    15 quintaux de kif marocain saisis    «Possibilité non négligeable» d'une victoire de l'extrême droite    Brèves    La sanglante guerre d'usure des Houthis    L'Algérie ne tombera pas    Les islamistes rêvent de victoire    L'art comme oeuvre marchande    Promouvoir la diversité linguistique amazighe    «Les centres d'archives sont une vitrine»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Un gâchis irrécupérable ?
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 27 - 02 - 2021


L'implication des associations dans la restauration du vieux patrimoine bâti serait-elle une action salvatrice pour sauver des sites historiques qui tombent en ruine malgré les tentatives initiées par les pouvoirs publics ? La problématique de sauvegarde du patrimoine bâti, qui a été abordée dans son volet technique, laissant de côté son aspect artistique et sa notion sociale, à travers l'engagement d'opérations de restauration de façades architecturales, a été un échec lamentable, preuve en est ces «anciennes villes», dont les bâtisses ne s'arrêtent plus de s'écrouler les unes après les autres. On reconnaît implicitement aujourd'hui que la situation de la Casbah, à Alger, s'est aggravée et compliquée davantage après le lancement des opérations de réaménagement en 1985 et le début des opérations de maintien non étudiées, voire non conformes aux normes par les entreprises d'entrepreneuriat. Cela a conduit à la démolition des quartiers et de lots en entier au niveau de la Casbah, devenus des espaces vides toujours pas aménagés malgré leur valeur historique. Le même massacre est vécu ailleurs, pratiquement dans toutes les villes qui possèdent un patrimoine séculaire, à cause de ces entreprises qui ont pu arracher des marchés importants sans faire valoir aucune expérience dans le domaine de la protection et la conservation du patrimoine bâti. Un immense gâchis, souvent irrécupérable. Mais on peut toujours sauver des sites qui résistent encore à l'usure du temps. C'est dans ce cadre que l'implication des associations s'avère primordiale. Car, les associations en activité dans ce créneau regroupent généralement des connaisseurs de l'histoire de ces anciens sites et peuvent de ce fait constituer de véritables partenaires des pouvoirs publics. Encore faut-il qu'elles soient sérieusement écoutées et suivies dans leur proposition. Comment parvenir à cet état de partenariat entre les associations et l'Etat dans ce domaine de la sauvegarde du patrimoine bâti ? Certes, la loi renforce le rôle des associations dans tous les domaines, mais n'est-il pas indispensable de créer un nouvel environnement législatif pour une meilleure maîtrise de la gestion de ce dossier ? Car, parler de l'implication des associations dans les opérations de restauration du patrimoine bâti sans aller au fond des choses, en les laissant subir les humeurs des responsables en place, c'est comme prêcher dans un désert. D'autres pays, qui ont instauré un partenariat avec des associations impliquées dans la sauvegarde du patrimoine bâti et monuments n'ont pas hésité à joindre les mots aux actions, en leur apportant un soutien financier selon un cahier des charges lié aux efforts déployés dans ce cadre, et signant avec elles des conventions relatives à des projets conformes à l'intérêt général dans ces contenances historique, culturel et touristique. L'implication des associations dans cette œuvre de restauration du patrimoine bâti, revendiquée par les concernés, est impérative. Reste seulement aux pouvoirs publics de codifier cette implication par des textes réglementaires adéquats qui puissent garantir le résultat.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.