Le processus de paix au Sahara occidental n'a pas atteint ses objectifs à cause des alliés du Maroc    Covid-19 : aménagement de l'horaire de confinement partiel à domicile dans 9 wilayas    "La majorité" des contrôleurs de commerce sont sur le terrain en dépit de la grève    Législatives du 12 juin : Les délais pour le dépôt des dossiers de candidatures prorogés    Décès de la militante Annie Steiner : Zitouni présente ses condoléances à sa famille    Coronavirus: 189 nouveaux cas, 135 guérisons et 9 décès    Tribunal Sidi M'hamed: Saïd Djabelkhir condamné à 3 ans de prison ferme pour offense à l'Islam    Le fils d'Idriss Déby intronisé président de la République    Que faire pour réguler le marché ?    La Super Ligue se déballonne, le foot européen doit recoller les morceaux    Le CRB enfonce le CABBA    La JSK y est presque, l'ESS rate le coche    Reprise à la hausse des activités du commerce extérieur    «Contrainte majeure» pour certains, «normale» pour d'autres    «10 000 patients sont en attente d'une greffe»    Tajine de kefta aux œufs    Ligue arabe, ONU, UE et UA réclament «un retrait immédiat» des troupes étrangères    La première édition du 2 au 5 juillet 2021 aux Ouacifs    Actuculte    ARAMA DE RETOUR, NEGHIZ CONTACTE    Création d'une société ENR mixte Sonatrach/Sonelgaz : Que deviendra le programme solaire des 1000 mégawatts ?    Lancement d'une étude macroéconomique    La Banque mondiale table sur un baril à 56 dollars en 2021    Grandiose marche nocturne à Akbou    Incendie au marché de gros des fruits et légumes    Cote d'alerte    Le lanceur d'alerte Noureddine Tounsi restera en prison    FAF : Zetchi passe la main à Amara    RC Kouba : Six mois de suspension pour Ghalem    7070 météorites algériennes filent illégalement à l'étranger    "Nous devons entretenir notre mémoire"    Ecoles primaires: Les appels au débrayage se multiplient    Des Algériens parmi eux: 18.000 enfants migrants non accompagnés disparus en Europe    Amnesty International: «Une nette baisse des condamnations à mort en Algérie»    Un fonds de 7,55 millions d'euros pour les migrants    768 Logements sociaux électrifiés    Des milliers de travailleurs investissent la rue    La nécessaire coordination    Le challenge de deux présidents    15 quintaux de kif marocain saisis    «Possibilité non négligeable» d'une victoire de l'extrême droite    Brèves    La sanglante guerre d'usure des Houthis    L'Algérie ne tombera pas    Les islamistes rêvent de victoire    L'art comme oeuvre marchande    Promouvoir la diversité linguistique amazighe    «Les centres d'archives sont une vitrine»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Accès via l'autoroute Est-Ouest: Le pôle urbain de Tlélat pris en otage par le gel du projet
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 28 - 02 - 2021

En expansion effrénée, le pôle urbain d'Oued Tlélat attend toujours son propre accès, qu'on ne voit pas encore venir. Au gabarit d'une ville nouvelle à la densité de population assez élevée puisque son architecture est totalement en vertical, avec plus de 17.000 unités LPL, ce pôle est mal desservi.
Pour s'y rendre, il n'y a qu'un seul chemin, celui desservant l'ancienne ville d'Oued Tlélat sur laquelle il est venu se greffer bon gré mal gré en guise de réceptacle pour les vagues successives de relogements en provenance d'Oran-ville et ses alentours. Un passage obligé qui asphyxie déjà le chef-lieu et rend la vie encore plus difficile pour les milliers d'habitants éparpillés dans les nouvelles cités. Quand ces derniers rentrent chez eux en fin de journée, ils ne sont pas au bout de leur peine une fois l'accablant chemin RN4 entre Oran et Oued Tlélat parcouru, avec en plus un régime de circulation au compte-gouttes à hauteur de l'échangeur du marché de gros d'El-Kerma. Loin de là, une autre séquence du calvaire commence quelques centaines de mètres après l'entrée en ville de Tlélat via la bretelle sur la RN4. Car tout le monde est obligé de passer par là, alors qu'il n'est en fait pas possible, pour des contraintes intra-muros évidentes, d'opérer une quelconque réadaptation de cet ancien itinéraire routier à double sens. La seule solution au problème, c'est le projet d'accès au nouveau pôle à partir de l'autoroute Est-Ouest. Une nécessité vitale désormais.
L'ETUDE FICELEE DEPUIS 5 ANS
L'étude portant sur la conception de plusieurs variantes relatives à cet accès a été pourtant confectionnée depuis plus de cinq ans, fin 2016 précisément. Recommandée par le ministre des Travaux publics de l'époque lors de sa visite de travail et d'inspection à la wilaya d'Oran, l'étude a mis en place plusieurs possibilités de passage via l'autoroute Est-Ouest pour rallier directement le nouveau centre urbain d'Oued Tlélat, dont le programme -partiellement réalisé- de 17.000 logements LPL constitue le noyau. Au terme d'une présentation sur les lieux, le premier responsable du secteur avait donné son accord de principe pour le projet suggéré par les autorités locales, portant sur la réalisation d'une bretelle d'accès au nouveau pôle d'Oued Tlélat, non sans assortir cet avis favorable de l'exigence de conception d'autres versions que celle proposée par la DTP, afin d'en choisir la plus fiable en termes de pertinence et de coût.
Il faut dire que l'opération suggérée par les pouvoirs publics locaux, consistant en la mise en place d'une voie d'accès via un échangeur au nouveau centre urbain d'Oued Tlélat, pour un coût estimatif de 600 millions de DA, au-delà de sa pertinence - voire même son urgente nécessité - techniquement parlant, a eu l'aval du ministère, et ce dans un contexte de constat satisfaisant fait par lui-même de la situation générale du secteur local, notamment en ce qui concerne le volet infrastructures routières. Il n'en fallait pas plus pour obtenir le feu vert du premier responsable du secteur, un acquis -en attendant bien sûr l'aboutissement de la procédure et l'inscription du marché- d'autant précieux qu'il intervient dans une conjoncture de forte rationalisation budgétaire et de priorisation rigoureuse pour les investissements publics, tous secteurs productifs ou non productifs confondus. Techniquement, il s'agit selon les explications fournies par la DTP d'une bretelle qui aura à desservir le centre urbain de 17.000 logements d'Oued Tlélat à partir du tronçon Oran de l'autoroute Est-Ouest, et ce dans les deux sens de circulation.
L'opération suggère la réalisation d'un échangeur, passage supérieur, comprenant la réhabilitation d'une piste agricole, sur un linéaire total de 2,5 km, par le dédoublement et la modernisation de cet itinéraire, situé à 750 m à l'est du tracé de la variante, pour qu'il soit ainsi en adéquation par rapport au flux prévisionnel. Bien entendu, comme il s'agit d'une connexion avec l'autoroute Est-Ouest, et par conséquent une démarche soumise à l'autorisation de l'Algérienne des autoroutes (ADA), la DTP devra à cet effet œuvrer en étroite coordination avec cet organisme.
TOUTE UNE NOUVELLE VILLE PRESQUE ENCLAVEE
La jonction projetée permettra également de désenclaver cette nouvelle zone urbaine et tout le périmètre adjacent, sachant que dans l'empressement d'implanter plusieurs centaines, voire milliers de logements pour répondre à la pression du programme de résorption de l'habitat précaire et du vieux bâti à Oran ville notamment, on ne pouvait se permettre d'attendre jusqu'à l'arrivée de cette route et régler au préalable le problème d'accessibilité pour s'occuper ensuite de la réalisation des logements. Raison pour laquelle le centre urbain des 17.000 logements, malgré sa consistance, n'est pas relié à ce jour au réseau autoroutier et n'est accessible qu'au détour d'une longue boucle, donnant lieu à une congestion de la circulation des plus désagréables et incommodantes.
Seul le chef-lieu de la commune d'Oued Tlélat, l'ancienne ville autrement dit, est branché avec l'autoroute Est-Ouest sachant, pour rappel, que c'était le même groupe chinois CITIC-CRCC qui a réalisé la partie ouest de l'autoroute Est-Ouest (dont le tronçon Oran sur 20 km) qui avait réalisé quelques années auparavant, en 2007 précisément, la bretelle (ou l'évitement) d'Oued Tlélat, sur 27 kilomètres, débouchant sur Zahana (wilaya de Mascara), voie d'évitement qui traverse les RN4, RN13, CW18 et CW 35, décongestionnant la circulation dans ce périmètre inscrit alors « point noir».
C'est d'ailleurs sur la base de cette réalisation que viendra, quelques années après, se greffer l'autoroute Est-Ouest, dont 927 kilomètres seront concrétisés par ce même groupement chinois, tandis que les 289 autres kilomètres (à l'Est) seront confiée au consortium japonais COJAAL.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.