Yaoum El Ilm: Message du Président de la République    Algérie Poste : La direction menace les grévistes de licenciement    Algérie Poste appelle les travailleurs grévistes à « rejoindre immédiatement » leurs postes    Coronavirus: 167 nouveaux cas, 119 guérisons et 3 décès    Covid-19: la pandémie a fait 2.974.651 morts dans le monde    Le NMLWS condamne la décision de l'ouverture d'un bureau de LREM à Dakhla occupée    FAF : le candidat unique, Charaf-Eddine Amara, fixe ses priorités    Noureddine Tounsi risque un an de prison ferme    Crise du lait en sachet, les rationnements ne suffisent plus    "la réforme de la Sécurité sociale est plus que délicate"    L'AIE relève ses prévisions de la demande    «La croissance économique n'atteindra pas les 4,5% prévus»    Le procès de six hirakistes reporté au 19 mai    Le Kenya désavoue l'ambassadeur marocain à Nairobi    Le RAJ appelle à une conférence nationale    Amandine mon amour    Sommet à Sétif, virée à l'Est pour le CRB et le MCA    CA Bordj Bou Arréridj-MC Oran pour commencer    Flick va-t-il claquer la porte ?    Participation du Conseil de la nation à la réunion du Comité sur les questions relatives au Moyen-Orient de l'UIP    Tension persistante dans l'éducation    Six éléments de soutien aux groupes terroristes arrêtés    Près de 28 000 familles nécessiteuses recensées    Saisie de 155 kg de viande de volaille impropre à la consommation    Imposant dispositif sécuritaire durant ce mois de Ramadhan    Ces partis à candidats «extra-muros»    Ahmed Rachedi nommé conseiller chargé de la culture et de l'audiovisuel    Cérémonie des Oscars : des stars en chair et en os, pas sur Zoom    Dans les coulisses de la saison 2 du phénomène "Timoucha"    L'Algérie condamne l'assassinat de Sidi Brahim Ould Sidati    Des experts de l'ONU appellent à arrêter la colonisation et protéger le peuple palestinien    Boumerdès : Engouement au marché du Ramadhan    Bouira: Un piéton fauché par un camion    Faut-il recréer le monde sans nous ?    Est-ce une nouvelle crise ?    Des partis à la recherche de candidats    Nomination des chefs de sûreté    Les premiers signaux d'un emballement social    Les suggestions des opérateurs    Washington prépare à l'Otan le retrait concerté d'Afghanistan    Pochettino fair-play avec le Bayern    Une offre sur la table pour Agüero    Pérez ne lâchera pas Hazard    Au Sahel, «il n'y a aucune solution sans Barkhane»    Al Menfi ferait «tous les efforts possibles» pour le départ des forces étrangères    La leçon d'une vie    «L'Etat n'abandonnera jamais le cinéma»    Lancement de la plateforme numérique «lawhati.dz»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'ancien ministre des Finances, Benkhalfa: La récupération du foncier industriel, une «décision judicieuse»
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 02 - 03 - 2021

  L'ordre a été donné, dimanche en Conseil des ministres, par le Président de la République, Abdelmadjid Tebboune, pour la récupération de toutes les assiettes de foncier industriel attribuées mais non exploitées à ce jour.
Intervenant hier sur les ondes de la Radio nationale, l'ancien ministre des Fiances et envoyé spécial de l'Union africaine (UA), Abderrahmane Benkhalfa, a estimé que cette décision du chef de l'Etat «jetait les bases du nouveau plan de relance économique, au même titre que la création d'un outil de contrôle de la mise en œuvre des décisions du gouvernement ». Estimant que le développement du secteur du tourisme et de l'industrie pharmaceutique étaient « deux autres axes principaux du plan de relance économique », l'ancien ministre des Finances a expliqué que la création d'un outil de contrôle de la mise en œuvre des décisions du gouvernement répond aux préoccupations des citoyens, soulignant que cet outil « n'était pas un mécanisme parallèle au travail du gouvernement, mais bien un moyen pour contrôler et assurer un suivi du travail du staff gouvernemental et assurer une complémentarité avec l'exécutif pour évaluer les réalisations sur le terrain ». Abderrahmane Benkhalfa a également estimé que les collectivités locales, avec la commune comme axe central, «ont un rôle clé à jouer dans le cadre du plan de relance économique, dont il est attendu qu'il donne un nouveau souffle à cette cellule de base de l'Etat qu'est la commune ». « L'administration locale doit se débarrasser de tout ce qui a un caractère marchand, comme le foncier, les crédits ou les aides de l'Etat », a-t-il plaidé, ajoutant que le temps est venu d'accorder « une importance accrue à tout ce qui a un caractère économique proprement dit pour sortir du cercle de la culture du soutien tous azimuts à la charge de l'Etat ». « L'heure a sonné d'ouvrir la voie large à la loi de l'offre et de la demande », a encore plaidé l'invité de la Radio, précisant que « l'implication effective des différents acteurs du marché, qu'ils soient chefs d'entreprises ou des investisseurs, étaient à même de donner une valeur ajoutée aux réformes économiques en cours ». L'ancien ministre des Finances n'a pas manqué, par ailleurs, d'insister sur la « nécessité de fixer des règles claires en matière d'investissement de concert avec tous les opérateurs concernés afin de donner plus de crédibilité à l'action de l'Etat ». « Les grandes priorités auxquelles le gouvernement doit s'atteler sont celles de l'industrie de transformation et de montage, des segments à même de créer des emplois durables, mais, aussi, une réorganisation des règles de fonctionnement du marché, y compris le marché parallèle, tout en révisant la politique de soutien des prix pour ouvrir la voie à une véritable relance de la machine économique », a-t-il conclu.
Pour rappel, lors du Conseil des ministres de dimanche, le Président Tebboune a ordonné «l'assainissement des accumulations négatives caractérisant, par le passé, la politique du ministère de l'Industrie, en adéquation avec les textes juridiques et la nouvelle orientation de la politique industrielle ». Dans le cadre de ses orientations relatives à la promotion de l'investissement et à la régulation du foncier industriel, le Président de la République a en outre ordonné le placement des zones d'activités sous la tutelle et à disposition des présidents des Assemblées populaires communales (APC) pour définir les besoins de chaque région en termes d'activités et l'ouverture de la voie devant les start-up.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.