Le processus de paix au Sahara occidental n'a pas atteint ses objectifs à cause des alliés du Maroc    Covid-19 : aménagement de l'horaire de confinement partiel à domicile dans 9 wilayas    "La majorité" des contrôleurs de commerce sont sur le terrain en dépit de la grève    Législatives du 12 juin : Les délais pour le dépôt des dossiers de candidatures prorogés    Décès de la militante Annie Steiner : Zitouni présente ses condoléances à sa famille    Coronavirus: 189 nouveaux cas, 135 guérisons et 9 décès    Tribunal Sidi M'hamed: Saïd Djabelkhir condamné à 3 ans de prison ferme pour offense à l'Islam    Le fils d'Idriss Déby intronisé président de la République    Que faire pour réguler le marché ?    La Super Ligue se déballonne, le foot européen doit recoller les morceaux    Le CRB enfonce le CABBA    La JSK y est presque, l'ESS rate le coche    Reprise à la hausse des activités du commerce extérieur    «Contrainte majeure» pour certains, «normale» pour d'autres    «10 000 patients sont en attente d'une greffe»    Tajine de kefta aux œufs    Ligue arabe, ONU, UE et UA réclament «un retrait immédiat» des troupes étrangères    La première édition du 2 au 5 juillet 2021 aux Ouacifs    Actuculte    ARAMA DE RETOUR, NEGHIZ CONTACTE    Création d'une société ENR mixte Sonatrach/Sonelgaz : Que deviendra le programme solaire des 1000 mégawatts ?    Lancement d'une étude macroéconomique    La Banque mondiale table sur un baril à 56 dollars en 2021    Grandiose marche nocturne à Akbou    Incendie au marché de gros des fruits et légumes    Cote d'alerte    Le lanceur d'alerte Noureddine Tounsi restera en prison    FAF : Zetchi passe la main à Amara    RC Kouba : Six mois de suspension pour Ghalem    7070 météorites algériennes filent illégalement à l'étranger    "Nous devons entretenir notre mémoire"    Ecoles primaires: Les appels au débrayage se multiplient    Des Algériens parmi eux: 18.000 enfants migrants non accompagnés disparus en Europe    Amnesty International: «Une nette baisse des condamnations à mort en Algérie»    Un fonds de 7,55 millions d'euros pour les migrants    768 Logements sociaux électrifiés    Des milliers de travailleurs investissent la rue    La nécessaire coordination    Le challenge de deux présidents    15 quintaux de kif marocain saisis    «Possibilité non négligeable» d'une victoire de l'extrême droite    Brèves    La sanglante guerre d'usure des Houthis    L'Algérie ne tombera pas    Les islamistes rêvent de victoire    L'art comme oeuvre marchande    Promouvoir la diversité linguistique amazighe    «Les centres d'archives sont une vitrine»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





El quinqui de ma grand-mère et l'antonomase
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 04 - 03 - 2021

Répondant à un post sur un réseau social publiant une photo de la place de la mairie de Saïda, illuminée de mille feux, j'avais réagi en disant : «Le quinqui de ma grand-mère n'est plus». Et c'est comme cela que ce mot de notre prime enfance m'est revenu à l'esprit. Il y en avait un, superbe, un «quinqui», chez ma grand-mère originaire de Saïda.
Et lorsque j'ai été rechercher son origine, un réflexe de prof, je suis tombé sur notre fameux mot antonomase. Je ne le connaissais pas, on s'instruit jusqu'à la tombe. On me précise que c'est une figure de style attribuant à un objet le nom d'une personne.
Invention d'Antoine Quinquet, pharmacien à Paris au XVIIIe siècle. C'est d'ailleurs assez conforme à ce siècle des «Lumières».
Le fameux «quinqui», prononcé avec l'accent de nos anciens, a illuminé notre petite enfance et, comme la madeleine de Proust, nous en avons encore à l'oreille le doux bruit, dans les narines, l'odeur pénétrante du pétrole, et dans les yeux, la mémoire de la petite flamme à la lumière timide et vacillante. Le souvenir de nos grands-mères, c'est la bibliothèque de la sémantique d'antan. Et gare à celui qui brisait le couvercle en verre, la flamme du quinqui se transformait immédiatement en promesse de retrouver celle de l'enfer promis par une violente engueulade de la grand-mère. Ce quinqui, il faut le reconnaître, a été connu par ma génération sans toutefois en être un concurrent quotidien à la lumière électrique qui était, en dehors de certains lieux, un progrès assez généralisé. Ils sont nombreux, ces intellectuels algériens de la génération précédente à la mienne, qui avaient à lire et écrire devant le quinqui, avec une lumière qui ferait bondir n'importe quel ophtalmologiste de nos jours. Ils avaient prouvé que la première des lumières était celle de la volonté acharnée de s'instruire. Le quinqui leur avait donné de l'aide et du courage avec ce qu'il pouvait faire. Et il en a fait beaucoup plus que toutes les écoles d'aujourd'hui qui sont en panne de cette fantastique lumière feutrée du quinqui de ma grand-mère.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.