Yaoum El Ilm: Message du Président de la République    Algérie Poste : La direction menace les grévistes de licenciement    Algérie Poste appelle les travailleurs grévistes à « rejoindre immédiatement » leurs postes    Coronavirus: 167 nouveaux cas, 119 guérisons et 3 décès    Covid-19: la pandémie a fait 2.974.651 morts dans le monde    Le NMLWS condamne la décision de l'ouverture d'un bureau de LREM à Dakhla occupée    FAF : le candidat unique, Charaf-Eddine Amara, fixe ses priorités    Noureddine Tounsi risque un an de prison ferme    Crise du lait en sachet, les rationnements ne suffisent plus    "la réforme de la Sécurité sociale est plus que délicate"    L'AIE relève ses prévisions de la demande    «La croissance économique n'atteindra pas les 4,5% prévus»    Le procès de six hirakistes reporté au 19 mai    Le Kenya désavoue l'ambassadeur marocain à Nairobi    Le RAJ appelle à une conférence nationale    Amandine mon amour    Sommet à Sétif, virée à l'Est pour le CRB et le MCA    CA Bordj Bou Arréridj-MC Oran pour commencer    Flick va-t-il claquer la porte ?    Participation du Conseil de la nation à la réunion du Comité sur les questions relatives au Moyen-Orient de l'UIP    Tension persistante dans l'éducation    Six éléments de soutien aux groupes terroristes arrêtés    Près de 28 000 familles nécessiteuses recensées    Saisie de 155 kg de viande de volaille impropre à la consommation    Imposant dispositif sécuritaire durant ce mois de Ramadhan    Ces partis à candidats «extra-muros»    Ahmed Rachedi nommé conseiller chargé de la culture et de l'audiovisuel    Cérémonie des Oscars : des stars en chair et en os, pas sur Zoom    Dans les coulisses de la saison 2 du phénomène "Timoucha"    L'Algérie condamne l'assassinat de Sidi Brahim Ould Sidati    Des experts de l'ONU appellent à arrêter la colonisation et protéger le peuple palestinien    Boumerdès : Engouement au marché du Ramadhan    Bouira: Un piéton fauché par un camion    Faut-il recréer le monde sans nous ?    Est-ce une nouvelle crise ?    Des partis à la recherche de candidats    Nomination des chefs de sûreté    Les premiers signaux d'un emballement social    Les suggestions des opérateurs    Washington prépare à l'Otan le retrait concerté d'Afghanistan    Pochettino fair-play avec le Bayern    Une offre sur la table pour Agüero    Pérez ne lâchera pas Hazard    Au Sahel, «il n'y a aucune solution sans Barkhane»    Al Menfi ferait «tous les efforts possibles» pour le départ des forces étrangères    La leçon d'une vie    «L'Etat n'abandonnera jamais le cinéma»    Lancement de la plateforme numérique «lawhati.dz»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Comment vaincre l'échec ?
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 08 - 03 - 2021

De la rénovation en cours de l'édifice politique et institutionnel, l'une des grandes locomotives de ce vaste chantier attend de démarrer. Il s'agit de l'université, depuis presque toujours, tenue à l'écart de la laborieuse œuvre de développement du pays. Parce que du développement de la faculté dépend la faculté de développer le pays, l'université, en tant que premier moteur de l'économie de la connaissance et de l'intelligence tout court, reste toujours une fabrique de diplômes sans réel impact ni retour d'écoute sur la vie de l'ensemble de la société d'une manière générale.
A une formation médiocre au phénomène inquiétant du plagiat, de quelle chance dispose le pays de s'arrimer au train du développement face à un système d'enseignement et de formation supérieurs plus que défaillant. Outre la faiblesse de l'encadrement et la négligence des ressources humaines, l'université algérienne pâtit d'un mode de gestion éculé. Un diagnostic exhaustif du mal profond dont souffre l'université n'a jamais été effectué, avec le sérieux requis. Classée en bas du classement mondial, l'université algérienne est également victime des réformes bâclées, menées sous les différents gouvernements qui se sont succédé.
Comme la gratuité des soins, l'université est également victime de la mauvaise application de la réforme de 1971, garantissant l'accès à l'enseignement supérieur à tous les Algériens, et « offrant » sur un plateau, un établissement d'enseignement supérieur à chaque wali, comme un « souk el fellah », d'où le nombre inversement proportionnel à une production réelle de matière grise. Plus de 200.000 diplômés arrivent chaque année sur le marché de l'emploi, pour venir allonger les longues listes des chômeurs « permanents ». Des amphithéâtres surchargés et un enseignement loin de ce qui se fait à l'international, font de l'université algérienne une structure gérée au même titre qu'une administration quelconque, avec des statistiques qui ne veulent rien dire et un nombre pléthorique d'étudiants, comparé au retour d'investissement qui est presque nul.
La promiscuité dans les cités universitaires où il ne fait bon de vivre, la valse des responsables à la tête de l'Office national des œuvres universitaires, l'insignifiance de la bourse versée aux étudiants, finissent par faire de l'université algérienne une usine qui continue à produire de l'échec, peut-être parce que l'homme politique, plus que tous les autres, est en faillite déclarée depuis bien longtemps déjà.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.