Des dizaines de personnes en garde à vue dans plusieurs wilayas    Nouvelle opération de déstockage    Eternels atermoiements    "NOUS SOMMES DANS UNE SITUATION DE SECHERESSE ALARMANTE"    COMMEMORATION DE LA "NAKBA" SOUS LES BOMBES    Election des rédacteurs de la nouvelle Constitution    Le pays affiche une croissance négative de 3% au premier Trimestre 2021 : La Tunisie au creux de la vague    Le MCA jouera sa saison à Casablanca    USMA-JSS, le choc    6 décès et 135 nouveaux cas    Un mort et 37 blessés à Béjaïa    Les syndicats menacent de boycotter l'entrevue    Une vie dédiée à la poésie, la radio... et la politique    "L'ISLAM DES LUMIÈRES" OU LA PRIMAUTE DE L'ESPRIT CRITIQUE    Marché du livre : Des mesures d'encadrement présentées au gouvernement    Prix Ali-Maâchi du Président de la République : Appel à candidature    Evocation innovante de la mémoire meurtrie    Le Conseil de la nation prend part à la session du printemps de l'Assemblée parlementaire de l'OTAN    Restaurants fermés après l'Aïd : Service minimum pour la capitale    Législatives: l'ANIE réitère son engagement d'accompagner les candidats    Journées cinématographiques de Carthage: les candidatures ouvertes jusqu'au 15 août    Nice - Atal : "Djamel (Belmadi) veut mon bien et j'ai confiance en lui"    Bilan des différents services des UMC du CHUO: Plus de 57.000 consultations et 10.303 hospitalisations au premier trimestre    Chlef: Un mort dans un accident de la route    Gaza brûle...    Israël et l'effet boomerang    Football - Ligue 1: La bataille du podium lancée    Dréan: Déraillement d'un train de transport de minerai    L'extrémisme des états    Le casier 2 du centre d'enfouissement en feu depuis une semaine: La population des localités environnantes suffoque    Les (mauvaises) manières du «discours»    Agüero, ce sera après la finale de la C1    L'ouverture des frontières au menu    L'Anie sous haute surveillance    Pari réussi pour Belaribi    Vers une seconde conférence internationale    Deux millions de Palestiniens affectés par les attaques    20 millions aux préparatifs de la saison estivale    L'Algérie a-t-elle évité la 3e vague?    "La situation épidémiologique est maitrisée"    Un courtier placé sous mandat de dépôt    Le nouveau métier à la mode    Le bouclier juridique    «L'Algérie a une chance d'engager le changement»    Les causes d'une déconfiture    Le coup est jouable    Paris en eaux troubles pour Icardi    «Ecrire en langue Tamazight est un devoir»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





NOUVELLE CULTURE DU MOINS COÛTEUX
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 07 - 04 - 2021

Une curiosité poussée peut aboutir à des observations profondes. Des marchands de la bouffe, toutes catégories confondues, se dégage une culture de consommation et d'alimentation prenante chez un large pan d'Algériens. Crise économique, distanciation des membres des cellules familiales imposée, nullement due à la pandémie, pénibilité de survivance, marché du travail bouleversé par une modernité indéfinie où la ruée des femmes occupe une bonne place en investissant des estaminets qui offrent des casse-croûtes pour quatre sous, font que l'on soit enclin à se nourrir sur le pouce pour animer ce qu'il y a du moins coûteux à avaler dans la journée. Les comportements ne sont pas en reste du chamboulement des habitudes quotidiennes, y compris dans la manière de s'habiller pour convaincre que l'Algérie n'est plus celle du siècle d'avant. Par on ne sait quel travail en profondeur, la symbolique du tissu tergal a disparu pour laisser place à la toile et au règne de la pudeur manifeste puisée dans la religion. Et ce n'est pas un effet de mode mais une option acceptée et décidée pour que le soi invite les regards à voir ailleurs.
La société algérienne vit incontestablement une mue en profondeur par la force de la considération, de plus en plus, visible que l'on a fini, par attribuer à la valeur réelle de l'argent. On a appris à le compter. Les fruits ne sont plus achetés en kilos mais à l'unité. Pour une multitude de ménages, la côtelette et le bifteck sont définitivement honnis. Ce qui ressemble à du pois-chiche moulu sorti chaud des fours a investi les dessous de balcons et les cages d'escaliers dans la durée.
Il est certain que ce Ramadhan qui survient dans moins d'une semaine, ne sera pas comme les autres. Il sera marqué par de nouvelles empreintes, toutes marquées de multiples restreintes que le temps va figer. Il invitera une normalité alimentaire incontournable comme si le jeûne était devenu une aubaine à saisir pour surfer sur les secondaires assortiments et garnitures de tables des temps anciens.
La nouvelle culture, circonspection et rationalité budgétaire obligent, il est sûr que les Algériens se limiteront à l'essentiel. Cet essentiel est devenu un label.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.