Man United : Solskjaer ne facilitera pas la tâche à Man City    Real : Hazard sanctionné par Zidane ?    Djerad procèdera lundi à la distribution de 5000 logements à Alger    Palestine: condamnation internationale des agressions racistes et extrémistes israéliennes    Hirak : Le ministère de l'Intérieur exige des « organisateurs » de lui communiquer l'itinéraire, les horaires et les slogans    Investissement: la reforme du Service public augmentera l'attractivité de l'Algérie    La Cour d'Alger maintient Karim Tabou sous contrôle judiciaire    Six manifestants arrêtés vendredi à Alger placés sous contrôle judiciaire    Report du procès du terroriste "Abou Dahdah" à la fin de la session pénale    Carburants : La suppression de l'essence super avec plomb avancée au début de juillet    FC Barcelone : Pas de bon de sortie pour Dembélé    Aïd El Fitr : plus de 50.000 commerçants réquisitionnés    Covid-19: au moins 3.284.783 décès dans le monde    Béni-Abbès : le jeune disparu dans le grand Erg occidental rejoint sa famille    L'ancien journaliste de la chaine II Boukhalfa Bacha n'est plus    Les lauréats du Prix d'Alger de récitation du Coran honorés    «La Minurso doit revenir à sa mission originelle : le référendum»    Les projets doivent répondre aux besoins de l'économie    Sablés à la confiture et aux pistaches    Benziane anticipe    De nouvelles polycliniques inaugurées    Le Maroc cherche à cacher ses exactions    7 policiers tués dans des attaques dans le Sud-Est    Coupe de la Ligue : l'USMA domine le MCA (2-0), le WA Tlemcen et le NC Magra créent la surprise    MC Alger : Stage bloqué pour préparer le WAC    APLS: nouvelles attaques contre les positions marocaines dans les secteurs de Mahbes, Aousserd et Houza    Le Hirak se réapproprie l'esprit du 8 Mai 45    Les raisons de la cherté    Libye : Démonstration de force d'un groupe armé à Tripoli    La guerre reprend de plus belle    Les résultats attendus aujourd'hui    Deux adolescents tués dans un accident de la route    Le conseil de wilaya fait le point    Le PAC viole le règlement du championnat    Equipe Nationale : Sénégal – Algérie en juin    Les conditions de Tebboune pour atteindre l'excellence    Etudiant dévoué, journaliste engagé et politique visionnaire    Le b.a.-ba de la fabrication d'un film    Mesurer ce qui compte    Bouchachi voué aux gémonies    Charfi appelé à réhabiliter les exclus de la course    Huit morts dont des Iraniens dans des raids sionistes    Trois soldats maliens tués par l'explosion d'un engin artisanal    Ennahda appelle à un vote massif    «Souilah» hospitalisé à Paris    «J'ai adoré camper le personnage de Fadel»    L'artiste, ce migrant    Une augmentation de 10 % enregistrée    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Sabotage d'un centre nucléaire: Téhéran accuse Israël et crie «vengeance»
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 13 - 04 - 2021

Téhéran a accusé lundi Israël d'être derrière l'attaque contre son usine d'enrichissement d'uranium de Natanz, promettant une "vengeance" et une intensification de ses activités atomiques alors que des efforts diplomatiques ont lieu pour remettre sur les rails l'accord international sur le nucléaire iranien. L'usine a été touchée par une "petite explosion", a déclaré lundi le porte-parole de l'Organisation iranienne de l'énergie atomique (OIEA), Behrouz Kamalvandi. "L'accident a eu lieu au centre de distribution d'électricité. Il y a eu une petite explosion", déclare M. Kamalvandi dans une vidéo publiée par l'agence iranienne Tasnim. "Il était environ cinq heures du matin" (minuit trente GMT), "heureusement, personne n'a été blessé et la situation est telle que selon moi, ils peuvent réparer rapidement les secteurs endommagés", a ajouté M. Kamalvandi. "Ce que nous avons remarqué c'était le système électrique, l'explosion n'était pas si forte pour tout casser, le faux plafond de l'une des salles de commande était tombé", a-t-il dit. M. Kamalvandi a donné cet entretien allongé sur un lit d'hôpital où il dit avoir été admis après avoir chuté de quelques mètres dimanche lors d'une visite d'évaluation de la situation au complexe nucléaire de Natanz. Il s'agit "sans aucun doute possible d'un sabotage et nos systèmes de sécurité sont parvenus à (en) identifier l'origine", écrit l'agence de presse officielle Irna, sans plus de détails, en citant le chef de l'Organisation iranienne de l'énergie atomique (OIEA), Ali-Akbar Saléhi. De son côté, le New York Times cite des responsables au sein des renseignements israéliens et américains selon lesquels "Israël a joué un rôle" dans ce qui s'est passé à Natanz, où, selon ces sources, "une forte explosion" aurait "totalement détruit (...) le système électrique interne alimentant les centrifugeuses qui enrichissent de l'uranium sous terre". L'usine visée, au sein du complexe nucléaire de Natanz (centre de l'Iran), est celle là-même ou Téhéran a mis en service ou commencé à tester samedi de nouvelles cascades de centrifugeuses.
«Centrifugeuses plus puissantes»
Ces machines offrent à l'Iran la possibilité d'enrichir plus vite et en plus grande quantité de l'uranium, dans des volumes et à un degré de raffinement interdits par l'accord censé encadrer le programme nucléaire iranien conclu en 2015 à Vienne. Dimanche, l'OIEA avait annoncé que l'usine avait subi dans la matinée un "accident", qualifié d'acte de "terrorisme", ayant entraîné une "coupure de courant" sans faire de victime ni de "pollution". Il est encore "trop tôt" pour déterminer les dommages matériels causés par l'attaque", a déclaré lundi le porte-parole des Affaires étrangères iranien, Saïd Khatibzadeh, tout en notant que des centrifugeuses dites de première génération avaient été endommagées.
M. Khatibzadeh a accusé indirectement Israël de saborder les discussions en cours à Vienne pour tenter de faire revenir Washington à l'accord international de 2015 et de lever les sanctions américaines contre Téhéran. "La réponse de l'Iran sera la vengeance contre le régime sioniste au moment et à l'endroit opportun", a-t-il promis. Selon Irna, M. Saléhi a assuré que "le système électrique de secours (avait) été lancé" lundi et que "dans quelques jours, les centrifugeuses endommagées (seraient) remplacées par des centrifugeuses plus puissantes".
«Piège»
Selon Irna, des députés ont indiqué que le ministre iranien des Affaires étrangères, Mohammad Javad Zarif, avait "insisté (...) sur la nécessité de ne pas tomber dans le piège tendu par les sionistes". "Mais nous ne permettrons pas" qu'Israël fasse dérailler les discussions de Vienne, aurait-il déclaré lors d'une réunion à huis clos au Parlement. Les Etats-Unis, sous la présidence de Donald Trump, ont dénoncé unilatéralement en 2018 l'accord international sur le nucléaire iranien, rétablissant les sanctions américaines qui avaient été levées en vertu de ce pacte.
En riposte, l'Iran s'est affranchi depuis 2019 de la plupart des engagements clés limitant ses activités nucléaires qu'il avait pris à Vienne. Joe Biden, qui a succédé à M. Trump en janvier, a signalé son intention de réintégrer l'accord de Vienne. "Toute tentative de saper les discussions en cours à Vienne doit être rejetée", a déclaré l'UE, qui coordonne ces pourparlers, plaidant pour que "les circonstances" de ce qui s'est passé à Natanz "soient clarifiées très vite". Téhéran a toujours nié vouloir la bombe atomique. Début juillet, une usine d'assemblage de centrifugeuses perfectionnées à Natanz avait été gravement endommagée par une mystérieuse explosion, un "sabotage" d'origine "terroriste", selon Téhéran. Fin novembre, un éminent physicien nucléaire iranien, Mohsen Fakhrizadeh, avait été assassiné près de Téhéran. L'Iran a attribué cette attaque à Israël.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.