Proche-Orient : La résistance palestinienne frappe Tel Aviv    Législatives: Charfi rencontre les représentants des listes indépendantes    NON AU SIMULACRE ELECTORAL DU 12 JUIN PROCHAIN !    ElQods vaincra !    Le Président Tebboune s'entretient par téléphone avec son homologue égyptien    Coronavirus : 199 nouveaux cas, 154 guérisons et 7 décès    Chelsea : Une touche en Allemagne pour Marcos Alonso    Ligue 1 (Match avancé/ 21e journée): le MCO domine la JSK (0-1)    Man United : Solskjaer se félicite de la prolongation de Cavani    Abdelhamid Dbeibah sous pression    Le ministère du Commerce part en guerre contre la spéculation et le monopole    Khawa-khawa, benti-oulidi !    Eulmi et Tahkout définitivement condamnés    Maturité et montée en gamme    Fertoul pense que «ce sera difficile, mais pas impossible»    La Juve en péril, Pirlo, Ronaldo et Agnelli sur un fil    La couronne    Un Aïd sans restrictions    Un dispositif sécuritaire mis en place par la Gendarmerie nationale    Création de l'orchestre philarmonique Bouna    En quoi l'ennemi n'est absolument pas commun !    «Le Real et le Barça, hala» !    Voiture électrique, un "levier du chômage" ?    La lutte se poursuivra jusqu'à l'indépendance    Rebiaï suspendu quatre matches    La désignation de Houasnia fait polémique    Les solutions miracles des constructeurs automobiles    Porsche signe un bon début d'année    Les fellahs victimes de dégâts des dernières crues seront indemnisés    Les syndicats exigent des mesures urgentes    Vers l'ouverture d'un laboratoire pour détecter les nouvelles souches    Abdelkrim Benyaïche nommé recteur à l'université de Béjaïa    Quels députés pour quelle APN ?    "Qu'on m'explique ce que sont les réserves sécuritaires privatives"    Dépréciation du dinar et poussées inflationnistes    Des enfants trisomiques stars de la sitcom "Omar séchoir"    Aux frontières du monde réel et du virtuel    Cité Guehdour Tahar à Guelma : Rush sur le stade de proximité    Pour transférer leurs dossiers vers le Social: Les désistements des souscripteurs AADL après le 1er décembre 2020, refusés    Agence foncière: Plus de 3.000 actes délivrés et plusieurs vieux sites régularisés    Réactions mitigées des partis politiques    Le Cnese en phase de propositions    Des enseignants universitaires véreux    Israël et l'ONU au banc des condamnés    «Au secours M. le président!»    Au royaume de l'horlogerie    Du rap pour exister!    Des cours de danses traditionnelles    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





A l'instar des précédents ramadhans: Tension sur le lait en sachet
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 18 - 04 - 2021

Comme chaque mois de Ramadhan, la demande sur le lait en sachet augmente qui est une denrée indispensable pour les familles. La majorité d'entre elles préparent des desserts et des gâteaux à base de lait provoquant des ruptures de stocks chez les commerçants. Ainsi depuis quelques jours une forte tension sur ce produit a été ressentie à Oran. Plusieurs quartiers de la wilaya d'Oran sont touchés, notamment dans les communes de la périphérie, où les citoyens doivent se lever de bonne heure pour acheter leur lait.
« Pour se procurer un sachet de lait, il fait se lever tôt, car si tu dépasses 9h, tu ne trouveras que les caissons vides », dira un père de famille. « Cette tension sur le sachet de lait est un problème récurent qui se pose à chaque Ramadhan. Cet état de fait est dû à une consommation effrénée du lait durant cette période. Le manque de culture de consommation chez certains citoyens n'a fait qu'aggraver la situation, surtout que quelques ménagères, achètent beaucoup plus que la quantité dont elles ont besoin, et la stockent dans les congélateurs » dira un commerçant installé à Maraval. « Certains consommateurs achètent le double, parfois le triple de la quantité de lait qu'ils consommaient habituellement au quotidien. Souvent, chaque client achète au moins quatre ou cinq sachets, ce qui fait que les retardataires ne trouveront rien chez l'épicier. Les clients n'ont de choix que se rabattre sur le lait en poudre ou le lait conditionné dans des packs, qui coûtent plus cher, alors que les petites bourses ne peuvent pas se permette pas d'acheter les boites de lait UHT dont le prix avoisine les 100 DA » explique-t-il. Oran compte 4 literies qui alimentent la wilaya pour de 30% des ces besoins, alors que 70% à savoir 120.000 litres/j provient des laiteries des wilayas de l'ouest du pays notamment à partit des laiteries de Saida, Mostaganem, Tlemcen, Sidi Bel-Abbès et Mascara. Les commerçants revendiquent un quota supplémentaire pour répondre aux besoins.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.