Premier League: Liverpool et Firmino renversent Man Utd !    Aid el-Fitr: activité commerciale raisonnable dans la capitale    Fédération internationale de rugby: l'Algérie obtient le statut de membre permanent    Sahara occidental: des organisations internationales condamnent la campagne répressive marocaines    Coronavirus : 207 nouveaux cas, 146 guérisons et 5 décès    Espagne : CEAS-Sahara appelle la communauté internationale à protéger la population sahraouie    Paiement électronique: le nombre des TPE a évolué de 30% au 1er trimestre 2021    Jouets contrefaits: nécessité de la mise en place d'"un laboratoire de contrôle"    Aïd El-Fitr : 13ème édition de l'opération "un jouet, un enfant, un sourire" récolte des cadeaux    Traidia et Boukhelala parmi les jurys du Festival international du cinéma de La Haye    Finances: nécessité d'accélérer la cadence de numérisation du secteur    Djerad félicite la Oumma Islamique à l'occasion de l'Aid El Fitr    Le Président Tebboune félicite l'ANP, les corps sécuritaire et médical à l'occasion de la fête de l'Aid El Fitr    Montpellier : Delort buteur face au PSG (Vidéo)    Montpellier : Delort envoie une pique à Mbappé et au PSG    Le Premier ministre accomplit la prière d`Aïd El-Fitr à la Grande mosquée d`Alger    Armée sahraouie : de nouvelles attaques contre les positions de l'occupant marocain    Proche-Orient : La résistance palestinienne frappe Tel Aviv    Législatives: Charfi rencontre les représentants des listes indépendantes    ElQods vaincra !    NON AU SIMULACRE ELECTORAL DU 12 JUIN PROCHAIN !    Foot/ Ligue des champions : le CRB et le MCA pour prendre option à domicile    Le ministère du Commerce part en guerre contre la spéculation et le monopole    Eulmi et Tahkout définitivement condamnés    Khawa-khawa, benti-oulidi !    Maturité et montée en gamme    La couronne    Un Aïd sans restrictions    Abdelhamid Dbeibah sous pression    Création de l'orchestre philarmonique Bouna    En quoi l'ennemi n'est absolument pas commun !    Dépréciation du dinar et poussées inflationnistes    Voiture électrique, un "levier du chômage" ?    La lutte se poursuivra jusqu'à l'indépendance    Les fellahs victimes de dégâts des dernières crues seront indemnisés    Les syndicats exigent des mesures urgentes    Vers l'ouverture d'un laboratoire pour détecter les nouvelles souches    Rebiaï suspendu quatre matches    La désignation de Houasnia fait polémique    "Qu'on m'explique ce que sont les réserves sécuritaires privatives"    Des enfants trisomiques stars de la sitcom "Omar séchoir"    Aux frontières du monde réel et du virtuel    Pour transférer leurs dossiers vers le Social: Les désistements des souscripteurs AADL après le 1er décembre 2020, refusés    Le Cnese en phase de propositions    Réactions mitigées des partis politiques    Au royaume de l'horlogerie    Du rap pour exister!    Des cours de danses traditionnelles    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Eviter l'effet boule de neige
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 21 - 04 - 2021

Qu'est ce qui est plus dangereux pour la stabilité sociale, le chômage ou l'inflation et la chute du pouvoir d'achat, inévitablement accompagnés par des revendications salariales ? Un dilemme pour le gouvernement qui se trouve pressé d'augmenter les salaires alors que le taux de chômage monte en flèche. Face aux revendications salariales des syndicats, qui s'inquiètent de la «dégradation sans précédent du pouvoir d'achat des travailleurs» dans un contexte marqué par des glissements successifs de la valeur du dinar et ses conséquences inflationnistes, le choix est mince pour le gouvernement, qui doit faire face, lui, à d'autres préoccupations, notamment la menace d'un taux de chômage grandissant dans un environnement économique morose, où les pertes d'emplois se chiffrent par dizaines de milliers. Pourrait-il répondre favorablement aux exigences des syndicats qui sont dans leur rôle et qui n'y vont pas par quatre chemins pour demander des augmentations de salaires afin de garantir la dignité des fonctionnaires et des masses laborieuses ?
Selon les économistes, le véritable danger pour tout gouvernement n'est pas la chute du pouvoir d'achat, due à l'inflation, comme le soutiennent les syndicats, mais bien le chômage. Garantir le plein emploi reste le souci primordial des pouvoirs publics. La suite viendra. Car si on arrive à stabiliser le chômage à un taux faible, on pourrait ensuite discuter plus à l'aise d'une révision à la hausse des salaires. Pour le moment, donc, on semble bien installé dans un dialogue de sourds, qui conduirait fatalement à des heurts. Les autorités ont explicitement admis qu'il existe une injustice salariale, notamment par le biais d'une exonération totale de l'impôt sur le revenu global (IRG) des revenus qui n'excèdent pas 30.000 dinars, et qui a touché près de 6 millions de travailleurs. C'est dire la paupérisation qui touche de plein fouet la classe moyenne. En sus d'autres mécanismes mis en œuvre à travers ce qu'on appelle les transferts sociaux, auxquels sont consacrés des budgets énormes (la valeur des transferts sociaux directs dans le projet de loi de finances pour l'exercice 2021 est de 1927,5 milliards de dinars et celle des transferts indirects est de près de 2000 milliards de dinars), consacrés aux subventions des produits de large consommation et à garantir à tous les Algériens, quels que soient leurs revenus, de bénéficier d'une éducation et de soins gratuits, d'aides d'accès au logement, mais également des subventions aux produits et services de base. C'est beaucoup pour les caisses de l'Etat, qui s'amenuisent à l'ombre d'une double crise sanitaire et économique qui perdure, mais peu pour des travailleurs avec des salaires qui ne garantissent plus le minimum vital.
L'enjeu pour le gouvernement, s'il se trouverait forcé de répondre à la demande pressante de la hausse des salaires, c'est d'essayer d'augmenter la productivité globale de l'économie pour maintenir la production à des niveaux de profit acceptables, et éviter l'effet boule de neige des augmentations des prix qui s'ensuivraient d'une hausse des salaires sans contrepartie productive. Le débat serait crucial autour de ces questions dans les prochaines semaines. Une période sensible qui précède le rendez-vous des législatives anticipées du 12 juin, et qui requiert une certaine quiétude et sérénité pour assurer son succès.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.