Le CNES exprime son total soutien à la cause palestinienne et dénonce les crimes sionistes à El-Qods    Anniversaire de la création du Front Polisario: la lutte se poursuivra jusqu'au recouvrement de la souveraineté sahraouie    Rassemblements de soutien des partis politiques et de la société civile avec les Palestiniens    Plus de 730 commerçants mobilisés pour la fête de l'Aïd el-Fitr    «Repêchage» de listes électorales    Seuls 16% du programme national achevés    Des entreprises mises en garde par Tebboune    Libye : après le conflit fratricide, la paix est-elle de retour ?    «La Minurso doit revenir à sa mission originelle : le référendum»    «Il n'y a aucune mise à l'écart de joueurs et personne ne me dicte mes choix»    Sablés aux beurre, amandes et noisettes    Le désarroi des parents d'élèves    Bilan de la vaccination contre le Covid-19    15 000 livres pour les zones d'ombre    Démocratie en construction ?    Appel à plus de soutien aux réfugiés sahraouis    Creusement continu du déficit budgétaire    Retour de l'homme du professionnalisme    7 décès et 184 nouveaux cas    Permis de construire pour le centre de formation    Rabah Karèche passera l'Aïd derrière les barreaux    Pour la libération des détenus    L'instruction du dossier de Lounès Hamzi reportée    La mauvaise leçon    Les souscripteurs dans l'expectative    Convention de partenariat et de coopération entre le ministère des affaires religieuses et les SMA    Prémices d'un retour à la case départ    REVISION À LA HAUSSE DES PENSIONS DE RETRAITE    Jean-Claude Fournier revient avec deux ouvrages historiques    "Comptabilité générale et analyse financière", de Mohamed Zaâtri    Réconciliation des téléspectateurs avec les productions algériennes    Education nationale: Calendrier des examens de fin de cycle pour les trois paliers    Faire des prochaines élections un "moyen pour le changement"    Bouira : Situation alarmante au barrage Koudiet Asserdoune    Ahmed Hafsi. Moudjahid à Skikda : L'humilité d'un brave    USM Alger: La confiance retrouvée    La force est à la loi    Boukadoum s'entretient avec son homologue iranien    Zidane peste contre l'arbitrage    La Seor perd 240 millions de dinars    Salah vers le PSG?    Ibra sort blessé à 5 semaines de l'Euro    L'Iran confirme les pourparlers avec l'Arabie saoudite    Des candidats indépendants encombrants    Une «révolution» à ne pas rater    Hirak : la nouvelle donne    «N'oublions pas l'ombre des massacres du 8 mai 1945»    «Je suis engagé pour mon devoir...»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Présence de la méduse «galère portugaise» sur la côte oranaise: La direction de la pêche met en garde
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 21 - 04 - 2021

La prolifération d'un organisme marin dangereux connu sous le nom la galère portugaise (Physalia physalis) sur les côtes de l'Ouest commence à inquiéter de plus en plus.
Après les appels à la vigilance, lancés par des associations ou des acteurs de la préservation de l'environnement, c'est au tour de la direction de la pêche et des ressources halieutiques d'Oran de monter au créneau pour alerter l'opinion public sur les graves conséquences que peuvent provoquer son contact. L'alerte a été donnée par la direction de la pêche suite à la découverte de cette espèce dangereuse voire mortelle au niveau de la baie des Andalouses. Dans ce contexte, un appel à la vigilance a été lancé aux professionnels de la pêche. Ces derniers sont appelés à prendre toutes les précautions nécessaires et de signaler toute apparition de cet organisme et éviter tout contact avec cette « méduse ».
La présence de cette méduse fortement toxique a été constatée fin du mois de mars au niveau de la côte oranaise. Ces galères portugaises « Physalia physalis » ont été découvertes pour la première fois en Algérie le mois dernier. Les physalies vivent habituellement dans les mers tropicales et subtropicales mais peuvent être déportées par les vents sur de longues distances notamment vers les côtes européennes où l'on assiste certaines années à des échouages massifs. L'envenimation par cette espèce se traduit par une douleur intense, accompagnée de multiples symptômes : douleurs musculaires locales ou généralisées, gêne respiratoire, crise hémolytique aiguë et défaillance rénale. Les conséquences d'un contact avec l'homme semblent cependant varier d'un individu à l'autre. En tout cas, il ne faut la manipuler sous aucun prétexte. Les spécimens de grande taille peuvent dans certains cas être responsables d'envenimement mortel.
Le contact avec une physalie provoque une douleur intense immédiate, des zébrures de la peau et des démangeaisons. Après un délai de quinze minutes à une heure, des signes généraux de gravité variable peuvent se manifester: nausées, vomissements, accélération du pouls, douleurs dans la poitrine et l'abdomen, difficultés respiratoires, douleurs musculaires et articulaires, malaise, vertiges, fièvre. Même morte échouée sur la plage, le pouvoir irritant de ses tentacules reste intact.
Des spécimens auraient été également découverts au niveau de quelques plages à l'Est du pays. La présence de Physalia physalis en Méditerranée est tout à fait exceptionnelle. L'hypothèse d'une éventuelle reproduction de Galère portugaise dans nos eaux reste à prouver, d'autant que cette espèce n'est pas adaptée à la Méditerranée. En effet, il ne s'agirait pas d'une méduse, mais de siphonophores marins. C'est-à-dire que la Physalia physalis représente un ensemble d'organismes vivant en colonie. Pour rappel, cette méduse dangereuse a aussi atteint les plages tunisiennes via le détroit de Gibraltar et elle a été aperçue récemment en Italie.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.