L'ICÔNE AUX DEUX COMBATS    DES ENTREPRISES AU CHEVET DES HÔPITAUX    Les médecins et les infirmiers à la retraite appelés en renfort    En Algérie, le système de santé est submergé par le variant Delta    COLÈRE DES DEMANDEURS DE LOGEMENTS À EL-TAREF    Une trentaine de malades évacués vers le CHU et les EPH    Les islamistes tunisiens ne font pas l'exception !    UNE INFLUENCEUSE DE TALENT ET DE COEUR    Messaoudi (JSS) creuse l'écart en tête    Le deux poids, deux mesures de Paris    Le PT dénonce les «immixtions étrangères»    Le quotidien français Le Monde enfonce plus le Maroc    L'Afrique du Sud s'oppose à l'octroi du statut d'observateur à l'entité sioniste    «La gestion de l'oxygène est archaïque»    2 femmes retrouvées calcinées dans leur domicile à Bou Ismaïl    Deux batailles qui restent à gagner    «Ce n'est pas facile de courir deux lièvres à la fois»    Boxe : Ichrak Chaïb (75 kg), et Houmri (81 kg) éliminés    Requins et méduses : Il n'y a aucune raison d'en avoir peur    La rage de vivre    Abrous Outoudert revient à la tête du quotidien Liberté    Ligue des champions (Dames) : L'Affak Relizane hypothèque ses chances de qualification    Après son succès dans le clasico : Lavagne croit toujours au podium    Assassinat du docteur Adjrad à Tiaret : Cinq suspects arrêtés    On en a trop fait à propos de la méduse Physalie    Crise politique en Tunisie : Le président Saïed s'inscrit dans la durée    Sortir l'entreprise de sa léthargie : un défi pour le gouvernement !    Les problématiques de nos universités et facultés de médecine sont également de l'ordre des pratiques pédagogiques    La révolution du numérique modifiera le nouveau pouvoir mondial    MOURIR LENTEMENT POUR SAUVER SA VIE    La mémoire nationale: Le contentieux archivistique franco-algérien pris en otage !    IL ETAIT UNE FOIS !    Il y a eu réaménagement des horaires    Goudjil scrute les 541 jours de Tebboune    Une réconcilation entre Ouattara et Gbagbo    Les Fidjiens conservent    Bouras et Berrichi ferment la marche    Mikati entreprend de former un nouveau gouvernement    Une feuille de route pour la Tunisie    Le président d'El Bina défraye à nouveau la chronique    Le président dit : oui!    Projet de restauration d'une mosaïque romaine à Alger    Des poids lourds de la littérature sélectionnés    Nice intègre la liste du Patrimoine mondial    "LE SERMENT"    Wali/PAPW : le ménage artificiel    Le chef de l'état présente ses condoléances    Comportement d'une victime et d'un inculpé    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



L'Algérie nouvelle, alea jacta est !
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 13 - 06 - 2021


Les Algériens ont voté, hier, pour se doter d'une nouvelle législature qui aura pour « mission historique » d'ancrer le pays dans l'ère de la démocratie, la vraie de vraie espère-t-on. L'occasion de voir si les « vieux partis », legs d'une ère honnie par les Algériens, vont encore recycler leurs « militants » dans le nouveau paysage politique du pays ? Ni la mise à sac «programmée» des richesses du pays, ni les terribles bouleversements que connaissent les pays de la même sphère géopolitique, ni les malheurs innommables causés par des régimes qui marchent sur des cadavres pour rester sur place, ne semblent convaincre ceux qui ont « libéré » le pays à sortir de cet enfermement psychiatrique : celui de croire mordicus que personne n'est digne de présider au destin menacé du pays que ce « Front », devenu le « colon » après avoir longtemps été le « colonisé ». Pour l'Algérien lambda, qu'il s'intéresse à la politique ou pas, les choses ne risquent pas de changer tant que ces noms « éléphantesques » continuent à rôder autour de la sphère politique, nourrissant le sentiment tenace que la politique et son corollaire le pouvoir restent un gigantesque marché de dupes où les gagnants d'un jour sont les perdants de toujours. L'on sait très bien que la mise en « ordre serré » qu'induit l'élection du nouveau Parlement, risque d'envoyer au tapis une bonne partie de la classe politique dite « traditionnelle », ce qui ne serait pas une mauvaise chose pour le pays. C'est que l'avenir du pays n'est pas plus dans un homme, fût-il un thaumaturge des temps modernes, comme il est dans la capacité d'un pays à sortir du vieux mythe du père-tutélaire, tant le monde d'aujourd'hui a appris à cultiver son blé plutôt que de manger du pain fabriqué par les mains calleuses des autres. De nombreux drames auraient pu être évités si ceux qui se prennent pour les « aînés » de la République ne prenaient pas encore et toujours les (éternels) mineurs (que nous sommes), pour des « artichauts ». Parce que la maturité n'étant pas dans l'âge de son corps, mais dans l'épaisseur de ses idées, le pays risque de rester coincé, encore pour longtemps, aussi longtemps que les politiques, les anciens comme les nouveaux, continueront à nous vendre des idées reçues, à défaut d'offrir de vraies pensées. Sinon, il faudra penser, peut-être, à « vendre » le pays ou l'envoyer carrément au musée... !

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.