Les élections locales en novembre    Ould Kaddour extradé vers Alger    Logements promotionnels libres: Début des souscriptions à partir d'aujourd'hui    Exporter des médecins ou importer des malades ?    Biden publie une carte délimitant la RASD; Nouveau revers pour le Makhzen    Abominable Delta    Enseignements tunisiens    Records et hiérarchies: Les impitoyables circonvolutions des compétitions sportives    Jeux Olympiques de Tokyo: L'Algérien Boughera El Ouafi, médaille d'or du marathon des Jeux olympiques d'Amsterdam en 1928 : qui s'en souvient ?    Chlef: Jusqu'à la perpétuité pour les incendies volontaires    Covid-19: Les contaminations en hausse chez les enfants    Résumer le présent et reconstruire le futur    A l'origine de tout, il y a d'abord la transgression: Covid-19 et Démence(s) humaines    Les oasis au fil de l'eau - de la foggara au pivot, un livre pas comme les autres    Suspension pour «désinformation» des activités de deux ONG internationales    7 pays africains, dont l'Algérie, s'y opposent    L'activité touristique sombre    Un levier pour la sécurité nationale    L'Italie Championne olympique    Pas de demi-finale pour Kheris    Espagne - Brésil en finale    Baâdji passe à l'action    «L'Algérie ne se soumettra jamais!»    La diaspora au rendez-vous    Le gang d'Ali Mendjeli tombe    Le confinement partiel se précise    Plusieurs opérations menées en une semaine    Le FFS demande la levée des contraintes    34 décès et 1.495 nouveaux cas en 24 heures    Le paiement électronique effectif    L'hommage de Lamamra à la diaspora    Lamamra au bout du fil    Saïd Hilmi emporté par la pandémie    Les divas arabes à l'honneur    La scène artistique kabyle en deuil    ELLE AURA LIEU LE 10 AOÛT AU STADE DU 5-JUILLET    «Nous sommes dans l'attente de la réponse de Sayoud»    Cette diplomatie dézédienne qui dérange furieusement son altesse Pegasus 6 !    Des mesures pour stabiliser le marché    LES PRECISIONS DES DOUANES ALGERIENNES    LE GENERAL ALI OUELHADJ YAHIA, NOUVEAU COMMANDANT DE LA GENDARMERIE    10 ans de prison requis à l'encontre de l'ancien wali Moussa Ghellaï    Triki : "Objectif : offrir une médaille à l'Algérie"    C'est plus pire !    Le CADC lance son programme virtuel    Washington décide de reconsidérer la vente de drones et d'autres armes au Maroc    Tebboune préside aujourd'hui une réunion du Haut Conseil de Sécurité    La date bientôt fixée    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Tébessa: Il était une fois, la place de la Révolution
Publié dans Le Quotidien d'Oran le 22 - 06 - 2021


Autrefois, l'endroit privilégié de nombreux citadins, le cours Carnot désormais rebaptisé place de la Victoire, vit les pires moments de son histoire. Un témoin de mémorables événements vécus par la ville de Tébessa, la placette offre l'image désolante d'un lieu réduit à accueillir tout et n'importe quoi. Les citoyens et visiteurs habitués à l'endroit ne vous diront pas le contraire. Après son aménagement et équipement (!!?), la place de la Victoire aurait dû être élevée au rang d'espace public digne d'un chef-lieu de wilaya. Un espace bien exploité dans des activités touristiques, à même de promouvoir la cité antique de Theveste, à travers une animation faite de programmes culturels et artistiques. Or c'est tout à fait le contraire qui se produit, l'espace est par la force des choses (et la volonté nuisible de certains) devenu un enclos de ramassis et de pratiques qui avec le temps se sont incrustées dans le décor, de plus en plus répugnant, où l'insécurité donne la chair de poule aux passants, parfois des familles venues se promener, ou tout simplement traversant le cours en allant vers les rues commerçantes, de l'ancienne ville. La place de la Victoire est pour ceux qui s'en doutent encore un bazar médiéval à ciel ouvert. Même la muraille byzantine n'a pas échappé à l'esprit malfaisant, elle est squattée en un présentoir de la camelote des marchandises importées de nulle part. Selon les annales, l'ex-cours Carnot faisait rêver les visiteurs, par sa propreté, on y organisait des bals, les commerces riverains respectaient le lieu, les autorités municipales veillaient sur lui. Aujourd'hui, les gens s'interrogent sur le sort réservé à une place aux relents d'un passé, qui a fait d'elle le point de chute de beaucoup de citadins, en mal de bons souvenirs, remémorer les bons moments, se rappeler des personnes qui l'ont fréquentée, retrouver des pans entiers de l'enfance et la jeunesse, quand on empruntait le cours pour se rendre à l'école. La question est de savoir quoi faire pour débarrasser et réhabiliter l'endroit de toutes ces lacunes et impuretés et redonner à Tébessa son lustre. La place de la Victoire pourra être une vitrine pour l'ensemble de la wilaya, une devanture de bonnes choses, accueillante, moins stressante, tolérante pour les visiteurs.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.